Dossiers

Publié le 29 mars 2017 / par Amandine / Temps de lecture estimé 8 min.

1

Habitat sensoriel : aménagement d’un lieu petite enfance inclusif

On parle de plus en plus d’habitat sensoriel et notamment dans l’aménagement dans les lieux d’accueil petite enfance. En effet, l’interaction de l’enfant avec son environnement a un impact important sur son développement. L’école d’architecture de Laval au Canada s’est d’ailleurs penchée sur le sujet. Dans le cadre d’un projet de lieu d’accueil petite enfance inclusif, l’essai propose des adaptations architecturales prenant en compte les besoins spécifiques des enfants TSA. Par exemple : choix des couleurs, organisation spatiale selon une séquence hiérarchique des lieux pour plus d’intelligibilité et de prévisibilité, réduction des niveaux de détails dans la décoration, zone de transition, réflexion sur l’espace minimal personnel (proxémique), espaces sensoriels… Des préconisations indispensables pour certains mais qui peuvent convenir à tous dans une optique de design pour tous et d’inclusion !

Adapter l’environnement pour tous les enfants

La première étape afin de concevoir un environnement petite enfance accessible et optimal pour tous est de comprendre les enfants avec certaines spécificités. Comprendre leur besoin et comment l’environnement peut agir afin que le lieu d’accueil soit inclusif et accessible pour tous.

Tout d’abord, l’interaction des enfants avec leur environnement a un impact important sur leur développement (Piaget). En effet, le milieu dans lequel évolue l’enfant va développer certains apprentissages. Il est donc primordial de faire attention à comment on veut concevoir son lieu d’accueil ou même sa maison.

Si cela concerne tous les enfants, c’est particulièrement vrai pour les enfants avec autisme. En effet, ces derniers peuvent rencontrer des difficultés à s’adapter à l’environnement à cause de la confusion sensorielle (mauvaise intégration sensorielle, hyposensibilité, hypersensibilité…). C’est à dire qu’ils ne comprennent pas toujours l’environnement où ils se trouvent. Et sont souvent beaucoup plus sensibles et fragiles aux stimuli externes. De ce fait, les enfants porteurs de TSA ont besoin d’un milieu adapté à leur condition pour leur permettre d’intégrer les sensations qu’ils ne peuvent intégrer normalement (Anna Jean Ayres, 1979, ergothérapeute et psychologue du développement).

Afin de créer un lieu d’accueil petite enfance inclusif, il est donc primordial de travailler sur l’environnement sensoriel puisque les principaux troubles chez les enfants porteurs de TSA sont au niveau sensoriel. Pour cela, il faut créer un milieu avec des stimulations sensorielles appropriées à tous ! Le milieu de garde doit donc être favorable aux explorations sensorielles et mettre en place « une architecture tournée vers l’excitation de l’imaginaire et des sens« . (Institut de l’enfant et de la famille, 1991;73).

Stimuler les sens dans les lieux d’accueil petite enfance

Comme évoqué plus haut, il est primordial de stimuler les sens pour tous les enfants. Les lieux d’accueils (ou bien les maisons) doivent offrir des possibilités de stimulation pour l’ensemble des sens et pour l’ensemble des besoins des enfants.

  • LE  SENS PROPRIOCEPTIF. Ce sens influence la perception du corps dans l’espace. Pour stimuler ce sens, il faut mettre en place des objets ou des espaces où les enfants pourront prendre consciences de leur corps : comme par exemple des objets pour qu’ils puissent se lever.
  • LE SENS VESTIBULAIRE. Ce sens permet de développer l’équilibre et la coordination des mouvements des yeux, de la tête et du corps. Pour le développer il est essentiel de mettre en place des lieux où les enfants pourront courir, ramper, sauter, se balancer… Découvrez notre sélection de matériel pour le stimuler.
  • LE TOUCHER. Selon Grandin et Day, il est considéré comme le sens le plus critique et le plus fiable chez les enfants de moins de 3 ans. En effet, ce dernier permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure. Il est donc important d’offrir différentes expériences tactiles selon les besoins des enfants. Pour les enfants hyposensibles, on nous indique dans ce cas, qu’il faut utiliser des textures stimulantes variées et contrastantes sur les surfaces près des enfants comme le sol ou le bas des murs. Pourquoi ne pas créer des murs sensoriels ?  Découvrez nos idées pour créer un mur sensoriel en cliquant ici.
  • LA VUE. Les couleurs et les formes sont importantes dans l’environnement. Cela est donc important de bien les choisir. Pour cela, il faut savoir quelle ambiance on veut donner à chaque coin du lieu d’accueil. Des couleurs froides ou neutres pour un effet calmant et des couleurs chaudes et vives pour stimuler. Cependant, il faut toujours prendre en compte les particularités de chaque enfant. Par exemple, certains enfants porteurs de TSA voient les couleurs beaucoup plus vives que nous.
  • L’OUIE. Comme le vue, les bruits doivent être adaptés. Par exemple, si vous souhaitez faire un coin musique, peut être prévoir un lieu insonorisé ou alors des casques anti-bruits pour ne pas gêner les enfants très sensibles aux bruits. De même dans les espaces calmes avoir une insonorisation acoustique pour que les enfants ne soient pas dérangés.
  • L’ODORAT ET LE GOUT. On peut également agir sur ces deux derniers sens mais au niveau architectural cela est plus complexe.
petite enfance

Aménagement de panneaux sensoriels

Exemple d’espace : les salles sensorielles

Inspirés des salles Snoezelen, les espaces sensoriels reposent sur 3 activités : la détente, le bien-être et l’interactivité.  Depuis quelques années, ces espaces « zen » se sont développés dans les lieux d’accueil petite enfance pour éveiller les sens. Autres effets bénéfiques, ces espaces permettent aussi aux enfants de réguler leurs émotions. Par exemple, en cas de frustrations, attente, séparations avec les parents. Ils aident aussi à réduire certains troubles du comportement des enfants avec troubles autistiques. Et aussi augmenter les interactions et les relations avec les adultes ou autres enfants.

petite enfance

Salle sensoriel d’une crèche du réseau Les Petits Chaperons Rouges

Les espaces extérieurs sont aussi très important. Car le milieu naturel est un milieu stimulant ! En effet, c’est l’environnement qui est le plus favorable au développement et à la stimulation des sens chez les enfants. Les matériaux naturels tels que la terre, le sable, la pierre ou encore le bois et l’eau sont les matériaux apportant le plus de stimuli.

5 conseils pour un lieu d’accueil petite enfance inclusif

  Un lieu d’accueil avec un environnement simple et clair est préconisée. La simplicité est essentielle afin de favoriser la compréhension de l’espace. Mais également pour stimuler l’imaginaire de l’enfant. (Alice Yardley 1973, professeur et auteure). Ce conseil est très important surtout pour les enfants porteurs de TSA qui ne peuvent pas évoluer dans des environnements trop complexe. Tous les enfants doivent pouvoir comprendre facilement le fonctionnement de la pièce. Pour simplifier la compréhension, le mieux est d’avoir un bâtiment avec un cœur central et des pièces tout autour avec chacune sa fonction.

  Intégrer dans chaque lieu des repères visuels. Par exemple, des pictogrammes ou des timers afin de rendre l’environnement rassurant et prévisible.

  Privilégier les courbes et les formes organiques pour la conception du bâtiment mais également dans le choix des meubles qui vont aménager les espaces. Ces formes sont plus appréciées chez les enfants mais sont aussi plus sécuritaires.

Comme dit plus haut, il est essentiel d’avoir plusieurs lieux afin que l’environnement soit adapté à tous. Pour cela, il est important d’avoir des espaces de groupe mais aussi des espaces individuels afin que les enfants puissent s’isoler quand ils en ressentent le besoin. De même, il faut qu’il y ait des coins stimulants et des coins non stimulants. Il est d’ailleurs possible de créer des coins calmes par exemple. 

Concernant la lumière, l’éclairage naturel est à favoriser car il est bénéfique au bien être de tous. Il faut de plus, offrir un éclairage qui s’ajuste selon les besoins. Et surtout adapter le type d’éclairage selon les activités prévues. Ce point là est important car trop de lumières ou trop d’ombres peuvent être dérangeantes.

 

Source : «Épanouissement sensoriel : la diversité architecturale du milieu de garde inclusif intégrant des enfants atteints de troubles envahissants du développement». 

Tags: , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

est assistante marketing chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog ! :)



Une reponse pour Habitat sensoriel : aménagement d’un lieu petite enfance inclusif

  1. Article pertinent et riches d’idées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Revenir en haut ↑