Le terme « écoles alternatives » désigne toute école offrant un programme , un environnement d’apprentissage ou une prédisposition philosophique très différente de l’école ordinaire. Montessori, Waldorf, Reggio Emilia et Arrowsmith sont des exemples typiques d’écoles maternelles et élémentaires alternatives.

Certaines écoles alternatives font partie du mouvement progressiste en éducation. Ce mouvement implique des idées différentes, bien que parfois contradictoires. Cependant, il se concentre sur l’apprentissage par l’expérience, les programmes intégrés, l’apprentissage personnalisé et collaboratif, la pensée critique et la résolution de problèmes, entre autres.

Les écoles alternatives sont donc une alternative à l’école traditionnelle dans laquelle certains enfants peuvent s’épanouir davantage. Selon votre enfant et le type d’école que vous choisissez, les écoles alternatives peuvent présenter de nombreux avantages :

L’apprentissage individualisé

De nombreuses écoles alternatives personnalisent l’apprentissage. Au lieu d’utiliser une approche unique, les enseignants adaptent leur enseignement et leur programme aux besoins d’apprentissage de l’enfant. Pour de nombreux élèves, cela peut conduire à un engagement et à une concentration accrus.

Des classes avec moins d’élèves

Cet apprentissage individualisé est notamment rendu possible par un nombre d’enseignants plus important donc un ratio élèves/enseignant plus faible. Cela permet aux enseignants d’accorder à votre enfant toute l’attention et le soutien dont il a besoin et donne des classes plus interactives, plus intimes et agréables.

La participation des parents

Certaines écoles alternatives mettent l’accent sur la participation des parents. Vous aurez la possibilité de faire du bénévolat à l’école, d’assister à des cours, de prendre des décisions concernant les travaux scolaires, de faire partie des initiatives de l’école et plus encore. Cela peut vous permettre de faire partie intégrante de l’éducation de votre enfant et de l’aider à tirer le meilleur parti de l’école.

Les écoles Sudbury (ou démocratiques)

La différence fondamentale entre une école de Sudbury et tout autre type d’école réside dans le niveau de responsabilité de l’élève. Dans une école de Sudbury, les élèves sont seuls responsables de leur éducation, de leurs méthodes d’apprentissage, de leur évaluation et de leur environnement.

Dans une école publique, l’État assume la responsabilité de la plupart des aspects de l’éducation d’un élève, y compris le programme et l’évaluation. L’élève a peu de responsabilités si ce n’est d’apprendre ce qui lui est enseigné, de la manière dont on a décidé de lui est enseigner, puis de le réitérer au moment de l’évaluation.

Les apprentissages

Les élèves des écoles de Sudbury ont un contrôle total sur ce qu’ils apprennent, sur la manière dont ils apprennent, sur leur environnement éducatif et sur la manière dont ils sont évalués. Ils choisissent leur programme. Ils choisissent leur méthode d’instruction. Ils choisissent, par un processus démocratique, le fonctionnement de leur environnement. Ils choisissent avec qui interagir. Ils choisissent si, comment et quand ils doivent être évalués – ils choisissent souvent de s’évaluer eux-mêmes. Ceci est radicalement différent de toute autre forme d’éducation et c’est ce qui différencie une école Sudbury d’une autre.

Les écoles Sudbury n’ont pas d’évaluation formelle de leurs élèves. Il n’y a pas de notes et il n’y a pas de tests. Les écoles démocratiques estiment que la meilleure personne pour évaluer les progrès d’un élève est l’élève. Les élèves savent quand ils comprennent un sujet ou une compétence et quand ils ne le comprennent pas. L’expérience a montré que lorsque l’élève s’auto-évalue, ses normes sont beaucoup plus strictes que s’il était évalué par un enseignant.

Et dans la classe, ça se passe comment ?

Dans une école Sudbury, il n’y a pas de séparation en fonction de l’âge. Tous les étudiants sont libres de se mêler aux autres élèves d’âge différent. Dans une école où le programme est obligatoire, il est nécessaire de séparer les élèves par habileté pour qu’ils puissent tous être instruits en même temps. La meilleure façon de le faire est de supposer que les enfants du même âge ont les mêmes aptitudes et les mêmes intérêts. Cela peut amener certains élèves à s’ennuyer si le rythme d’instruction est trop lent, d’autres à devenir angoissés et éventuellement privés de leurs droits si le rythme d’instruction est trop rapide. Dans une école démocratique, les élèves peuvent poursuivre leurs études à leur propre rythme !

Les écoles Arrowsmith

Le programme Arrowsmith est un programme cognitif qui offre aux étudiants ayant des troubles de l’apprentissage une méthode différente pour tenter de surmonter les difficultés telles que l’orthographe, la lecture, les mathématiques ou le fonctionnement exécutif.

Développé par Barbara Arrowsmith Young, qui avait connu des difficultés d’apprentissage dès son plus jeune âge, le programme repose sur l’application de la recherche en neurosciences et sur le principe qu’il est possible de résoudre divers obstacles en apprenant, en identifiant et en renforçant les capacités cognitives.

Le programme Arrowsmith est basé sur des exercices cognitifs intensifs et graduels qui ont pour objectif de renforcer l’ensemble des capacités cognitives de l’enfant, notamment ceux avec des troubles de l’apprentissage, qui selon les hypothèses sont à la base d’un certain nombre de difficultés. Les exercices sont basés sur le principe de la neuroplasticité, à savoir la capacité du cerveau à créer et à développer de nouveaux chemins neuronaux, en s’engageant régulièrement dans des exercices cognitifs stimulants. Le programme de chaque élève est basé sur une évaluation minutieuse visant à identifier ses difficultés d’apprentissage afin de cibler ses points forts et ses points faibles. Par la suite, un profil d’apprentissage individuel pour chaque élève est crée afin d’élaborer un programme d’exercices personnalisés.

C’est un programme idéal pour les élèves ayant des difficultés en lecture, écriture et mathématiques, compréhension, raisonnement logique, résolution de problèmes, mémoire visuelle et auditive, apprentissage non-verbal, attention, rapidité de traitement et dyslexie.

ecole_arrowsmith

Les écoles Montessori

La méthode Montessori, du nom de la médecin et pédagogue italienne Maria Montessori, qui a développé une méthode résultant d’une nouvelle éducation dans les années 1900, se caractérise par la mise en place d’un environnement préparé, rangé, d’apparence agréable, avec des objets simples, où chaque élément existe pour une raison propre, favorisant ainsi le développement de l’enfant. Une classe Montessori intègre des enfants d’âges mélangés, regroupés par périodes de 3 ans. Cela favorise naturellement la socialisation, le respect et la solidarité.

Les apprentissages

L’environnement préparé offre à l’enfant la possibilité de s’engager dans un travail intéressant et librement choisi, ce qui entraîne de longues périodes de concentration que l’adulte n’interrompra pas. La liberté se développe dans des limites claires, ce qui permet aux enfants de vivre en harmonie avec les autres membres de la petite société qu’est leur classe.

Les enfants travaillent avec des matériaux concrets conçus scientifiquement, qui leur fournissent les clés pour explorer notre monde et développer leurs capacités cognitives de base. Les matériels sont conçus pour permettre à l’enfant de reconnaître l’erreur par lui-même et de devenir responsable de son apprentissage. L’adulte agit en tant qu’observateur et guide : il aide et stimule l’enfant et tous ses efforts. Cela permet aux enfants d’agir, de vouloir et de penser par eux-mêmes et les aide à développer leur confiance en eux et leur discipline intérieure.

L’environnement est proportionnel à la taille des enfants, favorisant ainsi l’indépendance de l’enfant dans le processus d’exploration et d’apprentissage. Il comporte des étagères basses, des tables et des chaises de différentes tailles où les enfants peuvent s’asseoir individuellement ou en groupe. La salle de classe est divisée en zones thématiques où les documents et la bibliographie sont exposés sur les étagères, permettant une grande liberté de mouvement. La liberté et l’autodiscipline permettent à chaque enfant de trouver des activités qui répondent à ses besoins évolutifs. Les enfants peuvent travailler en groupe ou individuellement, en respectant leur propres style et rythme. Chaque enfant utilise le matériau qu’il souhaite en le prenant sur l’étagère puis le remet à sa place afin que d’autres puissent l’utiliser.

Le programme Montessori

Les fondements du développement futur de l’enfant sont définis au cours de ses trois premières années de vie. Montessori appelle cette période « l’embyo spirituel » : l’enfant fait dans la sphère psychologique ce que l’embryon a fait dans la sphère physique. Ce processus est réalisé grâce à « l’esprit absorbant » de l’enfant, qui intègre expériences, relations, émotions, images, langage et culture à travers ses sens et par le simple fait de vivre. Ces expériences de vie façonnent son cerveau en formant des réseaux ou des neurones, des connexions qui seront durables dans son futur. Dans cette période allant de la naissance à l’âge de 3 ans, l’éducation Montessori se concentre sur le développement de la parole, le mouvement coordonné et l’indépendance, afin que l’enfant puisse acquérir sa confiance en lui.

>> Sélection : Montessori pour tous ! 

Plateau Montessori : atelier autonome pour les enfants en confinement

Les écoles Reggio

À l’école Reggio, chaque jour offre d’innombrables possibilités d’exploration et de découverte. Le programme est conçu pour respecter le point de vue de l’enfant. Les élèves de la maternelle au primaire sont invités à contrôler l’orientation de leurs apprentissages et à diriger leurs activités quotidiennes, en s’inspirant de l’approche italienne développée par par Loris Malaguzzi dans la ville de Reggio située dans la région Emilia. Cette approche encourage les élèves à s’exprimer de différentes manières, leur travail étant au centre de leurs préoccupations. Des photographies, des œuvres d’art et des histoires ornent les murs et documentent l’apprentissage et la créativité de tous les élèves.

Les apprentissages

Les enseignants ou éducateurs évaluent le niveau de développement de chaque enfant lors de son entrée à l’école afin de concevoir un programme sur mesure garantissant son succès futur. Les parents sont impliqués dans tous les aspects du programme, tout en continuant de jouer un rôle important en tant que premier enseignant de leur enfant.

La philosophie de l’école comprend une approche intégrée aux arts pour acquérir des compétences en lecture, en mathématiques et en sciences. Son approche découle de la notion selon laquelle les jeunes enfants sont capables d’initier leur propre apprentissage.

La philosophie de Reggio repose sur la conviction que les enfants sont des êtres compétents, confiants et capables dès la naissance. Les enfants suivent leurs propres intérêts dans le cadre d’activités dirigées par les enseignants. Souvent, ces explorations se produisent lorsqu’un éducateur organise une expérience pour un petit groupe d’enfants et que leurs réactions mènent à un sujet ou à un thème spécifique. Ce sujet peut devenir un fil conducteur, suivi pendant des semaines ou des mois.

Pédagogie Reggio, école alternative

Le programme d’études apparaît de manière organique plutôt que descendante, en partenariat avec les enfants et dans le contexte de la communauté. Ainsi, les enseignants des écoles inspirées par Reggio sont flexibles et ne commencent pas l’année avec une idée préconçue de ce qui sera enseigné ni quand.

La disposition des salles de classe est soigneusement étudiée pour encourager les interactions à l’air libre, offrant de nombreuses possibilités d’exploration. Les enfants et les enseignants ne doivent pas se limiter aux matériaux commercialisés pour la petite enfance . Ils utilisent aussi des matériaux de qualité tels que l’argile, des outils, des matériaux récupérés, des matériaux naturels tels que des plantes ou des technologies modernes, en fonction du contexte et de la communauté.

Les enseignants conservent un enregistrement continu des activités des élèves au moyen de photos, de vidéos ou d’enregistrements. Cela fait partie de la boucle de rétroaction de la progression de l’apprentissage ; les enseignants passent en revue ces observations et en discutent parfois avec leurs collègues pour déterminer quelles options pourraient être présentées par la suite.

>> À lire : 7 idées pour aménager un espace Reggio ! 

Quelle différence avec les écoles Montessori ?

Bien que Reggio ressemble beaucoup à Montessori par certains égards, il existe des différences cruciales, en particulier pour les enseignants. Le sens de la communauté est la différence la plus essentielle. Dans une école de Reggio, les parents, les enfants et les éducateurs sont considérés comme des partenaires tout au long du processus éducatif. Cela crée une communauté d’apprentissage dont tous les membres sont en communication constante. Les enseignants travaillent généralement à deux et sont censés s’appuyer et se soutenir mutuellement dans leur travail. La conviction que les éducateurs doivent également être des apprenants est fortement présente ici, car les enseignants de Reggio partagent des idées les uns avec les autres ainsi qu’avec les parents.

Les enseignants présentent souvent le matériel de manière intentionnelle à un enfant et prennent des notes sur son déroulement. Cet accent mis sur la communication et la documentation de l’histoire de l’apprentissage d’un enfant est un pilier essentiel de la philosophie de Reggio. Cela diffère fondamentalement des écoles Montessori, où le programme est prédéterminé et où il existe des attentes spécifiques quant à la manière dont les enfants réagissent.

Les environnements de classe sont une autre distinction entre les écoles Reggio et les écoles Montessori. Le modèle Reggio amène l’environnement de la classe à un niveau supérieur où il est considéré comme le « troisième enseignant ».

>> Sélection : à la découverte de Reggio

Ecole alternative reggio

Les écoles Freinet

Courant d’éducation pratiqué en France, la méthode Freinet a été développée par le français Célestin Freinet dans les années 1920. Basée sur le sentiment d’efficacité personnelle renforçant le sentiment d’auto-efficacité chez l’enfant, cette pédagogie est suivie dans tout le pays et organisée en groupes départementaux, regroupant environ 3 000 personnes et assurant une formation continue aux enseignants.

Les apprentissages

À l’instar de la pédagogie Montessori, la méthode Freinet considère que chaque enfant doit apprendre à son rythme, avec une spécificité supplémentaire : elle préconise l’expérimentation comme base de tout apprentissage et la découverte libre par les enfants du langage, de la grammaire, des mathématiques et des sciences. Pour cela, la méthode Freinet encourage à expérimenter, à observer, à imaginer des théories et à vérifier. Il existe de rares « institutions Freinet » qui ont bénéficié d’une dérogation de l’Éducation nationale permettant à leurs enseignants de coopter des collègues partageant le même projet pédagogique.

La pédagogie Freinet est axée sur la liberté et l’expression libre des enfants. Elle stimule le travail coopératif sur la base de l’intérêt des élèves. À la différence de la pédagogie Montessori, la relation entre le maître et l’élève est quasiment paritaire car la prise de décision se fait par le biais du conseil de classe auquel l’enseignant doit se plier.

Dans les écoles Freinet, le moteur de l’apprentissage est l’expérience. Il s’agit pour l’enfant de tâtonner afin d’éprouver le monde extérieur par lui-même. Ainsi, l’éducateur doit donner à l’enfant l’espace, le matériel et les modèles nécessaires pour lui permettre de réaliser des expériences. Au fur et à mesure, des ajustements et des remises en question sont effectués. C’est donc l’action effective qui nourrit le développement des fonctions cognitives.

Un mouvement d’enseignants

C’est grâce à la constitution d’un réseau coopératif entre enseignants que Freinet a permis aux pratiques éducatives d’évoluer. L’isolement de l’enseignant dans sa classe, sous le poids des règlements et de la hiérarchie administrative, fait place à un échange permanent où chacun peut communiquer ses initiatives, ses réussites, sans honte à parler aussi de ses difficultés.
Des stages, des rencontres, des travaux de commissions, des réunions départementales servent à compenser les insuffisances de la formation des enseignants, très axée sur les connaissances à transmettre, plus que sur la pédagogie.

Autour de Freinet, au sein de lICEM (Institut coopératif de l’École moderne), des milliers d’enseignants, depuis la maternelle jusqu’à l’Université, se sont unis pour mieux surmonter les problèmes qu’ils rencontraient et transformer profondément le travail scolaire. Leur principale revendication est la possibilité de mieux travailler en équipe dans leur établissement.

>> À lire : Tout savoir sur la pédagogie Freinet

Les écoles Steiner Waldorf

Une autre pédagogie alternative est la méthode dite de « Steiner-Waldorf », développée par l’allemand Rudolf Steiner dans les années 1900. L’ouverture au monde est au centre de la pensée allemande, y compris l’apprentissage de deux langues.

Si elle rassemble près de 250 000 élèves dans le monde, cette méthode n’en compte que 2 300 en France, dans une vingtaine d’écoles et de jardins d’enfants.

L’apprentissage

La pédagogie Steiner-Waldorf est basée sur une vision anthroposophique et une compréhension de l’être humain , c’est-à-dire en tant qu’être de corps, d’âme et d’esprit. L’éducation reflète les étapes fondamentales du développement de l’enfant, de l’enfance à l’âge adulte, qui reflète en général le développement de l’Humanité à travers l’Histoire.

L’objectif principal de l’enseignant Waldorf est de développer cette essence chez toute personne indépendamment de l’apparence extérieure, en inculquant à ses élèves une compréhension et une appréciation de leurs origines et de leur place dans le monde, et non en tant que membres de nation, groupe ethnique ou race spécifique, mais en tant que membres de l’humanité et citoyens du monde.

L’approche éducative diffère de l’enseignement ordinaire de plusieurs manières. Pour commencer, les écoles Steiner mettent fortement l’accent sur l’importance des valeurs spirituelles et des compétences sociales et la méthode d’enseignement repose sur un équilibre entre l’enseignement intellectuel, pratique et artistique. Le développement physique est également considéré comme important et les écoles utilisent une forme de danse appelée eurythmie pour aider le développement physique des enfants. Steiner a également considéré la couleur comme un élément important, en particulier pour aider un enfant à développer son imagination. L’enseignement du spectre des couleurs constitue ainsi un élément important de la philosophie de l’éducation.

Le développement de l’imagination est considéré très important. Par conséquent, les jouets en bois sont préférés aux jouets en plastique et les ordinateurs sont généralement évités jusqu’à ce que les enfants soient plus grands.

Un certain degré de spiritualité

Les autres dimensions de la philosophie qui sous-tendent l’éducation aident les enfants à développer un sens sain de leur conscience, de la sollicitude pour les autres, du respect du monde et de leur raison d’être. L’aspect spirituel ne convient pas à tout le monde et, comme il y a un certain degré de spiritualité enseigné durant le temps scolaire, il faut être à l’aise avec ces croyances.

>> À lire : Tout savoir sur la pédagogie Steiner-Waldorf

Les écoles du 3e type

Une école sans horaires, sans leçons, sans cahiers, sans programme, sans évaluation, ouverte en permanence aux parents, à d’autres adultes pendant et hors du temps scolaire, y compris pendant les vacances. L’école du 3e type est une conception globale de l’école ayant une unique finalité : contribuer à la construction de l’enfant en adulte autonome, disposant des outils de l’autonomie pour être et agir dans une société où il ne sera pas passif.

L’apprentissage

Si elle découle des pédagogies actives et Freinet, dont elle prolonge les logiques, l’école du 3e type s’appuie sur une notion différente des langages et de leur construction (langages oraux, écrits, mathématiques, scientifiques, manuels, corporels, artistiques…). Ce sont des outils neurocognitifs qui doivent se construire ou se développer. Ils permettent l’appropriation des connaissances et leurs mises en action dans des savoir-faire et des savoir-être. L’essentiel est donc dans les conditions qui favorisent leur auto-construction par les enfants et leur évolution.

Elle s’appuie aussi sur les avancées des sciences biologiques, neurobiologiques et d’une façon générale celles qui se situent dans une approche systémique. Les caractéristiques, les principes et les lois des systèmes vivants mis à jour ces dernières décennies sont ce sur quoi s’appuient ceux qui ont à la piloter.

L’école du 3e type est donc un système vivant (une entité dans un espace de vie) répondant aux lois de tous les systèmes vivants. Elle s’inclut dans l’environnement et l’écosystème social de sa proximité avec lesquels elle est en interaction et dont elle est un des espaces. Les parents, le village ou le quartier, sont partie prenante de l’élaboration de ses stratégies et de son activité.

Sa structure dissipative et l’auto-organisation qu’elle permet impliquent que les apprentissages informels se substituent aux apprentissages formels. Les constructions des langages se réalisent à partir des projets individuels ou collectifs des enfants, quels que soient ces projets. L’enfant, en interaction avec son environnement, en interrelation avec les autres enfants et adultes, est la source de ses apprentissages. Il n’y a pas de programmes, pas d’évaluations autres que celles naturelles qui s’opèrent dans le concret du déroulement de toute activité pour la réaliser et avancer, pas d’échéances : la pratique a démontré leur inutilité quand ce n’est pas leur nocivité.

Et pour les enfants extraordinaires ?

Tous les apprentissages ont la même valeur, toutes les intelligences sont reconnues de la même façon, qu’elle soit visuelles, musicales, mathématiques etc. Dans ce lieu, nous oublions les notions de retard d’apprentissage, d’enfant intellectuellement précoce, en somme, de trouble des apprentissages, car il n’y a plus de normes pour apprendre telle ou telle chose, mais simplement des parcours différents riches de sens et d’épanouissement.

Où trouver ces écoles ?

Les écoles alternatives s’ouvrent partout en France. Parfois même, au sein d’écoles ordinaires ; les enseignants s’inspirant de plus en plus de ces méthodes et en injectant des principes dans leur pédagogie. Sur cette carte, réalisée par Céline Alvarez, vous trouverez les différentes initiatives mises en place par les écoles et les enseignants. Que ce soit des écoles publiques, privées, sous ou hors contrats, elles respectent les lois naturelles de l’apprentissage pour que l’enfant apprenne en toute autonomie, guidé par un étayage individuel bienveillant.

Liste école alternative en France

Cartographie des initiatives pédagogiques alternatives par Céline Alvarez

Vous connaissez d’autres écoles alternatives et souhaiteriez nous les présenter ? Laissez-nous un commentaire ! 

Sources :
Le modèle d’éducation de Sudbury, Sudbury school,  11 septembre 2011
Qu’est ce que les écoles Reggio ?, New York Times Parenting, 16 aout 2019

  •  
  •  
  •  
  • 7

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.