Née dans les années cinquante, la peinture-thérapie fait référence à une méthode basée sur l’acte de peindre et permettant d’amener une personne à un changement positif dans son appréciation du monde et de lui-même. Cette thérapie a pour but l’enrichissement sensoriel et émotionnel, l’ouverture identitaire et s’inscrit parmi les psychothérapies qui pallient la non-verbalisation.

A qui s’adresse la peinture-thérapie ?

La peinture-thérapie est le plus souvent, pratiquée en libéral, associée ou non à certaines professions éducatives ou sociales. L’art-thérapeute peut aussi intervenir dans diverses structures: hôpitaux, hôpitaux psychiatriques, unités de soins palliatifs, centre de rééducation fonctionnelle et neurologique, foyers de l’enfance, centres de psychothérapie, prisons, association d’aide à la réinsertion, etc. Cette forme de thérapie est fréquemment conseillée comme complément à une psychanalyse ou comme voie psychothérapeutique de secours pour tous ceux qui ont des difficultés avec la parole.

D’une manière plus générale, les problèmes émotionnels, les troubles du comportement, les difficultés d’adaptation, les problèmes psychologiques liés aux handicaps sensoriels et physiques, constituent les indications les plus spécifiques de la peinture-thérapie. La peinture-thérapie pourra par ailleurs canaliser l’activité mentale, structurer l’espace intérieur, et donner du sens aux sensations et aux émotions.

Le pouvoir des couleurs, des lignes et des formes

L’art-thérapeute n’interprète pas l’œuvre mais travaille sur la charge symbolique des actes. Cette interprétation se base notamment sur les couleurs choisies par le patient et la forme des tracés dessinés.

En peinture-thérapie, utiliser les couleurs en phase avec le ressenti du moment revient souvent à traduire des émotions à l’état pur, avant même que des mots ne viennent les traduire. Les traits et les formes expriment également les émotions, mais par le biais de la gestuelle. Tracer une courbe ne traduit pas la même émotion que tracer des lignes brisées. La colère ou l’amour ne se traduiront pas par les mêmes tracés. En dessinant ses lignes et en posant ses couleurs sur la toile, le patient non seulement exprime ses émotions mais reçoit une influence de sa production picturale. Et c’est un véritable dialogue entre le peintre et sa toile qui s’instaure, autorisant un dépassement des résistances et des blocages, et cela débouche sur des prises de conscience à la faveur desquelles le processus thérapeutique proprement dit va pouvoir s’enclencher.

En contemplant ses œuvres, le patient sera très vite amené à regarder ses émotions avec une certaine distance. Une colère exprimée sur la toile, en devenant extérieure, ne présentera plus le même caractère personnel et menaçant. En apparaissant sur la toile, elle prouvera qu’elle peut quitter le sujet pour entrer dans un objet.

Source : article de Jean-Baptiste Loin
http://www.buddhaline.net

Dépasser le handicap par l’expression artistique – l’exemple de l’association « PERSONIMAGES »

Depuis plus de 30 ans, l’association PERSONIMAGES s’est donnée pour mission de mettre la création artistique à la portée des personnes handicapées pour leur offrir l’occasion de s’exprimer, de communiquer leur différence et leur richesse intérieure qu’elles ne peuvent souvent transmettre par les mots ou le discours. Les ateliers de peinture, musique, théâtre, danse, marionnettes, expression corporelle, etc. proposés ont pour but de donner aux personnes en difficulté une meilleure qualité de vie et de favoriser leur intégration dans la société.

  • La peinture : l’atelier n’est pas conçu comme une école dispensant un enseignement figé mais un lieu vivant d’échanges où chacun essaye de découvrir ses propres richesses mais aussi celles des autres.
  • La musique : les activités sont variées : au Domaine Emmanuel d’Hautefeuille, où l’on retrouve l’orchestre de percussion PERCUKOAPA, et rue Vercingétorix à Paris, où une petite formation s’est déjà présentée sur scène, notamment dans le cadre du Téléthon.
  • Le théâtre : le théâtre est source de plaisir, surtout pour ceux qui sont frustrés dans la vie quotidienne. Il est le domaine de tout le possible, du rêve ou de l’imaginaire. Après l’exercice du corps, puis celui de la voix, vient l’improvisation, pivot du travail de l’atelier.
  • La danse : l’improvisation des gestes prime sur l’étude d’un mouvement ou d’un pas de danse structurés à l’avance : le corps traduit spontanément la musique et son rythme.

Un atelier « danse en fauteuil » réunit des personnes à mobilité réduite et des danseurs valides étudiant dans des sections artistiques. Pour en savoir + : le site internet de Personimages

Quelques outils pour pratiquer cette activité

AC269_200 ac227_500
AC262_500 LOT-DE-12-TAMPONS-ANIMAUX

Découvrir tous les outils Hop’Toys pour dessiner et peindre

Découvrir aussi des idées créatives printanières sur Pinterest

 

 

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

1 Commentaire

  • mamcoz 22 dit :

    bonjour, le matériel proposé sur votre site est aussi intéressant pour nous les accueillants de personnes en situation de dépendances. en effet les personnes adultes handicapées mentales sont assez friandes de récrée-peinture.
    bon continuation, cordialement Marie alias mamcoz 22 correspondant ressources de l’asso Vivre Ensemble en Armor : accueilfamilleaht22.unblo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.