Nous avons interrogé Thierry Danigo, ergothérapeute sur la stimulation sensorielle et l’importance de l’apprentissage de la relation cause à effet. Voici ses conseils pratiques pour stimuler son enfant à la maison…

Pouvez-vous très simplement présenter votre métier et votre champ d’intervention ?

Thierry Danigo est ergothérapeute à l‘Association des Paralysés de France, où il exerce un mi-temps au Centre de Rééducation Fonctionnelle « Marc Sautelet » (Villeneuve d’Ascq, 59) en hôpital de jour (accueil en équipe pluridisciplinaire de jeunes enfants présentant un handicap moteur : éducation motrice, appareillage, projet de vie, aides techniques, aides à la scolarité, au domicile, dossiers MDPH…) , et un second mi-temps en qualité de conseiller technique au Réseau Nouvelles Technologies de l’APF.

Ergothérapie et stimulation sensorielle

En quoi l’apprentissage de la relation cause à effet est-il important pour un enfant porteur de handicap et notamment un polyhandicap ?

La relation cause à effet, est une étape très importante du développement sensori-moteur et de la personnalité de l’enfant. Elle a pour objectif de faire découvrir à l’enfant qu’un comportement (le plus souvent un geste moteur) déclenche une action sur son environnement à son initiative. L’enfant devient acteur. Il est important que les actions déclenchées soient sources de plaisir, et déclenchent félicitations et encouragements de l’entourage. La relation cause à effet, peut être travaillée avec des matériels traditionnels, ou plus techniques (contacteurs, jouets adaptés, logiciels éducatifs…). Dès qu’elle est acquise, il faut varier les stimulations pour éviter que l’enfant ne se lasse. Concernant les enfants polyhandicapés qui découvrent la relation cause à effet depuis un contacteur, j’utilise les jouets électriques adaptés, et, dès que possible, le support informatique (jeu, éveil, et aide à la communication), ainsi que le fauteuil roulant électrique (piloté au départ par un seul contacteur connecté en marche avant), comme support d’activité d’éveil basé sur la mobilité, en occultant en accord avec les parents tout projet d’autonomie.

Hop’Toys vous conseille les produits suivants :

En quoi la stimulation sensorielle peut-elle être bénéfique pour un enfant handicapé ?

L’éveil des sens, est à la base du développement neuro-sensori-moteur de tout enfant. L’enfant présentant un handicap moteur (limité dans sa gestualité, sa manipulation, sa mobilité), et/ou un handicap cognitif (troubles des apprentissages) ne pourra pas faire les mêmes expériences, et nécessitera l’aide de l’adulte et de thérapeutes pour se construire. La stimulation sensorielle (ou sensori-motrice), n’est pas seulement bénéfique, mais indispensable.

La stimulation sensorielle peut être travaillée à partir de techniques très ciblées, utilisant un matériel spécifique … le plus important pour les parents, c’est de la mettre en pratique au quotidien, sur les conseils du kiné, ergo, psychomotricien, orthophoniste, en respectant quelques consignes simples concernant les étapes d’apprentissage.

Peut-on trop en faire et sur-stimuler son enfant ? Quel est le bon dosage de stimulation ?

Il existe certaines techniques, basées sur la sur-stimulation, mais qui n’ont pas été initialement écrites pour les besoins d’enfants présentant un polyhandicap. L’enfant polyhandicapé n’agit pas toujours sur commande, et en l’absence de production, l’excès de stimulations, peut provoquer l’effet inverse que celui souhaité : désintéressement, refus, qui parfois peuvent se manifester par un comportement moteur, émotionnel, ou même physiologique. La stimulation sensorielle ou sensori-motrice, ne se prescrit pas comme la durée minimale d’une verticalisation quotidienne, ou la posologie d’un médicament : le bon dosage, toujours personnalisé, dépendra d’un consensus, vu avec les thérapeutes, et la disponibilité des parents et des différents intervenants. Les stimulations doivent le plus souvent apporter bien être et plaisir à l’enfant, elles devront êtres multiples, respecter les phases physiologiques d’éveil en cours de journée, et être équitablement réparties sur la semaine. Il est intéressant de programmer les activités de la semaine, et de les illustrer par des photos sur un semainier pour les annoncer à l’enfant et faciliter ses repères, tout en conservant à l’esprit que la stimulation sensorielle, est un concept qui doit être présent dans toutes les activités quotidiennes.

Très concrètement, que peuvent faire les parents d’enfants handicapés pour éveiller leur enfant, le stimuler… Pouvez-vous nous donner des idées toutes simples et faciles à mettre en place ?

Trop souvent, par habitude, ou manque de temps, l’adulte fait à la place de l’enfant. Dans certaines activités, il est bénéfique de ralentir le chronomètre pour permettre à l’enfant de participer selon ses possibilités.

Ex : lors de la toilette matinale, prendre quelques minutes pour enfiler le gant dans la main de l’enfant, et l‘aider par des techniques facilitatrices, à se laver la face, les avant bras, le torse… pour qu’il participe à son niveau à l’activité.

C’est cet état d’esprit qui, répété dans certaines activités privilégiées de la vie quotidienne permet le plus simplement et le plus efficacement de stimuler son enfant.

Dans un tout autre domaine, de nombreux parents nous demandent conseil pour trouver l’idée géniale du cadeau à offrir à leur enfant la veille de leur anniversaire ou aux périodes des fêtes. Je m’efforce d’y répondre, mais je conseille toujours de fréquenter une ludothèque, et de s’y rendre avec son enfant. Souvent les choix de l’enfant, s’il peut participer, seront différents de ceux initialement pensé par l’adulte (forme d’un jouet, texture, couleur…). De plus, la ludothécaire se fera un plaisir de conseiller les parents. J’attache aussi beaucoup d’importance à que l’enfant puisse jouer avec d’autres enfants de son âge ou son niveau : parfois, le désir d’imitation s’opère plus facilement que sur l’exemple d’un adulte.

Si les parents se montrent très attentifs aux conseils et l’expérience des thérapeutes, ils apprécient également qu’on leur parle de l’expérience d’autres parents. Aussi je n’hésite pas à leur parler de l’expérience locale des Papas Bricoleurs et Mamans Astucieuses, qui chaque année diffusent le guide de leurs expériences et réalisations, avec le concours d’Handicap International et d’autres partenaires. (Guide gratuit sur simple demande : 04 72 76 88 43)

Enfin, ma collègue orthophoniste et moi même, rencontrons souvent des enfants présentant de réelles potentialités, mais qui parfois même tardivement, ne possèdent pas de carnet de communication : il est important, et le plus tôt possible d’apprendre à l’enfant de jouer avec des photos, images, pictogrammes. Il existe aujourd’hui suffisamment de solutions pour créer des jeux à partir d’images que ce soit avec des supports papiers ou numériques.

Hop’Toys vous conseille les produits suivants :

Que pensez-vous des espaces Snoezelen ?

Le concept Snoezelen nous vient de Hollande, et a été importé en France au début des années 90. Les auteurs définissent eux même le Snoezelen comme un concept, une approche philosophique basée sur des expériences pluri-sensorielles, et non pas une méthode et encore moins une thérapie. Les vrais espaces Snoezelen nécessitent un local adapté et de nombreux et coûteux matériels. On les trouve principalement dans des établissements de type IME (Institut Medico Educatif) ou MAS (Maison d’Accueil Spécialisée).

Les résultats peuvent être spectaculaires : détente, bien être, plaisir des sens…

Comment peut-on très facilement installé chez soi un espace sensoriel ?

Sans avoir la prétention de créer chez soi un espace snoezelen, il est tout à fait possible de se créer un espace sensoriel, avec du matériel de base tel : tapis de sol, coussin poire, colonne à bulles, chaine hifi, ventilateur, boite à bruits, fibres optiques, diffuseur de parfums…) On peut facilement trouver ces différents matériels à moindre prix dans des magasins de décoration, sono, puériculture, boutique Hop’Toys…

Une recommandation : ne pas chercher systématiquement à installer ce matériel autour du lit de l’enfant, afin de ne pas conditionner son endormissement à ces stimulations.

L’auteur : Thierry Danigo, ergothérapeute, peut être contacté le lundi au 03 20 20 97 70.
Vous pouvez consulter son blog d’information : http://rnt.over-blog.com

Hop’Toys vous conseille les produits suivants :

N’hésitez pas à lire également les conseils pratiques de Thierry Danigo pour faire le juste choix de cadeau pour son enfant…

  •  
  •  
  •  
  •  

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.