En tant que parents, nous devons aider nos enfants à construire et développer leur empathie. L’empathie peut être considérée comme l’attention ou la préoccupation sincère et désintéressée de l’autre, la solidarité ou encore l’entraide. Elle ne se décrète pas. C’est notamment grâce à la relation bienveillante que l’enfant a avec l’adulte, qu’elle se travaille et s’apprend. On peut également accompagner son développement au travers de jeux éducatifs. Voici nos 5 idées pour cultiver l’empathie chez les enfants grâce aux jeux ! 

L’empathie apparaît chez nos tout-petits entre 8 et 12 mois (sauf en cas de handicap comme l’autisme). On parlera alors d’empathie émotionnelle : le bébé est capable de reconnaître les émotions de l’autre en sachant qu’il en est distinct. L’empathie cognitive, elle, apparaît vers 4 ou 5 ans quand l’enfant développe la capacité à se représenter l’état mental d’autrui : c’est le fait d’être capable de comprendre pourquoi l’autre ressent certaines émotions et dans quelles situations. Mais attention, c’est dans l’observation et l’expérience que l’empathie se développe, se cultive et devient une habitude.

1. Comprendre les émotions

Reconnaître et comprendre les émotions s’apprend. En tant que parents ou éducateurs, nous avons un rôle à jouer.
En plus d’exprimer et d’expliquer nos propres émotions, nous pouvons proposer des activités de développement émotionnel à nos enfants, pour leur permettre de comprendre à quoi servent les émotions, comment les apprivoiser et comment les gérer au mieux.
Voici quelques jeux pour travailler la compréhension des émotions :

emoticartes, Moi et les autres, Emo park

Emoticartes : Sous la forme d’un jeu de cartes, Emoticartes permet aux enfants et aux parents de poser un nom sur leurs émotions et de comprendre leurs réactions. L’enfant devra repérer l’émotion qui le traverse (désagréable ou agréable), la nommer et retrouver dans les cartes ressources ce qui lui permettra de mieux la gérer (à travers des jeux et activités).

Moi et les autres : à travers cette série, l’enfant s’exerce à lire, à observer et à comprendre les émotions des autres. On pourra alors inviter l’enfant à exprimer son ressenti, en lui posant des questions sur les émotions qu’il prête à telle ou telle personne et les indices qui lui permettent d’affirmer cela.

Emo Park : Dans ce jeu extrêmement ludique, l’enfant reconnaît des situations qu’il a l’habitude de vivre au quotidien (le plateau de jeu représente une école). Le but est d’identifier les émotions que ressentent les personnages du jeu et de les faire reconnaître aux autres joueurs grâce à des marionnettes.

>> Pour aller plus loin : Comprendre et maîtriser ses émotions avec les Emoticartes.

2. Communiquer

Comment apprendre à nos enfants à communiquer avec bienveillance ? Tout d’abord, en communiquant nous-mêmes avec bienveillance ! Leur montrer l’exemple en étant à l’écoute de leurs émotions. Mais aussi leur expliquer vos propres réactions. Des activités de mise en situation peuvent les aider à résoudre des conflits de manière positive et pacifique.

Idéo – La table ronde : cette roue pivotante responsabilise et aide les enfants à résoudre efficacement les conflits sociaux. Elle présente 8 sources de conflit sur lesquelles vos enfants pourront imaginer leurs réactions et trouver une solution harmonieuse de façon plus autonome.

3. Changer de perspective

Faire preuve d’empathie, c’est être capable de comprendre l’autre, de se mettre à sa place pour comprendre et envisager les choses à sa manière. Il est alors essentiel de former et d’enseigner aux enfants comment changer de perspective et comprendre l’autre de l’intérieur.

3 jeux pour se mettre à la place de l'autre.

Mets-toi à ma place : un très joli jeu qui incite l’enfant à se mettre dans la peau des personnages, à travers diverses situations, et à décrire ce qu’ils ressentent.

Devine pourquoi ! : Sous la forme d’un jeu de cartes, l’enfant doit faire deviner aux autres joueurs pour quelle raison un membre de sa famille ressent une émotion.

Fiches anti-harcèlement : Des fiches de travail et de discussion pour dire stop au harcèlement scolaire et aider à le prévenir. Le but est de proposer à l’enfant de se mettre à la place de chaque personnage et de décrire ce qu’il ressent et pourquoi il agit de cette façon. Un excellent moyen de débattre et de mettre en scène chaque situation.

4. Collaborer

Nous pouvons encourager les expériences et jeux collaboratifs afin d’éviter que les enfants ne confondent : réussite et compétition, différence et hiérarchie !

Jeu: le verger.

Le verger : on joue tous ensemble pour battre le corbeau! Un jeu collaboratif qui développe l’esprit d’équipe.

On peut également proposer des ateliers « découverte » avec des actions collaboratives : aller ramasser des branchages, des feuilles, des glands… Vous pourrez, par exemple, utiliser un bac d’exploration et tous ensemble, construire et animer une mini forêt !

5. Passer à l’action

Nous pouvons enfin proposer des actions au quotidien qui cultivent la gentillesse et la solidarité. C’est l’idée de cette affiche :

Affiche des bons amis : Cette affiche illustrée psychoéducative axée sur les habiletés sociales présente 24 comportements qui aident les enfants à créer et à maintenir des relations harmonieuses avec les autres, favorisant du même coup leur bien-être et leur épanouissement personnel. On l’utilise pour établir des règles de vie commune, choisir chaque semaine une attitude à privilégier, sensibiliser les enfants…

Et vous, quelles sont vos idées pour développer l’empathie des enfants ?

Article publié le 26 octobre 2018, mis à jour le 10 mars 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.