La tétine, la sucette, la tototte, la tututte… La succion est un réflexe postnatal et fait naturellement partie du développement de votre enfant. Il n’est donc pas étonnant que la grande majorité des nourrissons et des tout-petits utilisent des sucettes pour les aider à se calmer. De nombreux orthophonistes recommandent d’arrêter l’utilisation de la sucette après les deux ans de l’enfant. Mais quand est-il de ses besoins de succion ? Et existe-t-il des effets négatifs à l’utilisation prolongée de sucettes ?

En tant que parent, il est important de prendre en compte les besoins spécifiques de votre enfant pour décider si, quand et combien de temps autoriser l’utilisation de la sucette. L’utilisation de la sucette peut être utile pour réconforter l’enfant dans une situation stressante ou dans le traitement de la douleur. Aucune recherche n’a encore indiqué que l’utilisation de la sucette a un impact négatif sur le développement de la parole lorsque celle-ci est bien utilisée et qu’elle n’est pas surexploitée.

La sucette et les troubles de d’élocution et du langage

Lorsqu’ils sont tout-petits, la sucette peut réduire le risque que votre enfant babille ou parle et, s’il tente de babiller en suçant une sucette, les paroles de l’enfant seront déformées. Certains orthophonistes affirment également que les sucettes entravent le développement normal des muscles et des mouvements de la langue et des lèvres en raison de la position non-naturelle imposée à ces structures par la présence de la sucette.

Les orthophonistes recommandent l’arrêt de la tétine dès l’âge de 12 mois pour plusieurs raisons. Premièrement, le développement oral de l’enfant évolue rapidement au cours des premières années de sa vie. Une succion prolongée peut créer un palais surélevé ou indenté, entraînant une cavité buccale trop grande pour une articulation typique. Cela peut se manifester par un trouble de la parole vers l’âge de quatre à cinq ans, nécessitant souvent un traitement pour y remédier. Téter une sucette favorise aussi un schéma immature de succion-ingestion, ce qui peut entraîner des problèmes d’alimentation et des problèmes d’articulation.

Au-delà de 24 mois, l’aspiration constante d’un objet étranger peut provoquer un développement atypique du palais, des gencives et des dents.

Une utilisation prolongée et fréquente de la sucette semble être également un facteur de risque dans le développement de l’otite. Les infections répétées de l’oreille peuvent augmenter le risque de perte d’audition, voire même entraîner une perte auditive temporaire avec, du coup, des difficultés dans l’apprentissage de la parole et du langage.

Des conseils pour une utilisation raisonnée de la sucette

  • Essayez de limiter l’utilisation de la sucette de votre bébé à la sieste ou au sommeil seulement.
  • Au lieu d’offrir sa sucette à votre enfant pendant les moments d’ennui ou d’émotion accrue, trouvez de nouvelles façons de l’aider en lui proposant une activité, en détournant son attention ou en l’aidant à s’autoréguler : faites une activité amusante, écoutez de la musique ensemble, lisez un livre ou proposez lui son jouet préféré.
  • Limitez l’utilisation si votre enfant a des antécédents d’otite récurrente.
  • Utilisez une sucette avec une taille adaptée à l’âge de votre enfant.
  • Ne laissez pas votre enfant partager sa sucette avec d’autres.
  • Lavez les sucettes à l’eau savonneuse pour les garder propres entre chaque utilisation.
  • Ne mettez pas de produit sucré sur une sucette, cela pourrait endommager les dents de votre bébé.

Comment faire pour que l’enfant délaisse sa tétine ?

La dépendance affective, autre que celle d’un parent ou d’une personne s’occupant de l’enfant n’est tout pas présente chez le bébé. C’est cependant quelque chose qui se développe avec le temps. En limitant l’exposition à la tétine, il est souvent tout simplement plus facile pour l’enfant de s’en détacher. C’est le parent qui induit cette dépendance à la tétine chez l’enfant pour pouvoir le « calmer », mais le retrait de celle-ci est complexe… Dans l’idéal, il faudrait supprimer la tétine aux alentours des 6 mois de l’enfant, avant qu’il ne puisse s’y attacher émotionnellement.

Si l’enfant est plus âgé, ce sera plus compliqué. Le terme « sevrage » est souvent utilisé pour éliminer l’utilisation d’une sucette, mais le « sevrage » est un processus plus naturel où l’enfant se détache tout seul et est généralement attribué à l’allaitement. Si un enfant est un peu plus âgé, il devient nécessaire de « discuter » ensemble des problèmes qu’engendre l’utilisation de la sucette et de trouver ensemble une date à laquelle l’enfant devra l’arrêter, en douceur.

  • Choisissez le bon moment pour sevrer en douceur l’enfant de sa tétine : pas de déménagement en cours, pas de début dans un nouveau mode de garde… Mieux vaut éviter de sevrer l’enfant durant les événements majeurs de sa vie.
  • Proposez une autre source de réconfort à l’enfant lorsqu’il a besoin de sa tétine : un câlin, un doudou, une musique qui le réconforte, une histoire…
  • En parlant d’histoire, lisez ensemble des histoires sur le sujet ! Il existe plein de livres joliment illustrés pour parler de la tétine et de ses méfaits.
  • Lorsqu’il ne l’utilise pas, garder la sucette à l’abri ses regards. Comme dit le proverbe, « loin des yeux, loin du coeur ».
  • Fabriquer une boîte à tétine, ou donner la tétine à une peluche qui va lui garder durant son absence…
  • Encourager l’enfant à prendre soin de ses dents. Expliquez-lui pourquoi il est important de bien se brosser les dents, mais aussi pourquoi il est important de moins se servir de sa sucette. Avec une bonne sensibilisation, l’enfant se rendra compte qu’avoir une bonne hygiène dentaire est important pour ses futures dents.
  • Dès que l’enfant commence à parler, dites lui que vous ne le comprenez lorsqu’il a sa tétine dans la bouche et qu’il doit l’enlever pour parler, ce qui va limiter son utilisation.
  • Les enfants apprennent les uns des autres : le vôtre pourra être plus motivé pour arrêter la sucette si d’autres enfants dans son environnement de les utilisent pas.
  • Soyez patient ! Vous n’observerez pas de changement du jour au lendemain. Laissez à votre enfant le temps dont il a besoin !

Retirer la sucette à son enfant

Les conseils à éviter

Certaines pratiques sont conseillées mais sont à éviter pour le bien-être et la sécurité de l’enfant. Soyez conscient que la modification d’une sucette peut en faire un risque d’étouffement si les morceaux se séparent. Mieux vaut y aller progressivement plutôt que de forcer l’arrêt de la tétine :

  • Ne pas enlever brusquement la tétine, l’enfant pourrait trouver du réconfort avec son pouce… Et comment allez-vous pouvoir enlever le pouce de votre enfant ?
  • Ne pas percer ou couper le bout de la tétine, elle pourrait être un risque d’étouffement pour l’enfant.
  • Ne pas mettre du citron ou du vinaigre pour dégoûter l’enfant.
  • Ne pas mentir à l’enfant au sujet de la disparition de sa tétine : la tétine est un objet d’affection, au même titre qu’un doudou. Cela pourrait créer un manque de confiance en l’adulte s’il se rend compte de la supercherie.
  • Evitez d’en faire don au nouveau-né de la famille, cela pourrait rendre l’enfant jaloux de l’enfant à qui elle a été donnée.
  • Ne culpabilisez pas l’enfant : lui n’y voit qu’un moyen de se calmer et se détendre ! La tétine et la succion lui envoient des endorphines (les hormones du plaisir) en continu, imaginez donc si on vous enlevait votre plaisir de la journée… S’il « rechute », ce n’est pas grave, on lui rappelle juste les règles en douceur.

La patience sera de rigueur pour détacher l’enfant de sa tétine. Concernant les différentes répercussions observées sur l’articulation, la parole, le langage et la communication, elles ne pourront être abordées qu’avec le désir d’autonomie de l’enfant, l’accord implicite des parents et, dans les cas les plus difficiles, l’aide de l’orthophoniste, du psychologue, et même de l’orthodontiste. Si vous êtes inquiets, n’hésitez pas à consulter votre orthophoniste ou votre dentiste pour leur poser vos questions sur l’utilisation de la sucette de votre enfant. Ils seront également en mesure de partager des idées et des stratégies pour aider votre enfant à se passer de sa tétine.

Sources :
Marie Billing, orthophoniste, BSPS
Stephanie Jones, Est-ce que téter une sucette nuit au développement de la parole ?, North Shore Pediatric Therapy
Autumn Smith, MS, CCC-SLP, L’utilisation prolongée de la sucette peut-elle affecter le développement de la parole et du langage de mon enfant ?, Play Works Therapy
Pizolato, RA, Fernandes, FS de F. et Gaviao, MBD (2011). Évaluation de la parole chez les enfants atteints de troubles temporo-mandibulaires. Journal of Applied Oral Science, 19 (5), 493-499
Shotts, LL, McDaniel, DM et Neeley, RA (2008). L’impact de l’utilisation prolongée de la sucette

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Instagram Hop'Toys