Les difficultés phonologiques représentent un problème de langage qui affecte certains enfants âgés entre trois et six ans. Ces enfants n’arrivent pas à s’exprimer de façon intelligible et ne sont pas bien compris de leur entourage lorsqu’ils parlent car le développement des sons de leur langue est perturbé. Si les difficultés phonologiques sont efficacement traitées par les orthophonistes, il n’empêche que le rôle des parents reste primordial pour aider l’enfant à surmonter ses difficultés.

Le modèle verbal

Un modèle verbal consiste à dire un son, un mot ou une phrase à l’enfant pour qu’il puisse l’imiter. Les parents restent l’un des principaux modèles de parole de l’enfant, ce que soit de manière formelle ou informelle. Un modèle est dit formel lorsque les parents demandent à l’enfant de porter attention à ce qu’ils disent pour ensuite les imiter. L’enfant prend alors volontairement conscience de la façon dont il dit prononcer un son ou un mot. Le modèle informel se fait tous les jours, dès que le parent parle à son enfant. Afin d’aider l’enfant à mieux parler, il convient de ne pas faire de demande précise de type « répète après moi ». Cette demande peut devenir très exigeante et dérangeante pour l’enfant. De plus, il importe de ne pas répéter un modèle verbal jusqu’à la production parfaite de l’enfant. L’important est pour l’enfant de faire un pas dans la bonne direction. Il aura l’occasion de se reprendre plus tard. Inutile également d’insister si l’enfant ne répète pas un modèle verbal.

Les étapes du modèle verbal :

  1. Attirer le regard de l’enfant en l’appelant ou en le touchant. Vous placer à sa hauteur pour qu’il puisse bien voir votre bouche et être attentif à la prononciation.
  2. Dire le modèle, en appuyant sur le son ou le mot difficile.
  3. Faire une pause et regarder l’enfant pour qu’il répète.
  4. Renforcer tout l’effort de l’enfant, qu’il ait réussi ou non à corriger sa production.
  5. Poursuivre la conversation et redonner le modèle
Le modèle verbal

La reformulation

La reformulation est une excellente façon d’aider un enfant qui a des difficultés à se faire comprendre par les gens qui ne sont pas de son entourage. L’adulte interprète ce que l’enfant a voulu exprimer et le répète une ou plusieurs fois. Contrairement au modèle verbal, l’adulte ne doit pas s’attendre à ce que l’enfant répète le mot ou la phrase entendue. Lors d’une reformulation, il est important de mettre un peu plus d’accent sur le son difficile, sans toutefois trop exagérer.

La reformulation

La discrimination

Avant qu’un enfant puisse se corriger lui-même lorsqu’il fait une erreur, il doit pouvoir reconnaître la différence entre les sons qu’il produit et la façon dont il devrait les prononcer. Une bonne façon d’amorcer cette discrimination est de lui faire d’abord reconnaître une erreur produite par l’adulte. Cette habileté est souvent pauvrement développée chez les enfants ayant des difficultés phonologiques. L’adulte joue alors un rôle important auprès de l’enfant pour l’amener à reconnaître une erreur sur un son. L’enfant prend le rôle du « professeur » et écoute les erreurs de l’adulte.

La discrimination

L’autocorrection

En tant qu’adultes, nous faisons continuellement des petites erreurs lorsque nous parlons. Nous prenons à peine conscience de ces erreurs, mais avons le réflexe de nous corriger rapidement et de continuer notre conversation. Les enfants avec des difficultés phonologiques s’auto-corrigent rarement. Tout comme la discrimination, les habiletés d’autocorrection doivent souvent être démontrées à l’enfant par l’adulte. Voici quelques exemples :

L'autocorrection

Le renforcement

Un comportement est encouragé ou renforcé lorsqu’une récompense survient par la suite. Par exemple, dire « c’est beau et propre » lorsqu’un enfant range ses jouets devient une récompense verbale qui renforce le comportement de propreté. Il existe aussi un autre type de renforcement qu’on appelle le renforcement contingent. Un exemple de renforcement contingent est le droit pour l’enfant d’aller jouer à l’ordinateur lorsqu’il a terminé ses devoirs. Voici quelques exemples de renforcement : Les félicitations : c’est un moyen de renforcement très fort. Plus les félicitations sont distinctive, plus elles sont efficaces. Les jetons : par exemple l’enfant reçoit un jeton dès qu’il produit correctement un certain son. L’enfant peut alors accumuler des jetons qu’il échangera contre des récompenses plus importantes, comme un jouet ou un autocollant.

Utiliser les livres

Il existe sur le marché plusieurs livres pour enfants permettant d’encourager le développer du langage. Certains portent directement sur les habiletés phonologiques et mettent l’accent sur les rimes, les sons et le plaisir de communiquer avec les mots.

Hop’Toys vous conseille les livres et jeux suivants :

ACHILLE LE CHIEN comptines et virelangues

ACHILLE LE CHIEN Pour s’amuser à bien AR-TI-CU-LER, un petit recueil de phrases poilantes à répéter seul ou à plusieurs…

Découvrez les autres livres de la collection >

ARTI-CARTE-ZZ

ARTI’CARTE « ZZ » Ce jeux de 55 cartes met l’accent sur un son ciblé qui est la source de défaut d’articulation légers ou plus prononcés chez certaines personnes.

Découvrez tous les produits Arti’Cartes >

LA-BELLE-LISSE-POIRE-DU-PRINCE-D-MOTORDU

LA BELLE LISSE POIRE DU PRINCE D/MOTORDU – Le prince de Motordu ne parle pas comme tout le monde. Dans sa bouche, un château est un chapeau, un garçon, un glaçon, une fille, une bille… Amoureux de la princesse Dézécolle, il réapprend le langage.

 

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.