Line Perrin, orthophoniste spécialisée dans la Communication Alternative Augmentée (CAA) explique en quoi la CAA peut aider la personne en situation de handicap à s’autodéterminer.

C’est quoi la CAA ? 

La Communication Alternative et Améliorée (CAA) désigne les moyens, système et outils, mais aussi les postures mis en place pour rendre accessible la communication, en réception comme en production, pour toute personne, enfant, adolescent ou adulte, présentant un handicap de la communication. 

On utilise le terme « alternative » quand la parole est absente, ou d’« augmentative », quand on vient suppléer, aider la parole insuffisamment intelligible.  

Les CAA regroupent à la fois des moyens sans aide technique ou avec une aide technique. Sans aide technique, on a besoin uniquement de son corps pour communiquer. Par exemple, en utilisant les signes, les mimiques, les postures du corps, les intonations.

Lorsque l’on parle d’aide technique, on parle de moyens technologiques comme les tableaux de communication à base de pictogrammes, les cahiers de vie ou les classeurs de pictogrammes. Il y a aussi les moyens « mid tech » comme les boîtiers enregistreurs ou des albums photos avec messages préenregistrés. Et enfin, les moyens  » high tech », comme les appareils avec synthèse vocale sur tablette numérique par exemple, ou sur ordinateur.

infographie CAA

>> Télécharger aussi notre infographie sur la CAA.

À quoi sert-elle et pourquoi permet-elle l’autodétermination ? 

La CAA a pour but de rendre davantage efficace la communication de la personne en situation de handicap. Elle permet également de rendre plus fiables ses messages, de vivre des échanges plus fluides, aisés, authentiques avec elle. Sans oublier, elle lui permet de participer davantage à la vie sociale. Elle s’affirme donc en tant qu’individu à part entière. 

Participation et autodétermination sont donc des notions intriquées. C’est parce que je participe socialement que je peux asseoir ma valeur, que je peux dire mes préférences et exprimer mes choix. Être reconnu socialement me permet d’être acteur de ma propre vie. 

 En tant que personne en situation de handicap, j’ai de la valeur. Je peux avoir des préférences, je peux les dire, et je peux faire des choix . 

Julia Boivin, extrait de « Handicap, histoire de… » du 6 mai 2021.  

Les professionnels impliqués dans la mise en place de la CAA doivent inclure ces notions dans leur pratique lorsqu’ils interviennent auprès d’une personne présentant des besoins complexes de communication. 

L’autodétermination, c’est être autonome mais cela ne veut pas dire qu’on a besoin d’aucune aide. Cela veut dire se faire aider seulement quand on le décide et quand on en a vraiment besoin.

Lahcen Er Rajaoui

>> À lire aussi : L’autodétermination : du concept à la pratique.

Pour pouvoir exprimer ses préférences, ses intérêts, ses choix, prendre ses décisions lorsque l’on présente un handicap de la communication, ou « défis » de communication, et prendre part à la société, on a besoin de la CAA pour pouvoir les dire de différentes manières ainsi que de multiples outils ! 

Pour pouvoir faire un choix lorsqu’on ne dispose pas de la parole, ou qu’on a des difficultés avec le langage parlé, il est alors fondamental de pouvoir disposer de la CAA. Cela implique un entourage accompagnant qui croit en l’autodétermination de la personne en situation de handicap… Et en la CAA. 

CAA en application à la maison

>> À lire aussi : CAA et autodétermination.

Concrètement comment ça se passe ?

Je veux indiquer ce qui me plaît ou ce qui me plaît moins pour mon orientation future lors du PIA (Plan Individualisé d’Accompagnement) :

  • Je peux m’exprimer en signes Makaton 
  • Mon éducateur ou mon orthophoniste peut réaliser un Talking mats (tapis de discussion) avec moi. La thématique serait « orientation en Centre d’Accueil de Jour ». 
  • Je peux pointer sur un tableau de pictogrammes si j’aime ou je n’aime pas la décision.
  • Je peux chercher dans mon cahier de vie un événement où j’explique ce que je n’aime pas.

Mais avant d’en arriver là, tout un processus a été mis en place ! 

  • On a utilisé la CAA au quotidien avec moi.
  • On a pointé sur des tableaux de communication à base de pictogrammes pour que je comprenne, repère les mots, et que je puisse les utiliser à mon tour !
  • J’ai utilisé le PODD® ou ma tablette de communication tous les jours partout et tout le temps !
  • On m’a montré comment utiliser les signes quand je ne trouvais pas mon mot dans l’outil.
  • On a fait des tapis de discussion lors d’événement ou pour parler de tous les sujets.
  • J’ai fait avec mon entourage et les professionnels un cahier de vie des événements que je vivais.

En somme, l’entourage et les professionnels de la personne en situation de handicap ont utilisé la CAA sous toutes ses formes. Cela permet à la personne d’appréhender le fonctionnement de la CAA et de se l’approprier au quotidien.

Les personnes autour de la personne en situation de handicap ont «  parlé pictogrammes, parlé signes, parlé oralement ». Elles ont elles aussi, exprimé leurs choix ou leur désaccord.

Orthophonie et CAA

Le mot de la fin

Grâce à la CAA, et tout comme le développement du langage oral typique, la personne en situation de handicap va intégrer des modèles, se créer sa CAA. Elle comprend ainsi qu’elle a une autre voix que celle de l’oral. Et à force, grâce à la CAA, elle peut s’affirmer !

>> Téléchargez notre livre blanc réalisé avec Line Perrin sur : Comment réussir votre projet de CAA ?

>> Découvrez notre logiciel Boardmaker pour créer et personnaliser des tableaux de communication, des histoires, des activités pour soutenir le langage, des jeux et bien plus encore.


Line Perrin, orthophoniste spécialiste CAALine Perrin est orthophoniste, spécialisée en CAA. Elle a plus de 17 ans d’expérience avec un riche parcours en libéral et au sein de différentes structures ( SESSAD, IMP, CRF, hôpitaux..).
Elle est membre actif d’ISAAC francophone (International Society for Augmentative and Alternative Communication), et est par ailleurs encadrante de mémoire en CAA, créatrice du site Caapratik et intervient auprès d’équipes pour la mise en place de la CAA.

>> Retrouvez Line Perrin sur son site CAA Pratik

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.