Apprendre à manger seul représente un défi pour tout enfant, mais encore davantage pour l’enfant porteur d’une déficience visuelle. Pour l’enfant non-voyant ou malvoyant, la conquête de l’autonomie à table nécessite, comme dans bien d’autres domaines de la vie quotidienne, un véritable apprentissage* qui commence dès le plus jeune âge.

Se familiariser avec les aliments

La familiarisation progressive avec les aliments concerne en premier lieu les parents, médiateurs attentifs face à un bain sensoriel très riche: odeurs, formes, sur les doigts, dans la bouche, sous les dents, goûts, … Apprivoiser des sensations, donner sens à l’inconnu, mais aussi apprendre à mastiquer, tout en maintenant sa posture, … tant d’autres choses qui ne vont pas de soi pour l’enfant non-voyant. Par la suite il lui faudra acquérir les gestes et techniques spécifiques, qui lui permettront de manger seul et de se passer progressivement de l’aide de l’adulte sur l’ensemble du moment de repas.

>> À lire aussi : « Troubles de l’oralité alimentaire : 10 conseils d’ergo ! »

Et en collectivité ?

Si les parents sont les premiers acteurs de la découverte alimentaire et de la guidance éducative, dès lors que l’enfant entre en collectivité et tout au long de son parcours en établissement spécialisé ou non, de nombreux adultes seront amenés à accompagner ces temps de repas. Cette affiche a pour but de sensibiliser les adultes qui interviennent à la cantine, dans les collectivités qui accueillent des enfants non-voyants ou malvoyants. 

L’attitude de l’adulte, mais aussi l’aménagement de l’espace, l’attention portée à l’installation de l’enfant sur sa chaise, au choix de sa vaisselle, à la façon de le guider dans ses gestes, sont autant d’éléments qui pourront faciliter l’autonomie de l’enfant porteur d’une déficience  visuelle, et ainsi contribuer à son bien-être, à sa socialisation et à son développement.

*Les apprentissages concernant l’autonomie de la vie journalière font l’objets d’un enseignement spécifique assuré par l’instructeur en AVJ (Autonomie de la Vie Journalière), professionnels spécialisés dans le handicap visuel. L’instructeur en locomotion quant à lui s’occupe de l’autonomie des déplacements. Il s’agit de 2 qualifications spécialisées qui font l’objet d’une formation spécifique dans le champ du handicap visuel.

Télécharger gratuitement notre infographie :

Infographie : Je suis non-voyant ou malvoyant, à la cantine j’ai besoin...


Je suis non-voyantou malvoyant. À la cantine j’ai besoin...

1 x A3 en pdf

Pour imprimer en A4, réduire l'impression à 70%

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.