La kinésithérapie respiratoire désigne l’ensemble des techniques de rééducation et de kinésithérapie qui permettent une amélioration respiratoire chez le patient. Mais qu’est-ce que c’est vraiment ? Quelles sont les techniques utilisées au sein d’une telle pratique ? Et, surtout, la kinésithérapie respiratoire conviendra-t-elle vraiment à mon enfant ? Hop’Toys est là pour répondre à vos interrogations.

Kinésithérapie respiratoire, qu’est-ce que c’est ?

La kinésithérapie respiratoire est apparue dès le début des années 1960 sur les terres anglo-saxonnes. Initialement nommée « Conventional Chest Physiotherapy », cette technique s’adressait d’abord aux enfants et adolescents porteurs de la mucoviscidose.

Désormais, la kinésithérapie respiratoire convient à toutes les personnes porteuses de troubles ou maladies respiratoires. Les différentes techniques s’appliquent aux cas de pathologies respiratoires obstructives et, ainsi, permettent d’évacuer les sécrétions bronchiques et/ou de désobstruer le nez. La kinésithérapie respiratoire convient aux nourrissons atteints de bronchiolite ou de bronchite âgés de un mois à deux ans.

Le kinésithérapeute, en plus d’exercer les soins sur votre enfant, est présent pour vous informer et vous offrir de précieux conseils à mettre en pratique dans votre quotidien. La séance débute sur une observation et une auscultation, et s’agrémente toujours de questionnement sur l’état de l’enfant (le sommeil, l’alimentation et, plus particulièrement, sa toux actuelle et ses antécédents médicaux…)

Quelles sont les différentes techniques de la kinésithérapie respiratoire ?

Dans le cadre de la kinésithérapie respiratoire, il existe plusieurs techniques différentes et utilisées pour diverses nécessités. En voici une liste explicative – non exhaustive.

Désencombrement des voies aériennes supérieures

Au début de la séance, il faut désobstruer le nez de l’enfant. Pour cela, on peut utiliser du sérum physiologique en aérosol ou en petites ampoules ou un bouche-bébé qui permet d’aspirer les mucosités présentes. Ces techniques sont généralement apprises aux parents à l’issue de la séance.

Ensuite, le kinésithérapeute effectue la technique rhinopharyngée rétrograde. En d’autres termes, il maintient la bouche de l’enfant fermée par un appui au niveau maxillaire inférieur en fin d’expiration ; cela permet à l’enfant d’inspirer par le nez, ce qui entraîne automatiquement les sécrétions vers le pharynx.

Dès lors, les sécrétions nasales sont rejetées hors de la bouche de l’enfant grâce à la technique d’antépulsion pharyngo-buccale ; le médecin empêche la déglutition avec un appui mentonnier sous-lingual et l’enfant peut alors recracher le tout.

Le désencombrement bronchique

Le désencombrement bronchique s’effectue par l’AFE – ou technique d’Accélération du Flux Expiratoire. Pour la pratiquer, le kinésithérapeute pose une main sur la zone thoracique et l’autre main sur la zone abdominale. En effectuant des mouvements synchrones et convergents sur une fréquence de 5 à 10 accélérations successives du flux et avec un léger temps de repos, le médecin provoque la toux de l’enfant et favorise alors le rejet des mucosités.

La technique de la toux provoquée

En comprimant doucement les zones de la trachée, le kinésithérapeute déclenche le réflexe de toux. C’est une technique utilisée surtout chez les enfants en bas âge – jusqu’à 2/3 ans – puisqu’ils sont en incapacité de tousser à la demande. Les enfants plus âgés, eux, auront généralement cette capacité, et n’auront pas besoin de suivre la technique de la toux provoquée.

La broncho-aspiration

À l’aide d’une sonde, un aspirateur à mucosité désencombre les voies aériennes supérieures. C’est une technique utilisée lorsque la toux n’est pas efficace – ou impossible ; le soin est donc proposé aux personnes âgées ou aux très jeunes enfants.

Et en dehors de la séance ?

En dehors des séances de kinésithérapie respiratoire, le praticien peut conseiller aux parents quelques bons gestes à mettre en application dans la vie de tous les jours. En effet, ces conseils permettent de favoriser le bien-être de l’enfant.

  • Veillez au sommeil de l’enfant. Dans l’idéal, couchez le sur le dos, dans une position légèrement surélevée. Cette position facilite la respiration et le sommeil de l’enfant.
  • Protégez l’environnement de sommeil de l’enfant. Gardez sa chambre à la bonne température – pas plus de 2à degrés et pas moins de 18 degrés. Aérez-la régulièrement pour renouveler l’air ambiant.
  • Ne fumez jamais en présence de votre enfant. Évitez-lui autant que possible le tabagisme passif – qui nuirait gravement à sa santé.
  • Veillez à votre hygiène de vie ; lavez-vous les mains très régulièrement et, si vous vous trouvez porteur.se d’un virus, réfléchissez à l’éventualité de porter un masque.
  • Hydratez l’enfant autant que possible.

Carine, blogueuse et instagrameuse plus connue sous le pseudo la_vie_de_tata_carine, partage explications et conseils quant à la pratique du lavage de nez. Kiné pour les bébé, et spécialisée dans la kinésithérapie respiratoire, elle nous semble être une référence à suivre en la matière.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le lavage de nez est quelque chose d’important…votre bébé respire essentiellement par le nez ….les Conduits du nez et les fosses nasales… vous devez faire en sorte de les libérer… Ma video est une méthode…Je n’ai rien contre les autres …c’est ma façon à moi …de professionnelle depuis 20 ans de voir les choses… Le Sérum physiologique et surtout le reniflement ou desencombrement rhino-pharyngé ensuite sont à mon sens indispensables pour libérer les voies aériennes supérieures La position de votre pipette …de votre main et votre vitesse d’exécution du geste est important ..souvent vous ne mettez par le liquide assez vite et c’est pour ça que vous avez l’impression que ça ne marche pas …Je met la pipette en 3 à 5 fois mais très rapidement Tourner également bien la tête de votre bébé 👼🏿 Sur la video vous voyez que le petit n’a même pas eu le temps de renifler le liquide pendant qu’il passait Un bébé qui a le nez bouché peut désaturer de plusieurs points ..c’est à dire qu’il a moins d’oxygène qui arrive dans son corps…il boit également moins bien car il n’arrive pas à boire en apnée et se fatigue du coup beaucoup plus vite Le rhume est malheureusement encore et toujours là….ne laissez pas les choses dégénérer ….même si ce n’est pas une chose facile …même si ce n’est agréablement pour personne ….c’est indispensable au bien être de votre bébé … Plus d’infos en story bronchiolite Courage à tous ….je sais que c’est frustrant et long …il existe malheureusement 200 rhumes différents et ils peuvent les enchaîner…mais tenez bon…et à vos pipettes ❤ . #bebe #baby #maman #famille #lifestyle #mavie #mom #momlife #pregnant #grossesse #jeunemaman #love #bébé #kine #santé #bebemalade #bronchiolite #maternité #futurmaman #bebes #nancy #nancyville #viedemaman

Une publication partagée par Carine 🏠nancy (@la_vie_de_tata_carine) le

La kinésithérapie respiratoire permet de soulager et protéger la condition respiratoire de votre enfant. Avant, pendant et après une séance, veillez au bien-être de votre loulou !

Sources :

Margot Pugin, « Kiné respiratoire pour bébé : comment la pratiquer à la maison », Parents, 29/07/2018

Anne-Flore Gaspar-Lolliot, « À quoi sert la kinésithérapie respiratoire pour bébé ? », Doctissimo, 29/10/2018

Instagram de @la_vie_de_tata_carine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.