Pour célébrer la Journée européenne de l’orthophonie le 6 mars, c’est pendant toute la semaine qu’Hop’Toys a souhaité mettre ces professionnel·le·s à l’honneur. Tous les jours du 4 au 10 mars, un·e « ortho », de France, de Belgique, de Suisse (un·e logopède, donc ;-)) nous parle d’un aspect précis de son métier, des prises en charge spécifiques qu’elles/ils sont quotidiennement amenés à mettre en place. 

Troubles alimentaires, bégaiement, difficultés dans l’apprentissage de la lecture, troubles plus particulièrement liés à l’autisme, les domaines d’intervention des orthophonistes sont nombreux et divers. Aujourd’hui, c’est Inès Cléda, orthophoniste de 24 ans et créatrice de la page J’imagINES, qui nous explique comment elle intervient avec ses patients sur le ré-apprentissage de la lecture.

Je m’appelle Inès Cléda et j’ai 24 ans. Après avoir réalisé mes études à la Haute Ecole Robert Schuman de Libramont (oui oui, je suis belge), j’ai traversé la frontière pour devenir orthophoniste. Je suis installée dans les Ardennes depuis maintenant 3 ans.

 

Créer pour offrir une rééducation adaptée

Je suis une accro à la création. J’ai édité plusieurs matériels, j’ai créé une petite boutique de jeux et accessoires, « jimagines.fr » avec ma maman, orthophoniste également, et je tiens la page Facebook « J’imagINES » où je poste des idées de jeux et adaptations pour enfants en difficultés, ou non. J’offre très souvent des jeux sous forme de PDF et partage toutes mes idées avec grand plaisir. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai décidé de vous en offrir un nouveau aujourd’hui ! Mais d’abord… je vous laisse parcourir l’article.

Je partagerai ici des idées et astuces de rééducation pour aider les enfants en difficulté face à l’apprentissage de la lecture. Je ne parlerai donc pas d’un apprentissage scolaire classique, mais vous proposerai quelques outils et astuces que j’utilise pour permettre aux enfants d’apprendre/réapprendre autrement. Il faut, avant tout, garder à l’esprit que chaque patient est différent (que ce soit au niveau de ses capacités, de ses besoins ou encore de ses objectifs) et que donc, le matériel doit l’être tout autant. L’adaptation à chacun est, à mon sens, la clé d’une bonne rééducation. Ce que je vais donc vous proposer ne conviendra peut-être pas à vos patients, mais c’est ce qui fonctionne globalement avec les miens.

Apprentissge de la lecture avec les Alphas

Utiliser la pluri-sensorialité au sein des mes prises en charges

Ce qui est compliqué dans l’apprentissage de la lecture, c’est d’abord la mémorisation de la correspondance entre une lettre (un graphème) et un son (un phonème) sans aucune logique entre les deux. C’est pour cela que j’essaie d’utiliser la pluri-sensorialité au sein de mes prises en charges, et que les personnages des Alphas font partie de mon quotidien. Ils me permettent de travailler les différents graphèmes de manière visuelle, kinesthésique et auditive. C’est donc un réel moyen mnémotechnique pour permettre à l’enfant, par un visuel et une histoire propre à chaque personnage, d’associer le visuel de la lettre au son qui lui correspond.

Je n’utilise pas la méthode telle quelle, car je réalise toujours mes propres « popotes »… mais intègre les personnages dans la rééducation.

La planète des Alphas

Face au manque d’outils concrets pour permettre aux enfants d’intégrer le principe alphabétique, Claude Huguenin a créé en 1999 la méthode de lecture La planète des Alphas. Pédopsychiatre, spécialisée dans la rééducation du langage écrit, elle a décidé de mettre son expérience au service de tous les enfants en créant une méthode de lecture qui présente notre système d’écriture abstrait et arbitraire sous une forme concrète et ludique.
Voici quelques-uns des outils de la « Planète des Alphas » :

Figurine les Alphas par 28 : grâce à ces 28 figurines représentant les Alphas, les enfants vont pouvoir effectuer diverses activités de manipulation qui leur permettront d’acquérir les bases pour l’apprentissage de la lecture. Avec elles, les enfants vont solliciter leur sens et créer la relation entre la lettre et les sons.

Coffret des Alphas : partez à la découverte des Alphas, des êtres qui ont la particularité d’avoir la même forme et de produire le même son que les lettres. Idéal pour éveiller les enfants à la lecture. Contient 28 figurines (6 cm), le livre du conte, le DVD du dessin animé, un guide, le CD audio, le livret de l’histoire et le poster géant des 28 Alphas.

Les grands Alphas magnétiques : ils mesurent 10 cm et sont aisément visibles ! Ces 60 grands Alphas pour tableau sont adhérents à toute surface lisse dès qu’ils sont humidifiés et sont aussi magnétiques. Ils permettent de réaliser, de manière collective, les nombreuses activités de la méthode. Magnétiques.

Jeu de cartes des Alphas : une fois que votre enfant a appris le principe alphabétique on peut lui proposer des activités ludiques pour lui faire apprendre les différents types d’écritures. Grâce à ce jeu de cartes, votre enfant pourra se familiariser avec l’écriture minuscule script, minuscule cursive, majuscule script et majuscule cursive.

1. Première reconnaissance des lettres

Généralement, je commence en les disposant sur le bureau, et je demande à l’enfant si certains personnages lui sont familiers. Même s’ils ne connaissent pas la méthode, la plupart s’interrogent: « Oh, on dirait un /a/ ». Si ce n’est pas le cas, je lui montre l’une des lettres acquises, et lui pose moi-même la question : « Oh ! Tu ne trouves pas que l’on dirait un /a/ ? » et généralement, ils se mettent ensuite à chercher parmi les autres personnages.

L’objectif ici, est qu’il puisse se rendre compte qu’il connaît finalement déjà certaines lettres, et qu’il puisse visualiser combien il lui en reste à apprendre.

Permettre à l’enfant de se rendre compte que l’apprentissage n’est pas infini et qu’il y aura donc une fin, est aussi l’une de mes priorités pour tenter de garder la motivation (ou de la rendre).

D’autres exemples de produits pour aborder la reconnaissance des lettres en sollicitant le sens tactile et kinesthésique :

Alphabet géant : 26 coussins en feutrine, en forme de lettres géantes pour aborder l’alphabet de manière kinesthésique. Lancez-les, suspendez-les au mur, intégrez-le dans des jeux de construction, des jeux de rôle, manipulez-les dans tous les sens… Une autre façon d’appréhender l’apprentissage de l’alphabet qui utilise le corps et l’imagination ! Livré dans un sac de transport.

Construire les lettres : ce coffret d’activités encourage la reconnaissance des lettres. Il met l’accent sur les ressemblances et les dissemblances entre celles-ci. L’enfant utilise les pièces codées par couleur pour construire les lettres selon des modèles. Un excellent jeu de manipulation pour préparer la lecture ! 13 cartes d’activités recto-verso.

2. Reconnaissance des lettres par le son

J’intègre ensuite, petit à petit, les différents personnages ainsi que leur histoire, puis propose différents jeux pour tenter d’automatiser ces nouvelles informations. Par exemple, je positionne les Alphas sur la table, et l’enfant doit attraper le plus rapidement possible le bon personnage en fonction du son prononcé. Ou bien l’on retourne une carte avec la photo de l’Alphas, et il faut être le plus rapide à attraper le bon personnage en produisant le son. Ou encore, on cherche dans un sachet (grâce au toucher), le bon personnage en fonction du son donné.

Il y a vraiment énormément de possibilités de jeux à réaliser avec ce matériel.

3. Déshabiller les Alphas

Ensuite les Alphas se « déshabillent » et on essaie, petit à petit, de retirer cette « béquille ». J’enchaîne par des exercices de fusion phonémique, où je positionne les voyelles (les monsieurs et les madames) du côté droit, et les consonnes (autres personnages) du côté gauche. Je commence avec les fricatives (CH-J-S-Z-F-V) qui permettront une réalisation plus aisée de l’exercice puisque l’on pourra prolonger le son dans le temps. On choisit notre personnage, par exemple, le chat /ch/, et on le déplace jusqu’à une voyelle, tout en produisant le son : CHHHHHH…A ! Lorsque l’exercice est efficace avec les fricatives, j’intègre le reste des personnages, et je réalise le même exercice. Nous pouvons ensuite initier la lecture de syllabes et mots simples (C + V).

Après les graphèmes seuls, j’intègre les digraphes. J’utilise toujours les Alphas pour que le patient puisse se rendre compte qu’ils sont l’association de deux autres lettres (déjà connues). Généralement, j’explique que lorsqu’ils s’associent, ils chantent. Par exemple, si monsieur /o/ donne la main à mademoiselle /u/, ensemble, ils chantent /ouuuuuu/. Et ainsi de suite pour tous les digraphes.

4. Mettre les sons en couleur

Pour renforcer le côté visuel, et pour la suite de la rééducation, dont notamment la fusion phonémique, j’associe également une couleur, et si besoin, un objet/animal, etc. Par exemple, sur la fiche du son [ou] je mets : les Alphas, la couleur rouge et loup. Je laisse ensuite l’enfant choisir son moyen mnémotechnique.

Lorsque les digraphes ont été vus, je continue mes exercices de fusion phonémique.

Pour commencer, je propose des exercices avec uniquement une consonne suivie d’une pastille de couleur. Ensuite je propose des syllabes complètes avec les digraphes mis en couleur, ce qui permet au patient de mémoriser l’association des lettres avec la couleur et donc le son.
Pour la suite de la rééducation, je reste donc dans une progression classique : mots, phrases, textes, … Toujours en mettant les sons en couleur (je propose d’ailleurs aux enfants de les mettre eux-mêmes en couleur pour réaliser un exercice de repérage), et petit à petit, on retire cette « béquille ».

Comprendre le système alphabétique

L’intérêt de tous ces exercices est d’intégrer de manière progressive, les graphèmes et les sons, mais surtout de tenter d’amener une compréhension du système alphabétique ainsi que du système de prononciation, tout en espérant une automatisation.

L’enfant qui ne parvient pas à saisir ces subtilités se verra très vite en difficulté, puisque sa mémoire sera rapidement saturée. Il me semble donc primordial d’aborder le langage écrit par la pluri sensorialité pour que l’enfant puisse utiliser les moyens mnémotechniques qui lui permettront, certes, de mémoriser, mais surtout de comprendre la construction et le fonctionnement de la lecture. C’est seulement lorsque l’enfant aura intégré le principe alphabétique, qu’il pourra se concentrer sur la compréhension de ce qu’il lit. Il faut également garder à l’esprit qu’un certain nombre de prérequis est nécessaire pour permettre à l’enfant d’entrer dans le langage écrit, et que donc, mes idées d’exercices ne seront à proposer, qu’après une consolidation de ceux-ci.

J’espère que ces idées vous plairont, et que le PDF pourra aider vos enfants/patients comme ils aident les miens. Et surtout, n’oubliez pas de les adapter en fonction de leurs capacités et besoins.

>>Télécharger les fiches de lecture Alphas de J’imagINES

 

Marianne est chargée de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.