Savoir s’habiller seul est une étape importante de l’autonomie. Une étape importante pour les enfants qui gagnent ainsi en estime de soi, comme pour nous parents, qui, avouons-le, sommes heureux que Loulou puisse se débrouiller un peu plus lui-même le matin, lorsque nous sommes immanquablement pressés/en retard/en train de changer la couche du petit dernier/ les trois à la fois !
Comme pour toutes les grandes étapes vers l’autonomie, celle-ci doit s’effectuer petit à petit, avec l’aide des parents bien-sûr, mais aussi, avec celle d’un support visuel, qui va permettre de détailler tout l’habillement, geste par geste. Découvrez ici nos conseils et astuces et téléchargez notre infographie ! Affichée près du lit de Loulou ou sur son placard, on est sûr qu’elle fera des merveilles !

Les missions des parents

Saluer les petites victoires

Tout apprentissage se fait petit à petit. N’allez pas demander à votre enfant de savoir directement boutonner un chemisier et encore moins nouer ses lacets ! Allez y petit à petit. Dans notre infographie, nous proposons des petites cases que l’enfant pourra cocher dès qu’il aura réussi une étape. L’idée est en effet de saluer chaque progrès, comme une petite victoire.

 Tu as réussi à mettre ton caleçon tout seul ? Bravo !  Il n’est pas dans le bon sens ? Ce n’est pas grave, c’est déjà bien. Demain, tu réussiras à le mettre comme il faut ; regarde comment tu peux différencier l’envers et l’endroit.

Votre enfant a un handicap, des problèmes praxiques ? N’attendez bien sûr de lui que les gestes qu’il peut réaliser et focalisez-vous sur ceux-ci.

Laissez le temps

Ne pressez pas votre enfant. Si vous voulez qu’il apprenne à s’habiller seul mais être contraint de partir, à la crèche à l’école, au centre à une heure donnée, réveillez-le un peu plus tôt. Bien sûr on privilégiera d’abord les week end et les vacances pour pouvoir plus aisément lui laisser du temps.
Dans un second temps, quand votre enfant saura s’habiller, vous pourrez lui demander de le faire dans un temps imparti. Un Time Timer pourra alors être d’une grande utilité pour lui permettre de bien visualiser et intégrer le temps dont il dispose pour cette tâche.

Quoi qu’il en soit, tâchez de rester toujours calme et positif. Il n’est pas complètement prêt et il est l’heure de partir ? Ce n’est pas grave. Focalisez-vous sur ce qu’il a fait et non sur ce qu’il n’a pas fait, afin de ne pas le décourager.

On n’y pense pas toujours, mais si vous êtes en train d’apprendre l’habillement autonome à votre enfant, faites-en sorte que tous les adultes qui s’occupent de lui en fassent de même. Si Mamie ou papa l’habillent eux-mêmes quand c’est eux qui s’en occupent, cela risque de perturber son acquisition !

Organiser son autonomisation

Pour faciliter la tâche à votre enfant, choisissez la veille au soir les vêtements qu’il devra mettre et sortez-les lui du placard. Par la suite, vous pourrez lui demander de les prendre lui-même, en commençant éventuellement par ses sous-vêtements (puisque a priori il peut prendre n’importe lesquels) pourvu que ceux-ci aient bien une place dévolue que l’enfant connaisse et qui soit à sa portée.

Sortez les vêtements, donc, et disposez-les dépliés de préférence, dans l’ordre et le sens où l’enfant doit les enfiler. Autrement dit, posez sur le dessus de la pile ce qu’il devra enfiler en premier ou alors attendez-vous à un

Maiiiiiiiis, je trouve plus ma deuxième chaussette !!

Attention à ce que ses vêtements soient bien dans le bon sens. (Vous n’allez pas lui demander en plus de retourner ses chaussettes !)

Privilégiez, au début, les vêtements simples : pantalon sans bouton, ni braguette (à élastique donc, de préférence), pas de chemisier, ni de col roulé dans un premier temps. Et on attendra un peu pour l’enfilage des collants. Et quand il faudra passer à cette difficile étape avec sa fille, on commencera par lui mettre ses collants tire-bouchonnés sur les mollets et en lui demandant de les remonter toute seule. Puis elle s’essaiera seule à cette technique qu’elle aura ainsi vue faite plusieurs fois par vous.

N’oubliez pas la motricité fine

Enfin sachez que pour s’habiller de manière autonome, l’enfant doit avoir acquis certaines compétences de motricité fine. Aidez-le à renforcer celles-ci régulièrement en mettant à sa disposition des jeux lui permettant d’exercer sa dextérité : cadres d’habillement Montessori, fruits à enfiler, mais aussi jeux et petits outils permettant de renforcer les prérequis essentiels (préhension, pince, force des doigts, coordination oeil-main), en même temps que ses compétences de planification.

Ziptou : trois adorables personnages emmitouflés dans leur manteau que l’enfant a plaisir à ouvrir et refermer en manipulant les différents systèmes de fermeture : un bouton, un zip et deux petits boutons pression. Il développe ainsi sa motricité fine et sa concentration. On peut même cacher de petites surprises sous les manteaux !

Cadre habillage Montessori : des classiques, à fixer à un mur ou un nido éventuellement pour développer les compétences de vie pratique de la pédagogie. L’enfant affine sa motricité fine, sa coordination et sa capacité de concentration. 5 cadres vendus à l’unité : boutons, laçages, pressions, zip, mais aussi boucles (dès 7 ans).

Laçage malin : un jeu original qui encourage la créativité tout en développant des compétences de motricité fine. Cette drôle de balle est pourvue de trous de part et d’autre de sa surface. On y glisse des tiges flexibles de couleur pour créer des boucles plus ou moins grandes, au gré de son imagination ou pour reproduire l’un des 10 modèles proposés.

Kit d’outils motricité fine : ou comment s’entraîner à des gestes précis en motricité fine tout en s’amusant : préhension en pince, agilité/force des doigts, coordination pour l’utilisation de ciseaux, coordination œil-main…

À partir de là, à l’enfant de jouer ! Déterminez bien la méthode que vous pensez la plus pratique pour lui (par exemple, ici on pense vraiment que les chaussettes doivent être enfilées avant le pantalon, car si le bas du pantalon est un peu serré, c’est fichu ;-)), apprenez-lui les « petites astuces » comme bien tenir ses manches longues avant d’enfiler un gilet ou un pull par dessus, enfiler son manteau avec la méthode dite du papillon, etc.

Voici les étapes que l’on propose à l’enfant de suivre dans notre infographie. Croyez-nous, on y a tous bien réfléchi ici, comparant nos expériences de parents et la manière de nommer un tricot de peau/maillot de corps. ???…. On a opté pour tee-shirt !
Mais, bien sûr, si votre enfant préfère commencer par le haut, aucun problème ! L’idée est simplement qu’il finisse par valider toutes les étapes.

Et puis, pour vous parents pressés et trop occupés, on a même pensé à demander à Loulou ne pas oublier de ranger son pyjama ! C’est cadeau ! 😉
Petite astuce : si vous en avez la possibilité, plastifiez l’infographie et invitez l’enfant à cocher les étapes réalisées avec un feutre à tableau blanc pour valider les étapes tous les matins !

Voilà on espère vraiment que ces conseils et cette infographie pourront vous aider. N’hésitez pas à partager avec toute la communauté vos trucs et astuces à la fois pour l’aider à se préparer, mais aussi pour célébrer chacun de ses petits progrès !

L'autonomie à petits pas - l'habillement


Télécharger la première infographie de notre collection "L'autonomie petit à petit" pour apprendre à s'habiller seul·e : 10 étapes à valider petit à petit, à son rythme, pour devenir grand·e !

L'habillement A4

Marianne est responsable de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog. Passée par l'édition, la médiation culturelle et l'enseignement, elle aime tout particulièrement aborder des sujets pédagogiques, culturels et d'actualité.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.