Les réflexes archaïques apparaissent au cours de la petite enfance et sont intégrés aux mouvements normaux au fur et à mesure que l’enfant se développe, au cours des six à douze premiers mois de sa vie. Communément, il est admis que ces réflexes seraient bénéfiques pour l’enfant afin qu’il apprenne à organiser son comportement moteur. Ces réflexes primaires ont une intensité qui varie d’un enfant à l’autre et d’une situation à l’autre

L’intégration de ces réflexes archaïques est naturelle. Le cortex va exercer un rôle de contrôle, permettre l’inhibition des réflexes et les modifier, de telle sorte que le schéma de réponse ne soit plus stéréotypé. Cependant, le réflexe ne disparaît pas : il peut se réactiver en cas de stress ou lors d’activités nécessitant une grande force. Lorsque ces réflexes dits archaïques sont encore au-delà de la période de développement attendue ou typique, leur présence est considérée comme une indication de possibles  problèmes de développement sous-jacents ou neurologiques. Lorsque ces réflexes ne s’intègrent pas, ils peuvent interférer avec le développement des habiletés motrices de l’enfant.

Les réflexes archaïques en une infographie : Le Réflexe Tonique Asymétrique du Cou (RTAC)

Une série d’infographies

Chaque semaine, retrouvez des infographies sur les réflexes toniques, leur importance si le réflexe persiste au-delà de la moyenne d’âge typique et l’impact possible sur le développement de l’enfant. Dans la dernière infographie de cette série, nous vous proposerons des activités et exercices connus pour inhiber l’activation des réflexes toniques et faire progresser le contrôle postural.

Le Réflexe Tonique Asymétrique du Cou (RTAC)

Le réflexe tonique asymétrique du cou (RTAC) est un réflexe qui apparaît entre la naissance et les deux mois de l’enfant. Son intégration se situe autour des 4 à 6 mois. Lors de la rotation de la tête, le bras et la jambe de l’enfant se mettent en extension du côté où la tête est tournée. À l’inverse, les membres du corps de l’autre côté se fléchissent.

Lorsque ce réflexe persiste, l’enfant peut avoir des difficultés à se retourner, à passer du dos au ventre et du ventre au dos. L’utilisation des deux mains en simultané, sans à-coup à la ligne médiane peut être complexe pour l’enfant, tout comme son équilibre lorsque sa tête tourne à partir de la ligne médiane, ce qui peut retarder le quatre-patte et la marche.

>> À lire : Le croisement de la ligne médiane en ergothérapie

Infographie le Réflexe Tonique Asymétrique du Cou


infographie RTAC

 

 

1 A3 en pdf, pour imprimer en A4 réduire l'impression à 70 %

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.