C’est à partir des recherches de Margaret Walker que le programme Makaton a été lancé en Grande-Bretagne dans les années 70. Aujourd’hui, le TMC (The Makaton Charity) est l’organisme charitable britannique responsable de toutes les activités Makaton dans le monde entier. Le TMC assure la formation de nombreux parents et, professionnels et supervise un réseau international de formateurs Makaton homologués. Il y une trentaine de formateurs en France et 1300 au Royaume-Uni. Le TMC propose également du matériel ressource et des services de traduction.

Le principe

Makaton est un programme de langage et de communication qui allie des signes, des pictogrammes et la parole. Il s’agit donc d’une approche multimodale. Les signes sont issus de la langue des signes du pays. Ils correspondent au langage parlé et à un aspect dynamique de la communication. Les pictogrammes, à la différence d’une photo, permettent de généraliser le concept représenté. Leur graphisme est très simple afin de pouvoir être reproduit à la main. La permanence des pictogrammes aide à la rétention mnésique et permet de visualiser la structure du langage. Ils correspondent plutôt au langage écrit.

La parole est systématiquement associée aux signes et/ou aux pictogrammes. Ainsi, lorsque les signes sont utilisés, ils suivent la syntaxe du langage parlé et non la syntaxe de la langue des signes.

 L’objectif est double :

  • développer un moyen de communication augmentatif, en permettant à l’utilisateur de s’exprimer grâce aux signes et/ou aux pictogrammes.
  • favoriser l’émergence et le développement du langage oral.

Un autre intérêt du programme Makaton, lorsque les proches des utilisateurs utilisent les signes ou les pictogrammes conjointement au langage parlé, est de favoriser une meilleure compréhension du langage. 

Il existe deux corpus de vocabulaire :

  • le vocabulaire de base, qui est un vocabulaire fonctionnel, restreint à 450 concepts, correspondant aux besoins fréquents du quotidien. C’est le socle commun à tous les utilisateurs Makaton.
  • le vocabulaire supplémentaire, qui est une réserve de vocabulaire permettant d’étendre le vocabulaire de base et de répondre à des besoins plus spécifiques. Le choix du vocabulaire supplémentaire se fait en fonction des expériences personnelles de chacun.

Autisme : le makaton

Les différents niveaux d’utilisation

Le Makaton répond aux besoins d’un large spectre d’utilisateurs potentiels, qu’ils soient enfants ou adultes : retard mentalautismepolyhandicaptroubles spécifiques du langage, atteintes neurologiques affectant la communication… Il peut être intégré à d’autres programmes tels que le PECSTEACCH

Le programme Makaton peut être utilisé à différents niveaux :

  • Le premier niveau correspond à une utilisation très fonctionnelle : un signe ou un pictogramme représente un message entier,
  • puis, l’utilisateur peut combiner les signes ou pictogrammes entre eux pour former des phrases « clés », sans éléments grammaticaux. 
  • Le dernier niveau correspond à un niveau élaboré, où tous les éléments grammaticaux du langage sont signés ou pictographiés.

Merci à Isabelle SANTANDREA, présidente de l’AAD Makaton* et Samuel Casseron, directeur de l’ADD Makaton pour leur collaboration sur ce billet.

Sources :
AAD MAKATON, 212, Rue Roger Salengro, 85000 La Roche-sur-Yon, 02 51 05 96 77, www.makaton.fr
Photographie : Samuel Casseron

 

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.