Conseils

Publié le 06 janvier 2017 / par Caroline / Temps de lecture estimé 5 min.

0

Communication Améliorée et Alternative : La méthode PODD (2ème partie)

Gayle Porter est orthophoniste depuis plus de 25 ans en Australie. Elle travaille depuis de nombreuses années avec des personnes ayant des besoins de communications complexes . Elle a mis au point le PODD (littéralement Pragmatic Organisation Dynamic Display), une méthode basée sur des tableaux dynamiques à organisation pragmatique. Concrètement, ce sont des cahier de communication réalisés à partir de symboles utilisés par l’entourage proche des enfants qui vont pouvoir apprendre à communiquer grâce à ces symboles à multi-niveaux avec plusieurs profondeurs lexicales (pictogrammes, symboles graphiques, mots écrits…). Voici la suite de notre dossier sur le PODD et son utilisation… 

Comment utiliser le PODD ?

L’immersion pour apprendre ce tout nouveau langage

L’objectif principal du PODD est de promouvoir l’ immersion, une stratégie d’enseignement où toutes les personnes gravitant autour l’enfant avec BCC utilisent l’outil de communication alternative non seulement pour communiquer avec elle, mais aussi pour communiquer avec les autres. Comme pour l’apprentissage d’une nouvelle langue, c’est en plongeant l’enfant dans ce nouveau langage qu’il en apprendra davantage.

La meilleure façon d’utiliser en immersion le PODD est d’avoir accès à beaucoup de vocabulaire. Cela permet aux personnes autour de l’enfant d’avoir plus d’occasion de communiquer grâce au PODD entre elles en utilisant les symboles. L’enfant va alors apprendre et comprendre le sens des symboles et les utilisera bien plus facilement à son tour.

Un grand nombre d’étude ont montré que l’immersion aide le développement du langage pour les enfants avec BCC en augmentant la compréhension et l’utilisation des outils de communication alternative.

Établir des habitudes de communication «tout le temps»

Il est important d’établir l’habitude de transporter et d’avoir le PODD partout avec soi. Dans certain cas, il n’est pas pratique pour l’enfant de transporter le PODD (à la piscine ou à la mer par exemple). Il faudra alors s’assurer d’avoir accès à une autre méthode de communication alternative.

Toujours commencer sur la première page

Pour tous les PODD, l’enfant est encouragé à commencer sur la première page pour indiquer son message. Certains symboles vont indiquer un numéro de page, ce qui conduira l’enfant à plus de mots sur le sujet, à un vocabulaire plus riche.

Sauf si l’enfant avec BCC est capable de tourner les pages de façon indépendante lorsqu’il lui est indiqué de se rendre à un numéro de page spécifique, c’est au partenaire de communication de tourner les pages afin de permettre à l’enfant de se concentrer sur la création de son message.

Le degré d’assistance du partenaire de communication dépendra bien entendu des besoins de l’enfant.

Il n’y a pas une façon d’utiliser le PODD

L’utilisation du PODD est unique pour chaque personne. Comme pour tous les autres outils de communication alternative, une façon de faire avec un enfant peut ne pas être la bonne avec un autre. L’appui des partenaires de communication et l’assurance qu’ils retransmette la véritable pensée de l’enfant sont les facteurs les plus important pour une bonne utilisation du PODD.

Les types de PODD

Le PODD peut différer dans sa façon d’être organisé et d’être lu en fonction des besoins individuel de communication, de ses besoins sensoriels, et de ses capacités physiques. En accès direct avec pointage du doigt, ou en accès alternatif, de multiples alternatives peuvent être proposées :

  • L’alternative visuelle : Pour les personnes ayant une déficience visuelle corticale, il est possible d’utiliser des symboles à la place des pictogrammes, qui seront alors moins complexes.
  • Le choix assistée : Le partenaire de communication peut pointer ou lire les différents pictogrammes sur chaque page jusqu’à ce que l’enfant avec BCC lui indique le bon choix.   
  • Le pointage visuel : l’enfant avec BCC indique le pictogramme choisi grâce au pointage visuel. L’enfant va choisir le pictogramme qu’il souhaite montrer à son partenaire de communication qui va l’interpréter.
  • L’accès codé : Une référence est donnée pour chaque colonne (nombre) et chaque ligne (couleur). L’enfant avec BCC regarde alors la couleur et le nombre qui correspond à ce qu’il veut dire.
  • Prendre et montrer : l’enfant va pouvoir prendre le pictogramme et le montrer ou le disposer sur un pupitre de communication afin de créer des phrases complètes. Le pointage direct reste malgré tout une priorité à enseigner dans la mesure du possible.

Connaissiez vous cette méthode ? L’appliquez vous avec votre enfant ? N’hésitez pas à nous laisser vos impressions et vos questions en commentaire ! 

 

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Revenir en haut ↑