L’un des domaines les plus passionnants est la recherche sur la mémoire basée sur le cerveau. De nombreuses études de neuro-imagerie et de cartographie cérébrale ont pu être réalisés pour voir le cerveau qui travaille en apprenant.

Le Dr Carol Dweck, professeur de psychologie à l’Université de Stanford, étudie l’état d’esprit chez l’enfant. Ses recherches montrent que les croyances des élèves en matière d’intelligence jouent un rôle important dans leur réussite scolaire, leur engagement et leur bonheur.

Elle a constaté que l’état d’esprit des élèves – c’est à dire la façon dont ils perçoivent leurs capacités – a joué un rôle clé dans leur motivation et leur réussite, et que si nous arrivions à changer les mentalités des élèves, nous pourrions améliorer leur efficacité dans leurs efforts fournis. Les étudiants qui croyaient que leur intelligence pouvait être développée (un état d’esprit de croissance) surpassaient ceux qui croyaient que leur intelligence était fixe (un état d’esprit fixe).

Etat d’esprit et « performance » scolaire

Alors que la plupart des enfants naviguent pendant l’adolescence, une proportion significative se désengage de l’école et, par conséquent, les résultats scolaires et l’estime de soi déclinent. Lorsque Dweck et son équipe ont exploré le rôle des croyances mentales chez les adolescents, ils ont découvert que même lorsque les étudiants des deux extrémités du continuum fixe / croissance ont des capacités intellectuelles égales, leurs croyances prédisaient leurs performances scolaires.

Dans une étude, Dweck a comparé deux groupes de 12-13 ans entrant à l’école secondaire qui ont été évalués comme ayant des mentalités fixes ou de croissance. Le groupe de l’état d’esprit de croissance a amélioré ses résultats en mathématiques au cours de l’étude, tandis que le groupe à mentalité fixe a montré une faible motivation et une baisse des notes.

Dans une seconde étude, l’équipe de Dweck a inversé la tendance à la baisse des scores en mathématiques en organisant une intervention simple – les étudiants étaient entraînés sur la croissance par rapport aux mentalités fixes. On leur a dit que chaque fois qu’ils apprennent quelque chose de nouveau, leur cerveau forme de nouvelles connexions, et qu’avec le temps, leurs capacités intellectuelles peuvent être développées. Un groupe de contrôle a appris des compétences d’étude. Après la formation, le groupe témoin a continué à montrer des notes en baisse, mais remarquablement, le groupe de mentalité de croissance a montré une augmentation significative de leur motivation à apprendre et leurs notes.

 

Infographie


 

 

format A3, pdf

Source de l’article :

Dr Carol Dweck

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.