Ressources neurosciences et apprentissages

Publié le 10 janvier 2018 / par Perrine / Temps de lecture estimé 3 min.

0

Téléchargement : neurosciences, les 4 piliers de l’apprentissage

Grâce aux neurosciences cognitives (sciences qui abordent le cerveau en tant qu’outil de traitement de l’information) 4 facteurs principaux de réussite d’un apprentissage ont pu être identifiés : l’attention, l’engagement actif, le retour d’information (feedback) et la consolidation. On vous explique tout dans cet article. 

L’attention : on filtre !

L’attention est ce qui nous permet de filtrer les informations qui nous semblent importantes, de les sélectionner et d’en moduler le traitement. Le système de l’attention se décompose en 3 système :

  • L’alerte : attirer l’attention de l’apprenant
  • L’orientation : canaliser l’attention pour que les autres stimuli deviennent invisibles
  • Le contrôle exécutif : inhiber un comportement indésirable qui ferait double tâche

Dès lors le défi des parents, professeurs, professionnels de santé est d’attirer (de bien orienter) l’attention sur la bonne information.

L’engagement actif : on participe !

On comprends tout de suite dans le titre : un enfant qui ne fait pas n’apprend pas ! il faut que celui-ci soit actif et non passif. Il faut mobiliser l’enfant, lui donner l’opportunité de se tester, de s’invertir dans l’apprentissage.

Le feedback : on expérimente !

Faire des erreurs c’est normal et aussi indispensable ! En faisant des erreurs on renvoi à notre cerveau des informations capitales pour améliorer la prédiction suivante. Vous me suivez plus? Je vous explique ! Lorsqu’une personne réalise une action, le cerveau va réaliser des prédictions et intégrer des erreurs de prédictions : il lance une prédiction, reçoit des informations sensorielles, il compare la prédiction et les informations qu’il reçoit pour par la suite ajuster la prédiction suivante. Pour résumé, grâce au retour d’expérience on va faire des nouveaux essais pour ajuster le tir jusqu’à ce que cela soit compris.

C’est en faisant des erreurs que nous apprenons ! Mais attention, il faut que cette erreur soit remarqué par l’apprenant ET qu’elle ne soit pas sanctionnée pour ne pas créer de stress, car le stress est un inhibiteur d’apprentissage. Alors on va plutôt utiliser de la valorisation et des encouragements plutôt que des sanctions.

Consolidation : on renforce l’acquis !

L’apprentissage n’est pas facile vous pouvez le voir par exemple lors de l’apprentissage de la lecture.;. Au départ le traitement est explicite, l’apprentissage est difficile au début et il  n’y a pas d’automatisation. Pour la lecture par exemple on va déchiffrer sans trop comprendre le texte au départ. L’attention est fixée entièrement sur la tâche à réaliser : lire dans cet exemple. Puis par la suite le traitement devient implicite. Le cerveau au bout d’un certains temps parvient à une automatisation et donc à traiter implicitement la tâche initiale (lire) pour se concentrer sur la compréhension du texte.

L’enjeu ici est de réussir le transfert entre l’explicite et l’implicite.

Apprendre à lire

Pour se retenir de tout cela d’une manière simple et efficace on vous propose une super infographie en téléchargement gratuit ci-dessous !

infographie

 

format A3, pdf

Sources : http://parisinnovationreview.com/article/les-quatre-piliers-de-lapprentissage-stanislas-dehaene

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Revenir en haut ↑