Les fonctions exécutives sont des habilités du cerveau qui permettent l’adaptation à des situations nouvelles, « non-routinières ». Lorsque un enfant présente des anomalies dans ses fonctions exécutives, que l’on appelle troubles des fonctions exécutives, il peut être gêné et présenter des difficultés scolaires. Dans cet article nous définirons les composantes des fonctions exécutives en lien avec les neurosciences, et les conséquences des troubles des fonctions exécutives.

Les fonctions exécutives regroupent différents systèmes

L’attention se compose de 3 types d’attentions. L’attention sélective qui sélectionne les informations pertinentes. L’attention soutenue qui permet de maintenir son attention sur un temps assez long, c’est un type d’attention fatiguant qui nécessite des pauses et l’attention divisée qui est sollicitée dans les situations de double tâche. Passer rapidement d’un point d’attention à un autre permet de favoriser les apprentissages.

La mémoire de travail permet de garder les informations en tête pour répondre à une question ou résoudre un problème. Elle fait partie de la mémoire à court terme et sensorielle mais elle est également en relation avec la mémoire à long terme car les échanges d’informations acquises par la mémoire de travail se font vers la mémoire à long terme et des informations stockées dans la mémoire à long terme peuvent être réutilisées dans la mémoire de travail.

La planification permet de prévoir mentalement des étapes à réaliser pour atteindre un objectif, elle nécessite de pouvoir se projeter dans le temps et d’anticiper. La flexibilité mentale permet de s’adapter à des circonstances particulières et elle est nécessaire lorsque la situation n’est pas routinière.

Les troubles des fonctions exécutives 

Les dysfonctions exécutives peuvent être d’une intensité variable d’un enfant à l’autre et les difficultés peuvent se concentrer sur un ou différents systèmes : l’attention, la mémoire de travail ou la planification et la flexibilité. Les dysfonctions exécutives fatiguent l’enfant qui doit fournir des efforts supplémentaires pour combler ses difficultés. Ces dysfonctions exécutives diminuent la capacité d’attention en classe, augmentent la difficulté à réaliser des problèmes et à s’adapter aux exigences du milieu scolaire.

Les élèves souffrant de ces troubles font souvent face à un manque d’initiative, ils ont du mal à comprendre la consigne et des difficultés à organiser leur mémoire pour pouvoir y répondre. La mémoire de travail est donc limitée du fait d’un déficit de l’attention. L’élève a du mal à s’adapter au changement car il  manque de flexibilité mentale, il aura tendance à répéter ses erreurs même après une explication.

Comment améliorer le quotidien scolaire en cas de dysfonctions exécutives ?

Un certain nombre d’adaptations peuvent être misent en place pour faciliter le quotidien des élèves touchés par les dysfonctions exécutives. Pour combler le manque d’initiatives des élèves éprouvant des troubles des fonctions exécutives l’enseignant doit formuler un but et l’aider à planifier sa tâche. Par exemple utiliser le Time Timer pour délimiter le temps que doit durer une activité ou encore utiliser un planning pour détailler les différentes tâches à effectuer pour atteindre un objectif.

Pour permettre de faciliter les difficultés de mémoire de travail l’enseignant devrait donner des consignes une tâche à la fois. En décomposant un ensemble de tâches multiples en des parties plus gérables, l’enfant peut les traiter plus facilement. La lecture à haute voix, en insistant particulièrement sur les mots-clés ou les phrases, aide également à renforcer la mémoire de travail. Lorsque l’enfant lit à haute voix, verbalise ou paraphrase en insistant sur les mots clés, il produit des notes mentales qu’il enregistre dans sa mémoire.

Lorsque les enfants ont des difficultés  d’attention il est possible de mettre en place des fidgets en classe. Les fidgets sont des petits outils s’adressant aux enfants et adultes ayant des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité(TDA/H) ou de la concentration aident à focaliser l’attention en proposant un exutoire moteur aux tensions et désirs de mouvement.

>> A lire aussi : Neurosciences et dyslexie à bas les préjugés !

>> A lire également : 10 conseils (et plus encore) pour favoriser les apprentissages selon les neurosciences

est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.