Bien que les scientifiques comprennent mieux que jamais la dyslexie, c’est toujours un trouble entouré de mythes infondés et d’incompréhension…

1. La dyslexie est un problème d’enfant.

Faux. Alors que de nombreuses personnes atteintes de dyslexie peuvent développer des stratégies pour résoudre leurs problèmes de lecture, la dyslexie est un handicap qui dure toute la vie. Les recherches en neurosciences comprennent de nombreuses études réalisées sur des adultes dyslexiques.

2. La dyslexie est un euphémisme pour «paresseux» ou «stupide».

Faux. Alors que la dyslexie peut parfois être difficile à diagnostiquer avec précision, elle est définie comme une difficulté à apprendre à lire malgré une intelligence et des efforts normaux. Des études ont montré des différences dans la structure et l’activité des personnes atteintes de dyslexie par rapport à celles qui n’ont pas ce trouble.

3. La dyslexie est une «façon de penser différente». Avoir des troubles dyslexiques signifie que le cerveau compense et qu’on est surdoué dans d’autres domaines.

Faux. Alors que certaines personnes atteintes de dyslexie sont, en effet, très douées en art, en architecture, en musique ou dans d’autres domaines, ces dons peuvent ne pas être liés à la dyslexie, et toutes les personnes dyslexiques ne présentent pas ces caractéristiques.

4. La dyslexie est principalement un problème de perception visuelle, tel que l’inversion de l’ordre des lettres.

Faux. Bien qu’il existe des troubles visuels-perceptifs pouvant entraîner des difficultés de lecture malgré une intelligence ordinaire (le syndrome de Meares-Irlen, par exemple), la compréhension moderne de la dyslexie se concentre sur le concept de traitement phonologique qui différencie les significations des mots dans une langue, ainsi que les problèmes de correspondance des phonèmes sur les lettres qui les représentent. Cela peut être particulièrement difficile dans des langues comme l’anglais, l’allemand ou le français dans lesquelles la cartographie des phonèmes est compliquée et souvent incohérente, mais plus facile dans des langues comme l’italien ou l’espagnol où certaines lettres se réfèrent systématiquement à certains sons.

 

dyslexie_neuroscience

>> À lire : Orthophonie, des ateliers pour prendre confiance en soi

La compréhension de la dyslexie à l’aube des neurosciences

Le plus grand défi dans la compréhension de la dyslexie est «léquifinalité», l’idée que plusieurs causes et voies peuvent conduire à des situations identiques (ou similaires). Dans la recherche sur la dyslexie, cela signifie qu’au moins une poignée de problèmes sous-jacents pourraient entraîner une déficience de lecture spécifique. Par exemple, en plus du traitement phonologique, les chercheurs ont trouvé des liens avec certains troubles de la vision, une dénomination rapide et des déficits cérébelleux. 
Quand un chercheur recrute un groupe de participants ayant des troubles de la lecture spécifiques pour étudier une théorie particulière sur la dyslexie, leur théorie pourrait être correcte pour certains des participants, mais pas pour d’autres, ce qui est problématique entre autres pour les statistiques.

Malgré ce défi, les scientifiques ont été en mesure de recueillir des informations précieuses sur les causes possibles et les bases neurologiques de la dyslexie. La question reste cependant de savoir ce que les neurosciences peuvent faire pour aider les personnes atteintes de ce trouble. Récemment, John Gabrieli et ses collègues ont constaté que les scintigraphies cérébrales d’enfants effectuant des tâches phonologiques peuvent prédire des difficultés de lecture plus tard, plutôt que les tests traditionnels de traitement phonologique seulement.

>> Sensibilisation : téléchargez notre infographie sur les troubles DYS…!

Un diagnostic précoce indispensable pour une meilleure prise en charge

Traditionnellement, lorsqu’un élève est soupçonné d’avoir un trouble spécifique de la lecture, il est soumis à diverses évaluations pour le traitement phonologique, la dénomination rapide et la précision de la lecture, la fluidité et la compréhension. Ces outils comportementaux sont utiles pour diagnostiquer des problèmes de lecture, mais ils ne sont généralement pas utilisés jusqu’à ce qu’un élève montre des signes de difficulté à l’école… De plus, certains aspects de ces tests, tels que la compréhension de la lecture, exigent que les élèves aient reçu un enseignement en lecture et ne peuvent souvent pas faire la différence entre les lecteurs novices qui s’amélioreront et ceux qui continueront à avoir des difficultés persistantes.
Le défi pour les chercheurs était de voir s’ils pouvaient prédire quels élèves développeraient des problèmes de lecture en fonction des informations qu’ils avaient avant de commencer à lire. En combinant la neuro-imagerie et les tests comportementaux traditionnels, ils ont pu mieux prédire les difficultés de lecture que les tests comportementaux seuls.
La plupart des interventions pour dyslexie se concentrent sur l’amélioration du traitement phonologique et de la conscience phonologique. Ces programmes sont bien entendu plus efficaces lorsqu’ils sont proposés chez les jeunes enfants. La nature répétitive de certains de ces programmes peut les rendre très frustrants et presque totalement irréalisables pour les adolescents. 

Par conséquent, le diagnostic précoce est indispensable tant il est bénéfique. Dans le meilleur des cas, un enfant risquant d’avoir des difficultés en lecture devrait recevoir du soutien une intervention précoce avant de se laisser distancer par les autres élèves.

livre_dyslexie_neuroscience

Prédire la dyslexie

Même lorsqu’ils sont diagnostiqués tôt et reçoivent un soutien et une intervention précoces, certains élèves n’améliorent pas leurs capacités de traitement visuo-attentionnel et de lecture phonologique. Cela peut être dû au problème d’équifinalité mentionné précédemment : leur difficulté de lecture spécifique peut être due à d’autres problèmes que le traitement phonologique, et donc les interventions basées sur le traitement phonologique ne les aident pas. Heureusement, des recherches récentes appuient également l’idée que la neuro-imagerie peut aider à prédire quels élèves répondront et ne répondront pas à l’intervention.

Bien qu’il ne soit pas pratique d’utiliser l’IRM comme outil de dépistage à grande échelle, un diagnostic précoce et clair pourrait mener à une intervention précoce chez les enfants présentant d’autres facteurs de risque de dyslexie et leur éviter des années de frustration et de retard dans leur scolarité. Bien que de nombreuses questions demeurent sans réponse au sujet de la dyslexie et du rôle des neurosciences dans l’éducation, cette approche promet des avantages futurs pour les troubles dyslexiques et surtout pour les personnes atteintes de ce trouble. 

>> À lire : Notre grand dossier sur les trouble DYS

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Instagram

  • Chez Hop’Toys, on souhaite vous permettre de voir la #rentrée comme une fête… et donc de la célébrer. Dans notre #bloghoptoys on a quelques idées et de super cadeaux à télécharger pour faire de cette semaine de rentrée une semaine exceptionnelle et joyeuse…
#téléchargement #gratuit
  • Les températures baissent, les jours se raccourcissent… Et oui la #rentrée pointe bien le bout de son nez ! Mais pas de panique, chez Hop’Toys on vous propose un #dossier spécial en vous orientant vers des #conseils, des #ressources, des #articles… Pour préparer la rentrée en paix. A bientôt sur le bloghoptoys.fr
  • Certains enfants ont du mal à trouver le sommeil et l'heure du coucher peut vite devenir stressante pour toute la famille. Alors pour aider les enfants à rejoindre les bras de Morphée, découvrez notre sélection pour passer de belles nuits. Des veilleuses, des doudous, des coussins... Tout pour relaxer et détendre avant une bonne nuit de #sommeil.  #hoptoys #handicap
  • Une trousse #ergo trop bien pour la rentrée Elle offre plusieurs compartiments pour ranger les #fournitures scolaires : les stylos d’un côté, les crayons de couleurs de l’autre, les ciseaux dans une pochette… Apporte structure et organisation à l’école : on ne perd plus de temps et d’énergie à chercher au fond de la trousse. Pochettes à l’extérieur pour ranger des fidgets. #rentrée
  • Plus que quelques jours avant la fin des vacances. Alors oui, on en profite au maximum jusqu'à la fin mais il est important également de savoir reprendre les bonnes habitudes pour ne pas avoir du mal les premiers jours de la #rentrée. Pour se faire, on utilise des #outils #adaptés comme des plannings, des #pictogrammes ou encore des #timers pour expliquer aux enfants les #routines. On reprend les bonnes #habitudes !
  • Vous accueillez un enfant ayant des besoins différents dans votre classe, dans votre structure d'accueil ? Mais comment aborder le sujet avec tous les enfants ? Et comment les intéresser ? Pensez avant tout que c'est une formidable occasion pour enseigner la tolérance et le respect de l’autre. Dans cette sélection découvrez des supports ludiques et pédagogiques pour sensibiliser les autres élèves aux différences, mais aussi des outils pour accueillir et accompagner sereinement les besoins particuliers.
  • La #Tortue #Doigts-malins. Essayez de faire glisser les billes dans l’emplacement correspondant à leur couleur ! Pour cela, vos doigts doivent faire preuve d’agilité !
#eveil #motricitéfine
  • Nos #rappels pour l'inclusion ! Vers toujours plus de phrase positives pour une éducation #inclusive. #quote
  • Merci pour vos photos #hoptoys ✨👌✨ #Repost @carlito_et_ginette with @get_repost
・・・
📆 Poutre du temps 📆
«C'est hier la rentrée ?» «Et Noël, c'est dans bientôt ?»
Bref, je tente la poutre du temps de chez @hoptoys_fr pour aider Carlito à se situer sur le temps. L'idée vient des tutos de @mamanstestent sur @lamaisondesmaternelles.
Seul inconvénient pour le moment : je n'ai pas de long couloir dans mon appart, donc elle est collée dans les toilettes et que le mois de septembre 🙈

#kids #enfant #activiteenfant #poutredutemps #hoptoys #etcestletempsquicourt #mumslife #mumoftwo

Suivez-nous !