L’apprentissage de la lecture est une étape importante dans la scolarité et le développement de l’enfant. Cet apprentissage présente de nombreuses difficultés, notamment pour les enfants dyslexiques. Pour les accompagner, il est indispensable d’effectuer un bilan orthophonique. Il permettra de mettre en place un suivi, des aménagements et des outils pour aider l’enfant dans son apprentissage. Camille Lopes est orthophoniste. Découvrez dans cet article ses conseils pour aménager l’environnement et faciliter la lecture des enfants dyslexiques. 

Qu’est-ce-que la dyslexie ?

La dyslexie est un trouble d’apprentissage d’origine neurologique. Il s’agit d’un disfonctionnement d’une zone du cerveau qui permet de traiter de manière précise et rapide les sons dans les mots. L’enfant peut présenter un ou plusieurs de ces symptômes : 

  • L’enfant lit très lentement.
  • Il inverse, omet, confond des lettres (confusions auditives, confusions visuelles).
  • L’enfant lit un mot pour un autre.

Ces difficultés de lecture auront systématiquement un impact sur la compréhension de ce qui a été lu.  

Il est important de garder en tête que la dyslexie ne peut pas s’expliquer par une déficience visuelle, une déficience intellectuelle, un manque de stimulation ou par un manque d’effort de la part de l’enfant. L’enfant naît dyslexique et devra vivre avec ses difficultés tout au long de sa vie. Toutefois, il pourra trouver des moyens de compensation qui lui permettront de l’aider et d’évoluer.  

Les aménagements

Concrètement, que peut-on mettre en place pour aider un enfant dyslexique ? 

De nombreux aménagements peuvent être mis en place dans l’environnement scolaire de l’enfant, mais ils peuvent être également transférés dans un contexte extérieur à celui de l’école. Je vous propose quelques idées qui peuvent faciliter la vie des enfants présentant une dyslexie : 

  • Adapter la police d’écriture : privilégier Arial, VerdanaComic sans MS, Tahoma (éviter Times New Roman).
  • Agrandir le texte.
  • Augmenter l’espace entre les lignes afin d’aérer le texte. 
  • Accorder plus de temps à l’enfant.
  • Limiter la lecture à certaines parties du texte.
  • Éviter les présentations en colonne.
  • Faire lire le texte ou certaines parties par un paire, un enregistrement audio, une synthèse vocale afin de soulager au maximum l’enfant.
  • Utiliser des guides, des surligneurs de lecture.
  • Si cela est possible, ne pas lui demander de lire à voix haute devant ses camarades.

Des outils pour aider à la lecture

Les guides de lecture : quelle utilité ?

Les guides de lecture sont encore peu connus, pourtant, ils aident un grand nombre d’enfants se trouvant en difficulté pour lire. Il existe plusieurs formats de guides de lecture, comme vous pourrez le voir sur les différentes photos.

Les pointeurs et fenêtres de lecture

Certains, grâce au pointeur en forme de flèche, permettent de visualiser le sens de la lecture (de gauche à droite). Ils permettent à l’enfant lecteur de se focaliser sur les quelques mots mis en évidence par le guide de lecture. Les autres mots et les autres lignes sont ainsi inhibés grâce à l’effet transparent du guide. Cela évite les sauts de ligne et les substitutions de motsJ’ai proposé cet outil à une jeune fille qui a justement tendance à sauter des lignes lors de sa lecture et je n’ai pas relevé ce type d’erreurs lors de l’exercice. 

Sur le même principe, il existe également les fenêtres de lecture.

Des guides de lecture

À gauche un guide de lecture de type pointeur, à droite une fenêtre de lecture

Guides de lecture par 10 : L’œil se focalise sur le texte souligné par le guide de lecture, laissant au lecteur une vision partielle du reste du texte grâce à la transparence du plastique. Le pointeur en forme de flèche indique le sens de lecture vers la droite.

Règles de lecture colorées par 10 : Ces 10 règles de lecture permettent d’isoler les lignes afin d’en faciliter le repérage et la lecture. La zone de lecture peut être personnalisée avec des languettes de couleurs translucides (bleu, rose, vert ou jaune) afin de permettre une meilleure discrimination visuelle. Chaque utilisateur peut alors tester la couleur qui lui convient le mieux.

Les surligneurs

Les surligneurs sont aussi un outil d’aide à la lecture. Ils permettent au lecteur de s’arrêter sur une partie du texte en se concentrant sur quelques mots clé. Comme vous le voyez sur la photo ci-dessous, après la lecture de texte, l’enfant est amené à répondre à des questions et donc à effectuer des retours dans le texteLe surligneur l’a beaucoup aidé à retrouver la ligne à laquelle se trouvait l’information et cela lui a permis d’éviter l’utilisation d’un surligneur permanent.  

Sur la photo de droite, vous retrouverez un surligneur composé d’un pointeur en forme de flèche, qui rappelle à l’enfant le sens de lecture.  

Des surligneurs pour faciliter la lecture

Surligneurs de texte par 10 : Certains lecteurs trouvent que le conventionnel texte blanc sur noir rend la lecture inconfortable. Ces surligneurs atténuent le contraste entre le texte et l’arrière-plan et la brillance éventuelle, réduisant ainsi le stress visuel. Lot de 10 de couleurs différentes.

Pointeurs surligneurs par 12 : Un pointeur surlignant une ligne de texte à la fois mais ne cachant pas le reste du paragraphe. Le doigt pointé vers la droite donne un indice visuel sur le sens de la lecture.

Solu’kit lecture : Un lecteur peut avoir besoin de plusieurs aides selon sa progression. Ce lot permet de l’accompagner dans son apprentissage. Le lot contient 2 fenêtres de lecture + 2 guides de lecture + 2 surligneurs de texte + 2 pointeurs surligneurs.

Comment utiliser les guides de lecture et les surligneurs ?

Le format d’aide utilisé dépend des difficultés de l’enfant, de ses besoins, de sa progression, mais aussi de ses préférences. En effet, certains enfants se sont trouvés plus à l’aise pour utiliser certains guides plutôt que d’autres.  

Pour tous les enfants qui ont pu essayer ces différents outils, une phase d’adaptation a tout de même été nécessaire. En effet, l’utilisation de guides, de fenêtres ou de surligneurs de lecture nécessite une phase de découverte. Durant celle-ci, l’enfant a l’occasion d’essayer les différents formats proposés et peut ainsi établir ses préférences.  

Une phase d’apprentissage fait suite à cette phase de découverte. L’enfant apprend tout simplement à l’utiliser de manière efficace. Il doit comprendre que le guide de lecture doit être déplacé au fur et à mesure qu’il lit, et ceci nécessite un véritable entraînement.  

Pour terminer, une phase d’automatisation sera mise en place pour vérifier que l’enfant parvienne à l’utiliser en classe, mais aussi à la maison et dès qu’il en ressent le besoin.

Un suivi orthophonique, nécessaire ou non ?

Si vous rencontrez un enfant avec d’importantes difficultés de lecture, il est conseillé de consulter un orthophoniste, qui effectuera un bilan orthophonique complet. Suite à ce bilan, le thérapeute prendra la décision d’entreprendre un suivi ou non.

L’orthophoniste sera également capable d’établir un diagnostic différentiel. C’est-à-dire qu’il pourra faire la différence entre un retard de lecture et une véritable dyslexie. Le retard de lecture, à la différence de la dyslexie, peut être lié à un manque de stimulation, à des difficultés d’ordre psychologique, à des difficultés ou à un trouble du langage oral… Généralement, le retard pourra être récupéré grâce un suivi orthophonique régulier et intensif. 

Notons que l’orthophoniste, en cas de dyslexie, pourra mentionner dans son bilan les différents aménagements à mettre en place dans le milieu scolaire.  

>> À lire aussi : orthophonie et communication, la thérapie PACE

Donnons le plaisir de lire

Ces enfants pour qui la lecture est lente, laborieuse et angoissante ont besoin de lire des choses qui leur donnent envie, qui suscitent leur motivationAfin d’améliorer au maximum leurs compétences en lecture, un entraînement quotidien est préconisé. Alors pourquoi ne pas leur proposer des textes sur le football si cela fait partie de leurs centres d’intérêt ?

Ces mêmes enfants présentent généralement un manque de confiance en soi. Il sera donc important de les encourager, les soutenir et de mettre en place tous les aménagements raisonnables nécessaires.  


Je me prénomme Camille, je suis une jeune logopède (orthophoniste) des Hauts-de-France.
Suite à l’obtention de mon baccalauréat scientifique en 2017, j’ai eu la chance d’intégrer la Haute École Condorcet de Saint-Ghislain (Belgique) où j’ai pu effectuer mes trois années d’études en logopédie. Les différentes pathologies rencontrées varient de manière considérable en fonction du type de structure dans laquelle on se trouve. J’ai pu suivre en orthophonie de jeunes enfants, des adolescents, des adultes, mais également des personnes âgées. Mes premières expériences m’ont permis d’enrichir mes connaissances ainsi que mon savoir-faire concernant différents types de prises en soin : trouble développemental du langage oral, trouble spécifique au langage écrit, aphasie, dysphagie, pathologies neurodégénératives, déficience auditive, autisme, trisomie 21, syndrome X-fragile…

Plus d’informations sur son compte Instagram Cam_Ortho.

 

 

Articlé publié le 26 avril 2021. Mis à jour le 16 septembre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.