Si votre enfant présente des troubles de l’acquisition du langage, particulièrement de la lecture, il est possible qu’il soit dyslexique. Loin d’être un cas isolé, il ferait parti de près d’un quart de la population. Il est important de noter que chaque enfant aura des besoins différents, toutes les dyslexies ne sont pas semblables. Cette particularité ne doit surtout pas être perçue négativement, car si les méthodes de l’école traditionnelle présentent un obstacle, il existe de nombreux outils et astuces pour que votre petit ait une belle plume et une lecture fluide. La couleur dans son apprentissage sera une véritable alliée.

L’opposition syllabique par la couleur

La lecture d’un enfant dyslexique est freinée par son découpage des syllabes. Dans son esprit, il est difficile de différencier les mots, les lettres, et d’organiser la lecture. En colorant les syllabes avec des couleurs opposées, il devient possible pour lui de mieux comprendre, mieux mémoriser, les syllabes et les sons associés. D’un seul coup d’oeil, il verra nettement la délimitation de chaque syllabe. Cette méthode a été étudiée par Dominique Garnier-Lasek, orthophoniste, qui veut soulager l’enfant de l’effort de la reconnaissance des syllabes et permettre une meilleure imprégnation syllabique. L’enjeu est d’apprendre la lecture en évitant le passage par le son pour soulager la mémoire de travail.

Une autre astuce pour faciliter le passage à la ligne, est de colorer le fond des lignes en alternant par des couleurs opposées.

Dyslexie : couleurs et lecture

>> A lire aussi : Dyslexie, une police pour faciliter la lecture

Les supports de lecture colorés

Comme la lumière du soleil éblouit nos yeux, le reflet du néon sur une feuille blanche peut nuire à lecture d’une personne dyslexique. (Il vaut mieux éviter les lumières fluorescentes, et préférer les lumières à spectre continu). Une astuce simple et efficace consiste à imprimer vos textes sur des feuilles de couleurs plutôt pâles, par exemple jaunes, vertes ou bleues. La lumière sera moins éblouissante et l’enfant aura plus de facilités à distinguer les lettres. Le hic : à la longue, les feuilles de couleur peuvent coûter plus cher, mais nous avons une autre solution. Vous pouvez utiliser des feuilles protectrices, des pochettes transparentes de couleur, ou bien des séparateurs de plastique, l’enfant pourra reposer ses yeux, il sera moins fatigué, et sa lecture sera plus fluide, notamment sur les longs textes.

Bien sûr, la police gratuite Opendyslexic sera votre meilleure alliée pour faciliter la lecture d’un enfant dyslexique. Les lettres sont travaillées pour éviter que l’enfant retourne les lettres dans son esprit, grâce à des traits horizontaux plus épais.

>> A lire aussi : Neurosciences et dyslexie, à bas les préjugés !

A l’aide de nos astuces et de votre soutien, votre enfant exceptionnel aura beaucoup plus de facilité pour apprendre à lire. La dyslexie n’est pas insurmontable, il suffit d’adapter les méthodes d’apprentissage.


Sources :

L’imprégnation syllabique, Dominique Garnier-Lasek, 15 Novembre 2012

Récit FGA, Saguenay Lac-St-Jean

Rédacteur chez Hop'Toys, j'aime interviewer des professionnels pour écrire des articles. Amoureux de la langue française, je suis aussi jongleur de diabolo et auteur de chansons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.