« Concentrez-vous ! » « Faites attention ! »… Pas facile dans une classe de 28 enfants d’obtenir la mobilisation synchrone de tous. Or l’attention des élèves est le préalable à tout apprentissage (c’en est même l’un des 4 piliers) et le déficit attentionnel est souvent mis en cause dans le décrochage scolaire. Mais qu’attend-t-on d’un enfant à qui on dit de se concentrer ? Qu’est-ce que cela peut signifier pour lui ? Quels aménagements et techniques lui proposer pour l’y aider ? Découvrez ici quelques pistes et solutions très simples pour favoriser l’attention des élèves.

Se concentrer qu’est-ce que cela veut dire ?

De la même manière que la métacognition (le fait de comprendre comment on comprend) aide l’élève dans ses apprentissages, le fait de lui expliquer ce qu’on entend par « se concentrer », plutôt que de lui en intimer l’ordre, l’aidera à mettre en place les stratégies efficaces pour y parvenir.

Il faut d’abord établir une nuance entre l’attention et la concentration. Etre attentif, c’est mobiliser ses 5 sens pour percevoir de manière optimale tout ce qui se passe autour de soi, rechercher, trier toutes les informations. Etre concentré c’est focaliser son attention sur UNE tâche donnée, un point précis, à l’exclusion de tout autre ; c’est fermer sa conscience, sa pensée à tout ce qui peut l’en détourner ou l’en distraire. La concentration agit donc « comme un isolant en barrant l’arrivée à la conscience de toute information qui pourrait nuire à la réflexion. Elle favorise par ailleurs une utilisation maximale de la mémoire de travail. » (Source Groupe maternelle 18, Direction des S du SDEN du Cher).

Bon maintenant qu’on sait cela, concrètement comment faire ? Comment aider ses élèves à focaliser leur attention sur un seul point ? Pour parvenir à se concentrer et à se focaliser sur une tâche précise (pour une durée déterminée et forcément très limitée), il faut maîtriser des procédures qui vont permettre d’avoir le contrôler sur son activité.

Prendre le contrôle sur son activité

 

1. On bloque les distracteurs

Le bruit, les affichages de la classe, le mouvement, les couleurs, etc peuvent entraver la capacité de concentration des élèves. C’est notamment souvent le cas avec des enfants présentant des troubles du spectre de l’autisme et/ou une hypersensibilité. Comme souvent, les adaptations initialement pensées pour des enfants ayant un besoin spécifique peuvent être généralisées au bénéfice de tous (penser aux tableaux de motivation – fusées des responsabilités, fleurs de comportement – désormais largement utilisés par les enseignants de primaire).
Sur le site Classe de demain, Adeline, enseignante auprès d’élèves en situation de handicap en Ulis recommande de « ne pas brouiller les choses avec trop de signaux visuels ».

Je cherche à privilégier des espaces clairs et bien définis qui vont faciliter la compréhension du lieu et de son usage au quotidien.

De même, des outils existent qui vont aider l’enfant à faire abstraction de ce qui peut se passer autour de lui et le distraire de sa tâche. Laissés à disposition dans une classe, ils seront banalisés et chacun pourra librement y avoir recours pour se concentrer plus facilement.

Casque anti-bruit : Léger, résistant et réglable, ce casque antibruit permet une réduction sonore de 22 dB bénéfique pour les personnes hypersensibles aux bruits. Il peut être replié pour tenir dans le creux de la main : c’est pratique pour le rangement et le transport !

Ecran de concentration pliable study buddy : cet écran offre une solution pérenne tout en étant flexible aux problèmes de concentration que certains enfants/élèves peuvent connaître. Il se pose sur une table ou un bureau. Plié, il devient un plateau invisible sur le bureau et il se fait oublier. Déplié, il permet de créer un cloisonnement autour de l’élève, minimisant ainsi les sources de distractions et autres pollutions attentionnelles.

2. On apprend à gérer ses émotions

L’anxiété, le stress sont incompatibles avec la capacité à se concentrer. Permettre aux enfants d’exprimer leurs émotions, leurs ressentis, leur montrer que cela a de l’importance pour l’adulte par le simple fait de les inviter à les verbaliser est donc primordial. D’autant que l’on sait aujourd’hui qu’on apprend mieux dans une relation de confiance et de bienveillance. Un enfant contrarié, préoccupé, que ce soit en arrivant le matin parce qu’il y a des choses à la maison qui le perturbent, ou au retour de la récré, ne pourra de toutes façons pas se concentrer. La surcharge émotionnelle rend le cerveau indisponible. Il faudra donc aller chercher cette disponibilité avant de chercher à faire entrer l’élève dans les apprentissages.

Tous les jours, on invite donc ses élèves à faire part de leur « météo intérieure ». On met à disposition dans la classe des outils pour les aider à gérer leur colère, à régler leurs conflits, à (re)trouver leur calme, à se sentir mieux avec eux et les autres. De la même manière, on encourage les enfants à dire qu’ils ne comprennent pas, que ça va trop vite, qu’ils sont perdus afin de ne pas laisser un discours intérieur négatif s’installer (« De toutes façons, je suis nul », « C’est trop dur « , « Je n’y comprends rien », etc). Ceux-ci entraînent en effet une démotivation, une démobilisation de l’attention et favorisent le décrochage.
Lorsqu’une activité, une séance, un exercice promet d’être un peu difficile, on n’hésite pas à prévenir les élèves : « Alors, là, cette leçon c’est vrai que c’est un peu difficile ». Leur capacité de concentration s’en trouvera décuplée et leur confiance en eux ne s’écroulera pas quand ils rencontreront, en effet, une difficulté de compréhension.

La roue des émotions : cette roue permet d’aider les enfants et adolescents à prendre conscience de ce qu’ils ressentent, à définir très finement, non seulement leurs sensations intérieures et physiques, mais aussi ce dont ils auraient besoin pour se sentir mieux.

Retour au calme – cartons de jeu : des petites fiches cartonnées qui complètent l’affiche Retour au calme. Ils proposent 27 suggestions d’activités visant à outiller et responsabiliser les enfants, afin de les aider à mieux gérer leurs émotions désagréables, mieux canaliser leur énergie et se concentrer.

Retour au calme – l’affiche : cette affiche présente 21 stratégies éprouvées pour s’apaiser et retrouver son calme dans les situations qui génèrent du stress, de l’agitation ou de la colère.

Animate école : 4 pictogrammes à utiliser avec le bonhomme Animate (vendu séparément) pour aider l’élève à exprimer son niveau de compréhension au cours de la séance. Est-ce que cela va trop vite ? Est-ce que c’est trop difficile. Très utile pour permettre à l’enseignant d’identifier les difficultés et de proposer une différenciation. Un excellent moyen de dédramatiser et de faciliter la communication entre élève et professeur.

3. On se mobilise !

Rendre l’élève actif dans ses apprentissages, le mettre en position de chercheur, le pousser à manipuler et à exercer réflexion et esprit critique sont autant de moyens de travailler sa concentration en encourageant sa mobilisation. Nous retenons 10 % de ce que nous lisons, 80 % de ce que nous disons et 90 % de ce que nous disons en faisant quelque chose à propos de quoi nous réfléchissons et dans lequel nous nous impliquons, nous rappelle le groupe Maternelle de la DSDEN 18.

Se mettre en projet

Pour mobiliser les élèves, il faut pouvoir les mettre en projet. Se mettre en projet c’est comprendre pourquoi on doit faire attention. « Si je me promène en forêt sans autres consignes, serai-je capable de décrire précisément mon trajet ou la couleur des arbres ? Non parce que je n’y ai pas fait attention. Par contre si je pars en forêt avec le projet de peindre les arbres au retour, ou de faire le tracé de mon itinéraire, mon attention va s’exercer différemment », explique le site de l’IEN de Versailles. Ainsi quand les élèves apprennent les techniques de rédaction d’un courrier, rien de tel que de les inviter à écrire véritablement un courrier (à la Mairie parce qu’on projette de faire une visite au musée par exemple). C’est ce qu’on appelle la pédagogie de projet.

Manipuler

Pour encourager l’implication et donc la concentration de ses élèves, il faut aussi leur permettre de manipuler ! Pour bien faire, un élève ne devrait pas rester plus de 10 minutes sans utiliser ses mains, rappelle encore le site de l’IEN de Versailles. Entrer dans la numération avec des compteurs, comprendre le principe des fractions avec des tours d’équivalence, apprendre à lire avec les Alphas… les méthodes basées sur l’expérimentation sont nombreuses et ont fait leurs preuves !

Les cubes Mathlink : un moyen interactif et visuel pour appréhender les mathématiques. Permet d’enseigner tout un éventail de concepts : numération, opération, suites logiques, formes géométriques… Chacun des cubes peut être encastrés sur les 6 côtés. Totalement silencieux.

Tours d’équivalence : illustrer la relation entre les fractions, les décimales et les pourcentages est un jeu d’enfant avec cet ensemble de 51 cubes à code couleur. Ces cubes permettent de parfaitement se représenter l’équivalence entre les fractions, les nombres décimaux et les pourcentages. Une aide précieuse pour un apprentissage difficile.

Figurines les Alphas par 60 : les figurines Alphas permettent de réaliser de manière optimale les activités proposées. Grâce à elles les enfants vont solliciter leurs sens et créent spontanément la relation entre les lettres et les sons.

Concentration et motivation

Il faut aussi donner l’envie aux élèves de se concentrer. La capacité de concentration est évidemment liée à la motivation pour la tâche. A cet égard, on rappellera bien sûr l’intérêt d’un apprentissage par le jeu, de méthodes ludiques, comme on vient de le voir, et on conseillera également de multiplier les voies d’apprentissage, de ne pas toujours passer par un seul et même sens. Certains élèves sont plutôt visuels, d’autres plus auditifs ou kinestésiques, mais dans tous les cas, le fait de varier les modes d’apprentissage, les supports permettra de (ré)activer l’intérêt de l’élève.

Les profils sensoriels de compréhension


 

 

Infographie au format A4 sur les différents profils de compréhension dans l'apprentissage

Aménagement de l’espace : soyez flexible !

Pour capter l’attention des élèves et leur permettre de s’investir totalement, de se mobiliser pleinement sur une tâche, il faut encore (et avant tout ?) pouvoir mettre en place une pédagogie adaptée. Mais peut-on proposer une pédagogie différenciée dans un espace qui ne le serait pas ?

1. Déterminer les besoins des élèves

Bruno Vergnes, professeur de Français au collège innovant Pierre Emmanuel de Pau raconte comment il a repensé son espace de classe pour reconquérir l’attention des élèves. Le préalable a bien sûr consisté à observer ces derniers :

Certains élèves avaient un grand besoin de ma proximité pour rester concentrés, d’autres me semblaient capables de collaborer dans un groupe de trois ou quatre, deux autres avaient besoin de passer du temps debout, un élève ne pouvait travailler que s’il était un peu isolé, quelques autres avaient parfois besoin de passer quelques minutes dans un lieu calme à l’écart, dès l’entrée en classe, de façon à faire baisser la pression accumulée dans le cours d’avant ou dans le couloir. Enfin, un petit groupe d’élèves très performants semblait capable de travailler rapidement et de manière autonome.

Ces observations mettent en lumière l’intérêt de proposer différents types d’espaces répondant aux besoins différents des enfants (et non pas seulement aux besoins d’enfants « différents »), mais aussi aux diverses phases d’apprentissage traversées par n’importe quel élève au cours d’une journée. Parmi les différents espaces dont préconiser l’aménagement, plusieurs semblent s’imposer, quelle que soit la tranche d’âge des élèves :

  • un coin pour se calmer, s’auto-réguler, bouquiner, gérer ses émotions :

  • des îlots permettant le travail en groupe, la diversité des méthodes, l’autonomie, la coopération…

  • un coin pour travailler seul, de manière autonome et isolée

2. Une classe qui bouge et des enfants qui bougent : prendre en compte la place du corps dans l’apprentissage

Certains enfants, notamment les enfants avec un TDAH, ne pourront maintenir une attention soutenue qu’au prix d’un mouvement incessant. L’enfant qui s’étire, se balance sur sa chaise, se met debout pour travailler, nous exprime de façon fonctionnelle quelque chose d’important, explique Marie-Claude Maisonneuve. Il nous dit que les fonctions de son système vestibulaire sont trop faibles pour lui permettre à la fois de se tenir tranquille sur sa chaise et de soutenir son attention visuelle et auditive. Il choisit instinctivement de bouger afin d’être attentif. En bougeant, il donne à son système déficient les stimulations et l’énergie nécessaires pour lui permettre d’être attentif à ce qu’on lui dit et à ce qu’il fait. (Source : @VA Solutions – Marie Claude Maisonneuve – Rééquilibrage sensoriel et moteur)

On le comprend se concentrer n’est en aucun cas synonyme de rester immobile sur une chaise. Au contraire, permettre à certains enfants de « gigoter » tout en restant assis, de remuer les pieds, de s’occuper les mains en leur proposant des solutions socialement acceptables peut même être une condition sine qua non pour mobiliser leurs capacités attentionnelles sur les apprentissages.

Par ailleurs, il semblerait que nous apprendrions tous mieux dans le mouvement !  « Les seules pensées valables viennent en marchant » écrivait Nietzsche. Dans l’idéal rousseauiste c’est la marche qui « met l’esprit en mouvement » et les philosophes eux-mêmes ne philosophaient pas assis ! De nombreux tests ont permis de démontrer que la qualité d’écoute et la mémoire de travail se trouvaient décuplées lorsqu’on les exerçait en mouvement. Comme l’explique Sébastien Bohler dans un article paru sur le site Pour la science.fr : « Selon les psychologues, ce phénomène s’explique par un effet de vigilance : la marche maintient le corps en action et, dans une certaine mesure, l’esprit alerte ».

Bien sûr, en classe, c’est un peu difficile, mais on peut rester assis tout en exerçant son besoin de mouvement.

3 possibilités d’assise dynamique

Tabouret Tilo : les champions de l’assise dynamique ! Leur base est subtilement arrondie pour permettre un mouvement perpétuel de la personne assise dessus. Permet de maintenir l’attention tout en offrant l’opportunité de bouger. Idéal pour les enfants ayant des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Coussin dynair rond à picots : un classique, incontournable, discret et facile à déplacer. On le positionne côté lisse ou côté picots sur une chaise pour une assise dynamique, directement au sol sous de petites tables basses et on peut même s’en servir dans des parcours moteurs !

Sit’n’gym : une chaise de bureau originale puisque c’est un ballon… mais un ballon muni de 4 petits pieds, ce qui lui permet de ne pas rouler pas et ce qui permet à son utilisateur de conserver une bonne posture droite.

Busylegz : l’outil indispensable pour les enfants ayant la bougeotte ! Placé sous une table, l’enfant positionne ses pieds de chaque côté et exerce des mouvements en toute discrétion. Idéal pour les enfants TDAH et présentant des troubles de l’attention.

Fidget pour pieds par 2 : votre enfant bouge sans cesse les pieds et les jambes lorsqu’il est assis ? Alors testez notre fidget pour pieds qui s’accroche aux pieds des chaises. Que ce soit à l’école ou à la maison, les enfants pourront ainsi bouger sans déranger personne.

Rouleau de mouvement : un rouleau astucieux pour transformer n’importe quelle chaise en assise active ! Il se glisse sur les pieds de la chaise et offre une opportunité de micromouvements discrets par les pieds, favorisant ainsi la capacité d’attention. Totalement silencieux.

>> Lire aussi : Ecole inclusive, conseil n°3 : la classe flexible

 

Des ateliers d’apprentissage de l’attention

Proposer régulièrement à ses élèves, dans le cadre d’ateliers ou de temps libres, des petits jeux d’écoute et d’observation permettra de développer leur capacité d’attention et de concentration de même que leur capacité de mémorisation, ce qui naturellement, leur servira dans leurs apprentissages.

Quel que soit le support (visuel ou auditif), l’idée est de permettre aux élèves de faire travailler leur cerveau. De nombreux jeux vont permettre d’entraîner les fonctions exécutives de l’enfant, c’est-à-dire la capacité de leur cerveau à s’adapter à des situations nouvelles, non routinières, à éviter les pièges. Ils vont les entraîner à « inhiber » les réponses réponses dominantes, les routines automatisées et les obliger à faire preuve d’une attention optimale en jouant sur l’alternance des consignes, la nécessité d’une observation fine et d’un raisonnement.

Discrimination visuelle

Discrimnation visuelle

Images en tête : Développée par une orthophoniste, cette nouveauté Hop’Toys vise à développer les capacités d’observation, de mémorisation, de lecture d’image et de raisonnement. Après avoir invité vos élèves à observer attentivement une carte illustrant une scène, de la vie quotidienne demandez-leur de répondre à des questions sur cette même scène ou de compléter un texte à trous la décrivant.

Kaleïdos junior : Un classique des jeux d’observation ! Le but est de réussir à trouver, sur une illustration fourmillant de détails, le plus grand nombre d’éléments commençant par la lettre qu’on aura désignée.

Sardines : Un jeu d’observation vraiment original qui fait travailler la mémoire visuelle. Il s’agit de mémoriser la carte « sardine » pour retrouver par la suite dans son jeu les mêmes poissons que sur la première carte.

Dobble : il faudra être très attentif pour être le premier à trouver et énoncer à haute voix quel est l’unique symbole identique entre les 2 cartes ! Idéal pour renforcer la concentration et la discrimination visuelle.

Ecoute attentive

Ecoute attentive

Cartador : Ce jeu permet d’entraîner les capacités attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire à long terme et l’inhibition. Avec le jeu Cartador, proposez tous les matins à vos élèves un défi (« Ecoute cette liste de noms d’animaux. Tu ne devras répéter que ceux désignant des animaux à plumes »), une écoute attentive (« Ecoute les mots lus et compte le nombre de mots commençant par L ») ou une lecture piégée (« Lis les mots le plus vite possible, sans lire les animaux de la ferme »).

Tam-Tap : Un jeu conçu par un enseignant spécialisé, qui, en plus de développer la concentration et la mémorisation, offrira un petit rituel de motricité pour bouger son corps et bien se réveiller le matin. Il s’agit en effet d’enchaîner, en rythme, des gestes moteurs simples comme taper des mains, des pieds, taper sur la table, en fonction d’une séquence de symboles.

Fex- imperturbables architectes : un jeu idéal pour développer la mémoire de travail et la capacité à cibler la concentration. Des tâches doivent être réalisées alors que des troubles fêtes essaient de parasiter l’attention des joueurs. Des cartes de relaxation sont proposées pour apprendre à gérer les situations : exercice de respiration, mouvement moteur, stratégie mentale…

Augmenter la difficulté progressivement

Pour que l’attention soit en éveil, les élèves doivent être confrontés à des problèmes et à des difficultés à leur mesure. Si ce qu’on leur demande est d’emblée trop difficile, ils se décourageront. Si la tâche est au contraire trop simple, qu’elle ne représente pas un petit défi à relever, ils n’auront pas d’intérêt à mobiliser leurs efforts.
Chez Hop’Toys, nous privilégions toujours des jeux avec un niveau de difficulté progressif, capables de susciter l’attention sans jamais décourager et en permettant de constater soi-même ses progrès et avancées.

Lièvres et renards : un casse-tête amusant pour développer sa capacité de réflexion et de résolution de problèmes sans frustration. Plusieurs niveaux de difficulté (de débutant à expert). Notre conseil : toujours commencer par le niveau 1 afin de comprendre la mécanique du jeu et bâtir un raisonnement qui évoluera selon la difficulté.

Matrix mix : un coffret de classement visant à développer le raisonnement logique, la perception visuelle et cognitive et le repérage spatial. Les 4 grandes planches introduisent une difficulté progressive en proposant à chaque fois un classement à double entrée sur des thématiques différentes : le nombre de personnages,les positions spatiales, le positionnement dans un groupe, les différentes tailles.

Nous l’avons vu, l’attention, la concentration peuvent être favorisées par la réorganisation flexible de sa classe, des aménagements très simples et une pédagogie adaptée, de même que par la mise en place d’ateliers jeux qui vont développer la mémoire de travail. Pour autant un déficit attentionnel important chez un enfant doit pousser à s’interroger. Dort-il assez ? Quelle place occupent les écrans dans son quotidien ? Est-il anxieux, vit-il des choses difficiles à la maison ? Ne souffre-t-il pas de troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité ? Le déficit attentionnel a en effet souvent une cause précise, même si l’attention et la concentration peuvent sans conteste être favorisées par des aménagements et des jeux. 

 

 


Sources :
https://www.ac-orleans-tours.fr/fileadmin/user_upload/ia18/images/maternelle/documents/formation/4_pages_Attention.pdf
https://archiclasse.education.fr/Un-espace-de-classe-pour-reconquerir-l-attention
http://www.ien-versailles.ac-versailles.fr/Espace%20pedagogique/Apprendreaapprendre/Lattention/DevelopperlAttention.html
http://www.marie-claude-maisonneuve.eu/points-de-vue/les-troubles-de-la-concentration.html

 

Marianne est chargée de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Instagram

  • Chez Hop’Toys, on souhaite vous permettre de voir la #rentrée comme une fête… et donc de la célébrer. Dans notre #bloghoptoys on a quelques idées et de super cadeaux à télécharger pour faire de cette semaine de rentrée une semaine exceptionnelle et joyeuse…
#téléchargement #gratuit
  • Les températures baissent, les jours se raccourcissent… Et oui la #rentrée pointe bien le bout de son nez ! Mais pas de panique, chez Hop’Toys on vous propose un #dossier spécial en vous orientant vers des #conseils, des #ressources, des #articles… Pour préparer la rentrée en paix. A bientôt sur le bloghoptoys.fr
  • Certains enfants ont du mal à trouver le sommeil et l'heure du coucher peut vite devenir stressante pour toute la famille. Alors pour aider les enfants à rejoindre les bras de Morphée, découvrez notre sélection pour passer de belles nuits. Des veilleuses, des doudous, des coussins... Tout pour relaxer et détendre avant une bonne nuit de #sommeil.  #hoptoys #handicap
  • Une trousse #ergo trop bien pour la rentrée Elle offre plusieurs compartiments pour ranger les #fournitures scolaires : les stylos d’un côté, les crayons de couleurs de l’autre, les ciseaux dans une pochette… Apporte structure et organisation à l’école : on ne perd plus de temps et d’énergie à chercher au fond de la trousse. Pochettes à l’extérieur pour ranger des fidgets. #rentrée
  • Plus que quelques jours avant la fin des vacances. Alors oui, on en profite au maximum jusqu'à la fin mais il est important également de savoir reprendre les bonnes habitudes pour ne pas avoir du mal les premiers jours de la #rentrée. Pour se faire, on utilise des #outils #adaptés comme des plannings, des #pictogrammes ou encore des #timers pour expliquer aux enfants les #routines. On reprend les bonnes #habitudes !
  • Vous accueillez un enfant ayant des besoins différents dans votre classe, dans votre structure d'accueil ? Mais comment aborder le sujet avec tous les enfants ? Et comment les intéresser ? Pensez avant tout que c'est une formidable occasion pour enseigner la tolérance et le respect de l’autre. Dans cette sélection découvrez des supports ludiques et pédagogiques pour sensibiliser les autres élèves aux différences, mais aussi des outils pour accueillir et accompagner sereinement les besoins particuliers.
  • La #Tortue #Doigts-malins. Essayez de faire glisser les billes dans l’emplacement correspondant à leur couleur ! Pour cela, vos doigts doivent faire preuve d’agilité !
#eveil #motricitéfine
  • Nos #rappels pour l'inclusion ! Vers toujours plus de phrase positives pour une éducation #inclusive. #quote
  • Merci pour vos photos #hoptoys ✨👌✨ #Repost @carlito_et_ginette with @get_repost
・・・
📆 Poutre du temps 📆
«C'est hier la rentrée ?» «Et Noël, c'est dans bientôt ?»
Bref, je tente la poutre du temps de chez @hoptoys_fr pour aider Carlito à se situer sur le temps. L'idée vient des tutos de @mamanstestent sur @lamaisondesmaternelles.
Seul inconvénient pour le moment : je n'ai pas de long couloir dans mon appart, donc elle est collée dans les toilettes et que le mois de septembre 🙈

#kids #enfant #activiteenfant #poutredutemps #hoptoys #etcestletempsquicourt #mumslife #mumoftwo

Suivez-nous !