Pendant cette période de confinement, l’équipe Hop’Toys travaille fort pour vous accompagner et vous soutenir dans ces moments qui peuvent être difficiles. Chaque semaine, nous vous proposons donc sur notre page Facebook une capsule vidéo ou un Live abordant une thématique différente : une capsule vidéo de sophrologie, un cours de yoga pour enfants et jeudi dernier un accompagnement parental. En effet, le jeudi 16 avril dernier, nous avons accueilli sur notre page Facebook Anne-Sophie Thiry, thérapeute et fondatrice de L’Autrement Dit. Elle a répondu à toutes vos questions pour mieux appréhender le confinement avec les enfants. C’est Sara Garcia-Gallon, chargée de projet chez Hop’Toys qui a mené l’interview, en voici un résumé.

 

Dans cette période inédite et compliquée, les parents se retrouvent sous pression à gérer les tâches quotidiennes, les devoirs des enfants, le télétravail, vous trouverez ci-dessous les conseils d’Anne-Sophie Thiry pour vous aider à gérer au mieux le confinement.

Etre bienveillant avec soi-même

Notre patience s’atténue au fil des jours, car les choses qui pouvaient nous ressourcer comme le sport, les relations avec les amis, sortir se promener sont extrêmement réduites, voire indisponibles. Donc, les parents se retrouvent face à eux-mêmes. Avoir conscience en tant que parent que les premières personnes avec qui nous devons être bienveillantes, c’est nous même. Cela peut passer par essayer de nous offrir des petites choses qui peuvent nous redonner un peu d’espace ou d’oxygène. Réfléchissez à ce qui vous fait du bien. Des choses simples et accessibles comme boire une tisane que vous appréciez, croquer un morceau de chocolat, prendre un moment seul.e pour souffler, boire un grand verre d’eau en pleine conscience… Des petites choses simples qui vous permettront de remettre un peu d’espace lorsqu’il y a trop de pression.

Abaisser notre niveau d’exigence

Pour tous les parents, mais en particulier ceux qui sont dans des situations avec un ou plusieurs enfants très demandant (enfants porteurs de handicaps, parent solo ou encore parents d’enfants en bas âge…), à l’annonce du prolongement du confinement pour plusieurs semaines, la fin peut sembler loin. Il faut donc avancer pas à pas, une journée à la fois, une matinée, une après-midi après l’autre. On essaye de diminuer notre pression et notre niveau d’exigence envers nous-mêmes.

Préserver le plus possible votre qualité de sommeil est essentiel. Même si cela passe par être un peu moins exigeant avec vos critères habituels et accordez un peu plus de TV que d’habitude par exemple. Il faut cependant essayer de trouver un équilibre en abaissant vos exigences et vos critères tout en conservant un cadre pour l’enfant. Un cadre au combien sécurisant dans cette période difficile. Anne-Sophie Thiry nous conseille son livre « Et s’il était possible d’être un parent équilibré ? » que vous pourrez retrouver en vente sur son site. Truffé d’exemples et de témoignages, accessible et plein de bienveillance, ce livre offre un accompagnement qui permet d’avancer pas à pas vers une parentalité plus équilibrée.

La gestion des émotions

Cette situation est difficile pour tous et parfois les enfants peuvent se refermer sur eux-mêmes face à l’angoisse de la situation. Il est important d’agir, de consulter votre médecin traitant si la situation le nécessite et de discuter des émotions qu’ils traversent. Il est normal de passer par des émotions très variables. La réaction spontanée est de vouloir fuir ces émotions désagréables. Au contraire, il faut les accepter et les traverser. « Je ne suis pas la colère, j’éprouve de la colère. » Ces conseils s’appliquent aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Si votre enfant a de la difficulté à parler de ce qu’il ressent, il existe différents outils :

Des outils de PNL

  • Nous pouvons utiliser des outils de PNL en guidant l’enfant à matérialiser son émotion avec des mots. Anne-Sophie Thiry donne un exemple avec une boule d’angoisse : « Où se situe cette boule d’angoisse dans ton corps ? Et comment elle est ? » On essaye d’aider l’enfant à lui donner une forme, une matière, une couleur et une taille. Puis, on essaye de changer la forme, la couleur de cette boule, etc. Le but étant de prendre soin de cette émotion désagréable et de petit à petit la diminuer.

L’utilisation d’histoires

  • Egalement, il est possible d’utiliser des histoires pour apaiser les émotions. Chez Hop’Toys, on adore le livre La couleur des émotions. Ce livre est un véritable petit bijou pour les yeux et pour comprendre et partager ses émotions ! Le gentil monstre se réveille un matin avec le cœur tout embrouillé, c’est le bazar dans ses émotions, alors son amie va l’aider à y voir plus clair et à reconnaître chacune de ses émotions.

Dessiner

  • Vous pouvez aussi essayer de lui demander de dessiner ce qu’il ressent.

Jouer

  • Ou encore, vous pouvez utiliser des personnages pour l’aider à exprimer ses émotions à travers eux. En jouant avec lui et en lui posant des questions, cela peut l’aider à mettre des mots sur son ressenti. Cela peut être avec n’importe quelles figurines que vous avez à la maison ou avec des poupées spécialement conçues pour exprimer ses émotions comme la poupée émotions.

La roue des émotions

  • Enfin, vous pouvez également avoir recours à la Roue des Emotions. Formidable outil créé par Anne-Sophie Thiry, cette roue permet de partir de la météo de l’enfant, de l’associer à une émotion et de parler des besoins qui y sont liés. Elle existe d’ailleurs également en version adulte.

 

>> Découvrez notre sélection Gestion des émotions

Et la gestion de la colère ?

La gestion des colères de son enfant lorsqu’on ne peut pas aller prendre l’air peut être compliquée. Anne-Sophie Thiry conseille de changer sa manière de communiquer avec son enfant. Evitez-les « Tu ne peux pas… Tu n’as pas le droit de…», et remplacez-les par des formes positives exprimant le comportement attendu. Egalement, aidez-le à mettre des mots sur sa colère. Les jeunes enfants manquent parfois de vocabulaire pour exprimer ce qu’ils ressentent. Nous pouvons les aider en mettant des mots pour eux sur leur colère. Enfin, essayer d’anticiper les crises de colère. C’est-à-dire de donner des outils de gestion de sa colère à son enfant. Cela peut être par exemple d’avoir le droit de taper dans un coussin ou de déchirer du papier brouillon. Finalement, Anne-Sophie souligne l’importance de rappeler à son enfant, une fois la colère passée, que lorsqu’il fait des choses qui déplaisent vous êtes fâchés contre son comportement et non contre lui et que bien sûr, vous l’aimez toujours.

La gestion des enfants et le télétravail

Les enfants en bas âge apprennent de différentes manières et notamment en jouant. Il faut donc ne pas avoir peur qu’ils prennent du retard sur leurs apprentissages. Pour les plus âgés, Anne-Sophie Thiry conseille de séquencer les devoirs. C’est-à-dire de se fixer un rythme et un horaire durant lequel vous pouvez être disponible pour l’aider et un horaire où vous êtes en télétravail. Par exemple, tous les matins de 9 h à 10 h. Pour les plus petits, apprenez-leur à être autonomes en commençant par des temps très courts (5 min) et en utilisant une minuterie pour que ce soit visuel pour eux. Vous pouvez par exemple utiliser un Time Timer. Petit à petit, vous pourrez augmenter le temps. Pensez à toujours les valoriser en soulignant leurs efforts de ne pas vous avoir dérangé durant le temps imparti.

L’astuce du carnet

Souvent, lorsque les enfants ont une idée, ils souhaitent nous la partager tout de suite. Si on est justement à ce moment-là au téléphone avec notre patron, cela peut vite tourner au cauchemar. Un enfant vit dans le moment présent, il est donc bien difficile pour lui d’attendre. Cependant, nous pouvons lui donner des outils pour y arriver. Offrez-lui un petit carnet qui lui servira à écrire ou dessiner ses idées. Prévenez-le avant : « Je vais être occupée pendant les 10 prochaines minutes. Si tu as une idée durant cette période, tu pourras la dessiner dans ton carnet et nous pourrons en discuter après. » Lorsque vous avez terminé, revenez vers lui et remerciez-le d’avoir patienter. Valoriser le comportement adéquat va lui permettre d’apprendre à patienter.

L’apparition de troubles du sommeil

Avec le confinement, pour certains enfants (et adultes !) sont apparus des troubles du sommeil. Anne-Sophie Thiry livre 4 conseils. Premièrement, limiter l’accès aux informations des médias. Deuxièmement, de rassurer votre enfant qui a besoin d’être sécurisé « Nous [les parents] faisons tout ce qu’il faut pour protéger la famille. C’est notre rôle d’adulte, toi tu peux être apaisé. » Troisièmement, de ritualiser le coucher. Instaurer la même routine tous les soirs avec une heure de coucher régulière. Et quatrièmement, si vous avez l’habitude de rester avec votre enfant jusqu’à ce qu’il s’endorme, pensez à le prévenir où vous serez s’il se réveille pendant la nuit. En effet, s’il s’est endormi à vos côtés et qu’il se réveille soudainement, il peut angoisser en ne sachant pas où vous êtes.

>> A lire également : Troubles du sommeil – les parasomnies de l’enfant

Vous pouvez retrouver la vidéo d’accompagnement parental d’Anne-Sophie Thiry sur notre page Facebook.

Toute l’équipe Hop’Toys remercie Anne-Sophie Thiry pour cette belle collaboration. Nous espérons que les clés données dans cette capsule vous aideront dans votre rôle de parent lors de cette période particulière et même après.

Avez-vous visionné la vidéo ? Comment faites-vous avec vos enfants au quotidien pendant le confinement ? Laissez-nous en commentaires vos impressions et retours d’expériences.


Animées par Anne-Sophie Thiry et son équipe (Françoise Conrard, Laurent Chavanne), les différentes activités de L’Autrement dit permettent de prendre du recul sur notre mode de vie effréné et nos relations avec l’autre.

L’Autrement Dit propose des formations à la communication pour les parents et les professionnels de l’éducation, de l’accompagnement d’équipe, supervision, thérapie psychomotrice, systémique et TECC (enfants, adolescents et adultes) et des formations en Ennéagramme.

Anne-Sophie Thiry a créé La Roue des Émotions pour L’Autrement Dit, elle est également l’auteure du livre « Le concours de Madame Gisèle » abordant l’Ennéagramme à travers les yeux des enfants, et le livre d’accompagnement à la parentalité « Et s’il était possible d’être un parent équilibré ? » paru chez Racine.

Mathilde est coordonnatrice Tiers-Lieu chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.