Le mutisme sélectif est un trouble anxieux de l’enfance. Les enfants qui en sont porteurs ont les mêmes compétences de langage et de communication que tout autre enfant, mais ils ne peuvent communiquer que s’ils sont détendus et dans un contexte familier. Dès lors qu’ils sortent de leur zone de confort, ils sont confrontés à leur mutisme. Comment aider les enfants atteints de mutisme sélectif et quels sont les signes, les causes et les symptômes de ce trouble ?

Timidité ? Anxiété ? Les causes du mutisme sélectif

Le mutisme sélectif est souvent rattaché à une timidité et à une anxiété sociale sévères. Comme c’est souvent le cas pour les troubles spécifiques de l’enfant, les causes du mutisme sélectif restent encore aujourd’hui inconnues. Toutefois, on constate qu’il fait très souvent suite à des antécédents familiaux, à l’environnement ou à des expériences traumatiques. Le mutisme sélectif fait partie de ce que l’on appelle le « handicap invisible ».
Des témoignages d’anciens mutiques sur le site « Ouvrir la voix » permettent de mieux comprendre ce que vivent les enfants mutiques au quotidien et ainsi, faire le lien entre l’anxiété et le mutisme. L’un d’eux est celui d’une jeune femme restée 13 longues années mutique et qui a réussi à poser des mots sur son silence seulement à l’âge de 19 ans. Elle lie son mutisme à l’anxiété et parle d’ « enfer » quand il s’agissait pour elle de se retrouver dans des contextes sociaux.

 Les situations sociales les plus simples étaient pour moi aussi angoissantes que de me jeter du haut d’un pont.

Comme dit dans le témoignage précédent, la société est parfois maladroite dans ses réactions face à ce trouble spécifique et ce n’est pas pour arranger l’anxiété qui est déjà sévère pour ces enfants.

 J’ai longtemps été qualifiée de petite fille égoïste et hautaine car je n’estimais pas les autres suffisamment bien pour moi pour leur adresser la parole. J’ai même fini par les croire. Certains ont refusé de me donner à manger pour me faire parler et culpabilisaient ensuite devant leur échec.

>> Découvrez des supports pour aider à faire prendre conscience de l’existence d’handicaps invisibles autour de vous :

  • Infographie Handicap invisible 
  • LES HINVISIBLES  : un jeu de 50 cartes qui sensibilise et permet de mieux connaître tous les types de handicaps invisibles. Le processus pédagogique est conçu pour comprendre et enrichir ses connaissances sur 80% des handicaps et développer de nouvelles attitudes plus justes dans la relation.

Le mutisme sélectif, les signes

Plusieurs attitudes peuvent indiquer que l’enfant est porteur d’un trouble de mutisme sélectif. Plus les enfants grandissent, plus les signes seront par ailleurs perceptibles.

  • Des signes d’anxiété à un âge précoce
  • Des troubles du sommeil (des difficultés à s’endormir)
  • Des crises de colère intenses
  • Le fait que l’enfant soit solitaire et accepte mal la séparation avec ses parents
  • L’utilisation des mains pour communiquer lors de situations inconfortables
  • Le fait que l’enfant se fige lorsque quelqu’un d’inconnu engage une conversation
  • Une certaine propension à la désobéissance
  • Le fait d’éviter les contacts visuels, les situations inconfortables
  • Une certaine difficulté à dire « bonjour », « au revoir » ou « merci ».

Des solutions ?

À ce jour, il n’y a pas de traitement spécifique pour « guérir » les enfants atteint de mutisme sélectif. Néanmoins, il faut réunir un maximum de solutions pour accompagner et aider ces enfants. L’accompagnement est primordial pour les enfants et pour leur famille, mais il l’est aussi pour les professionnels. Il faut en effet que ces derniers soient en mesure de poser un diagnostic sur ce silence, afin que le mutisme sélectif ne soit pas confondu avec d’autres troubles, tels que le trouble du spectre de l’autisme et/ou de l’apprentissage. Apporter une réponse à leur anxiété sévère est la meilleure solution pour que les enfants arrivent à combattre leur mutisme.

Faire connaissance avec le mutisme sélectif

Il est important d’apprendre à connaître le trouble des enfants atteints de mutisme sélectif, d’essayer de les comprendre en tenant compte des difficultés sociales qu’ils rencontrent au quotidien. En faisant la démarche de compréhension mais aussi d’acceptation, l’entourage a plus de facilité à trouver des solutions, des alternatives pour les aider à communiquer, non plus seulement dans des contextes où ils sont à l’aise, mais dans des contextes sociaux (école, restaurant, etc).

Ces enfants ont besoin d’être compris et soutenus par leur entourage c’est une certitude, mais les familles ont-elles la possibilité d’être soutenues et écoutées elles-aussi ?
Voici quelques conseils pour elles :

  • Discuter avec des professionnels qui sauront trouver les mots et répondre aux questions
  • Participer à des groupes de soutien
  • Parler à son entourage
  • Participer à des thérapies familiales

Le mutisme sélectif n’est pas tabou !

Pour les enfants, le fait de ne pas arriver à communiquer seulement dans certains contextes sociaux peut s’avérer très frustrant et générer de l’incompréhension. Ils ne restent pas volontairement muets et le fait de ne pas communiquer est une façon pour eux se protéger comme ils le peuvent de leur anxiété sévère. La sincérité est primordiale pour eux. C’est une chance pour eux de comprendre que ce n’est pas de leur faute s’ils n’arrivent pas à communiquer dans ces moments-là. Cette méthode basée sur la transparence, permet aux enfants d’être rassurés et d’être moins en proie à des crises d’angoisse.

Créer un environnement de confiance

Dés que les enfants atteints de mutisme sélectif arrivent chez eux, ils doivent se sentir en sécurité et suffisamment en confiance pour pouvoir se confier à leur entourage. Grâce à cette confiance, il sera plus simple pour les parents et les professionnels de communiquer avec eux et tenter de trouver la raison de ce mutisme. Il est recommandé de joindre cet environnement de confiance à d’autres soutiens de la part de professionnels, tels un soutien en milieu scolaire et une psychothérapie individuelle. Parler avec ces enfants est important car leur maison est le seul endroit où ils ne se conforteront pas dans le mutisme. En effet, lorsqu’ils sont dans une situation perçue comme anxiogène, ils ne communiquent plus car ils remarquent qu’en agissant de la sorte, leur anxiété se calme.

Mettre en place un rituel de « séparation »

Les enfants atteints de mutisme sélectif sont aussi très angoissés à l’idée d’être séparés de leurs parents, même si ce n’est que pour quelques minutes. Cela est normal étant donné qu’ils n’arrivent à communiquer presque qu’avec eux. Créer des rituels de « séparation » permettra à ces enfants d’évoluer de manière plus autonome. La méthode est simple, il suffit de leur donner « rendez-vous » de manière à ce qu’ils comprennent qu’ils vont retrouver leurs parents. Utiliser de simples paroles telles que « On se retrouve dans cinq minutes », « On mange ensemble ce soir ». Ce sont des phrases banales, mais pour eux avoir un « rendez-vous » avec leurs parents signifie qu’ils vont les retrouver.

 

Sources :
Comment aider un enfant avec un mutisme sélectif ?
Ouvrir la voix, groupe d’entraide et d’information sur le mutisme sélectif

2 Commentaires

  • Lataste dit :

    Bo jour
    Est ce que ce mutisme selectif peut se produire chez un enfant de 2 ans?

  • Caroline dit :

    Bonjour Jennifer,

    Tout dépend de l’enfant, de son rythme, de ses troubles, c’est pourquoi nous vous invitons à consulter un pédiatre spécialisé dans ces troubles pour qu’il puisse vous conseiller au mieux.

    Belle journée,

    C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.