– Il va vraiment falloir te couper les ongles…
– Noooooonnn !!!! »
On connaît la chanson : couper les ongles est une épreuve insupportable pour beaucoup de loulous, surtout pour les Asperger. Le bruit des ciseaux en train de couper, la sensation du métal des lames peuvent 
représenter pour eux une agression sensorielle…  Mais il faut bien y passer, et de fait, il faut essayer de trouver des stratagèmes. Voici 10 solutions proposées par la communauté d’Hop’Toys pour faciliter ce moment.

1. Les renforçateurs et les pictogrammes

Mettre en place un programme de motivation prévoyant des récompenses en utilisant des pictogrammes (toilette, ciseaux, mains, ongles) et des renforçateurs (tampons « smiley », « bons points », adaptés aux goûts de l’enfant, etc.) pour chaque ongle coupé.

2. Contourner l’heure du supplice

On ruse en détournant l’enfant de l’heure tant redoutée. Commencer par définir un jour dans la semaine. La veille du moment fatidique, proposer à l’enfant de finalement le faire le jour même :  « Comme ça, ça sera fait et on n’y pensera plus », en choisissant quand (« après le repas ? » ) et avec qui ( « papa ? maman ? mamie ? » … ).

petite main de bébé avant de lui couper les ongles

3. Le bain d’une demi-heure

Propose à Loulou un Spa avec pédicure, en utilisant du sel de mer parfumé à lui faire choisir lui-même. L’eau doit être chaude, pour que les ongles ramollissent bien et puissent être coupés tout en douceur. Utiliser un Time Timer ou un sablier pour que l’enfant puisse anticiper le temps qu’il lui reste avant la coupe, puis la durée de celle-ci.

4. Musique et percussion

La musique peut adoucir ce moment. Commencer par mettre l’objet de torture en question (le coupe-ongles ou les ciseaux) dans les mains de l’enfant pour qu’il apprivoise le son que celui-ci émet. Accompagner ensuite chaque pression de coupe par une musique à percussion ou une petite comptine.

 

Tambour océan : en douceur ou avec vigueur, faites tanguer ce tambour océan et retrouvez le son apaisant ou agité de la mer. Ses billes se baladent sous la peau naturelle et reproduisent la houle à la perfection. Ses couleurs sobres ont font un instrument qui convient aux utilisateurs de tout âge. Diam. 20 cm. Dès 3 ans.

Mallette à percussions : 10 instruments de musique en bois et métal : un tambourin, une paire de castagnettes, un triangle, un güiro, une paire de cymbales à doigts, une paire de maracas, un bâton à grelots, un bâton à cymbales, deux bâtons rythmiques et un mini arbre à pluie. Dim. mallette de transport 27 x 25 cm. Dès 3 ans.

5. Lui laisser choisir l’ordre

Pour faire comprendre à l’enfant qu’il contrôle la situation, il faut lui faire choisir le déroulé des événements :
 » On commence par lequel ? »;  » En combien de bouts »,  »  Tu me dis à la une, à la deux et à la trois… » Ces micro-étapes mises bout-à-bout et il se sera fait couper les ongles sans même s’en apercevoir !

6. La nuit, notre meilleure amie

De nombreux parents choisissent de procéder pendant la nuit avec une lampe de poche. Il est alors recommandé de mettre des gants pour éviter le contact avec la peau qui réveille plus facilement. Forcément, cela prend plus de temps, mais cela peut permettre de déjouer des crises de panique !

couper les ongles d'un loulou autiste

7. Travail sensoriel sur les ongles

Presser les ongles avant de les couper permet de désensibiliser le bout des doigts. Un travail sensoriel à l’aide de massages, avec des balles par exemples, lisses ou à picots peut également aider.

8. Le faire participer

« Tu dis « clic » en même temps que je coupe, mais vraiment en même temps ! Allez, on y va : à la une à la deux, à la trois … ». On pourra impliquer sa peluche préférée et couper à tour de rôle ses ongles à lui et ses ongles à elle : « Une fois doudou, une fois toi, une fois doudou, etc ».

9. Détourner l’attention

Profitez d’un moment où l’enfant joue à la console (pour les ongles de pieds) ou est devant son film préféré. Son attention sera focalisée sur autre chose ce qui diminuera son stress.

10. La lime plutôt que les ciseaux

Avec la lime, il faudra réitérer toutes les semaines. Mais certains loulous avec autisme craignent moins ce contact que celui des ciseaux. La lime adoucit un peu l’acte, même si cela prend beaucoup plus de temps.

Conclusion

Il vous faudra bien-sûr trouver LA solution qui conviendra le mieux à votre enfant et à vous-même. Dans tous les cas, il vous faudra vous armer de patience et ne pas hésiter à tester sans cesser de nouvelles manières de procéder, sans vous décourager ! Vous finirez par trouver la bonne !

>>Pour aller plus loin : la difficulté pour couper les ongles de son enfant autiste / TSA

Julien est chargé des réseaux sociaux chez Hop'Toys. Sur ce blog, il assure la rédaction de certains articles. Son terrain de jeu favori : les loisirs créatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.