Céline Waroquier est psychomotricienne, diplômée de l’Institut de Formation de Psychomotricité de la Pitié Salpêtrière en 2006. Elle exerce actuellement en libéral dans le Val-de-Marne. Spécialisée en périnatalité et pédiatrie, elle reçoit exclusivement des enfants, du nouveau-né au jeune adolescent afin de dépister et rééduquer des troubles psychomoteurs. Elle nous raconte dans cet article sa première semaine de consultation en présentiel suite au déconfinement et ce qu’elle a mis en place… 

Pendant le confinement

Le confinement a demandé aux psychomotriciens beaucoup d’adaptations afin de conserver le lien avec les enfants et leur famille (pratique du télésoin, propositions d’activités psychomotrices par différents supports vidéos, fiches pratiques, appels téléphoniques…). Il a nécessité aussi de s’appuyer les uns sur les autres, et de mettre en avant la relation de partenariat avec les parents.

Des regroupements de psychomotriciens sont nés ou se sont recréés afin de mettre nos pensées en commun (le #psychomotmouvement sur Instagram, l’association Calliopée, les Carnets de Psychomotricité du SNUP…).

>> À lire aussi : rééducation : psychomotricité en milieu hospitalier 

À l’heure du déconfinement

Le déconfinement amène lui aussi sa part de chamboulements dans nos pratiques.

La psychomotricité est par définition un métier corporel et de relation, où l’expression comme la distance corporelle sont aux cœurs des pratiques. Pas simple à repenser lorsque l’anxiété du contact physique se mêle aux contraintes sanitaires (port d’un masque, d’une blouse…).

Préparer le cabinet selon les consignes sanitaires

J’ai réouvert mon cabinet la semaine dernière, comme un certain nombre de mes confrères. Après une préparation minutieuse du cabinet (sélectionner et réorganiser le matériel, préparer les affiches et autres moyens de communication rappelant les consignes sanitaires, se fournir en matériel de désinfection et de protection, réorganiser mon planning), j’ai proposé à une partie de mes patients de se retrouver en présentiel.

>> À télécharger : les 7 gestes barrières des super héros

Se (re)découvrir avec un masque

Nous avons réexpérimenté ensemble la rencontre de l’autre : comprendre les émotions à travers le masque et porter son attention encore un peu plus sur l’expression corporelle, jouer à exagérer nos émotions. Nous avons aussi joué avec ce masque, objet d’étrangeté, de résistances et d’inquiétudes (avec une poupée et un masque à poupée par exemple).

>> À lire aussi : masques : comment faciliter la communication ?

Retrouver ses habitudes

Les enfants et moi-même avons aussi pris du plaisir à retrouver nos habitudes, et des jeux connus, de l’avant-confinement : les jeux d’équilibre et les parcours psychomoteurs, les jeux de coordination, les jeux de dextérité manuelle et autres domaines psychomoteurs selon les projets thérapeutiques des enfants…

Les retrouvailles se sont aussi faites avec les parents. Ils ont pu retransmettre la redécouverte de leur enfant, de leurs ressources et de leurs capacités d’adaptation, mais aussi redéfinir les besoins de chacun dans la famille. La co-construction du lien et du projet de l’enfant s’est renforcée par l’expérience du télésoin.

En conclusion, le retour des séances en présentiel après le confinement a demandé beaucoup d’aménagements et d’adaptations en amont. Les séances se réaménagent physiquement, mais aussi dans la pensée de la pratique psychomotrice. Ce n’est que le début. Les séances vont se redessiner au fil des rencontres ou des re-rencontres, et des besoins qui auront émergé pendant cette période de déconfinement.

Et vous, avez-vous rouvert votre cabinet suite au déconfinement ? Partagez votre expérience et vos conseils en commentaire. 


Céline Waroquier, psychomotricienne D.E. Diplômée de l’IFP Salpêtrière en 2006. Après une pratique en néonatalogie, puis en structure IME, j’ai exercé 12 ans en CAMSP auprès de jeunes patients. J’ai décidé d’ouvrir mon cabinet libéral dans le Val de Marne. J’ai enrichi ma pratique au fil des années grâce à diverses formations : pratique des Niveaux d’Évolution Motrice 1er et 2e degré, toucher-massage du bébé, portage de zéro à trois ans, Trouble Développemental de la Coordination et la Rééducation Top-Down. Je suis praticienne du Bilan Sensorimoteur A. Bullinger.

Me trouver sur Facebook : Cabinet de Psychomotricité 94
Site internet : http://psychomotricite94.com

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.