En juin 2021, Cloé Maillet, que vous pouvez retrouver sous le pseudo @cloe_psychomot sur Instagram, décide de s’installer en tant que psychomotricienne en libéral à mi-temps. Une aventure et des conseils qu’elle nous partage aujourd’hui ! 

L’installation en libéral

Aujourd’hui, je voulais vous partager mon expérience à travers l’aventure de l’installation en libéral ! Fin juin 2021, je prends ma décision : je veux m’installer en tant que psychomotricienne en libéral à mi-temps. Les démarches, les papiers, le matériel… tout un tas de questions vient donc naturellement après cette décision.  

Trouver un local

La première chose à faire selon moi, c’est de trouver un local. En effet, je ne rejette pas les soins à domicile, que je trouve au contraire très intéressants. Mais je souhaite pouvoir créer un espace à part, où les patients pourraient être repérés, avec un cadre sécurisant et que je pourrais maîtriser.  

Première question : la taille du local. J’ai fait mes recherches via LeBonCoin, avec certains critères. Je voulais rester dans un secteur particulier, avec un budget particulier et je voulais pouvoir louer la moitié de la semaine sans avoir à partager la salle sur le reste de la semaine. J’avais à cœur de pouvoir me créer mon espace et mon organisation. Et pour retenir tous ces critères, il est compliqué de faire la fine bouche sur la taille du local…

Une annonce m’a particulièrement plu : un bureau aux murs vert eucalyptus, dans mon budget, que je peux louer à mi-temps avec personne sur l’autre temps. Un seul hic : la taille, 11m2… Je décide quand même de visiter ce local, et quelle bonne surprise ! Avec le bureau, il y a une salle de motricité de 20m2 ! De plus, l’espace de santé est partagé avec un ostéopathe, une psychologue et une sophrologue. J’ai donc eu le coup de cœur pour cette première visite. La question du local était réglée ! 

Le local de Cloé

Les démarches administratives…

S’en suivent donc toutes les démarches administratives. J’ai eu la chance de pouvoir me faire aider par des insta-collègues, notamment sur le blog de « miss psychomot », avec les articles d’Ombeline, alias psychomot_and_co. Voici donc dans les grandes lignes les étapes d’une installation en libéral :  

  • Choix du régime : auto-entreprise ou déclaration contrôlée. Pour ma part, et en suivant les conseils de mes collègues et connaissances, il s’avère plus intéressant au niveau des charges et des aides d’être dans un premier temps sous un statut d’auto-entrepreneure.  
  • Inscription sur le site de l’URSSAF et création de l’entreprise.
  • Demande des aides : ACCRE.
  • Après l’obtention du numéro de SIRET : ouverture d’un compte bancaire séparé dédié au libéral.  
  • Souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle et multirisque professionnelle.
  • Créer un compte impôts professionnel.
  • Création d’une page Google business et d’un compte sur les Pages Jaunes.

Et d’autres moins administratives !

En parallèle, il y a aussi d’autres démarches moins administratives :  

  • Comparer les banques, les assurances et les logiciels pour trouver ce qui correspond le mieux.  
  • Se créer une carte de visite.
  • Faire la liste des bilans essentiels au démarrage et les acheter.
  • Communiquer sur l’ouverture du cabinet auprès des médecins du secteur.
  • Sécuriser l’adresse mail pour les échanges avec les médecins (avec une application de type « medimail »).
  • Faire la liste du matériel essentiel au démarrage et l’acheter. Dans matériel, j’entends tout ce qui va être bureau et ameublement mais aussi jeux et matériel nécessaires aux médiations de base.  

Le matériel de bureau

En termes de bureautique, j’avais prévu :  

  • Un bureau. Je voulais un bureau d’angle, j’ai finalement opté pour 2 bureaux collés pour former un angle. 
  • Une bonne chaise de bureau
  • Deux chaises et une chaise évolutive 
  • Une imprimante  
  • Une plastifieuse  
  • Un meuble de rangement qui ferme à clé 
  • Une plaque professionnelle  
  • Un terminal de payement par carte bancaire (pas essentiel, mais après réflexion semble être le plus pratique).
  • Papeterie (feuille, crayons, feutres…)  

Découvrez aussi un autre article de Cloé Maillet : « Aménager un coin sensoriel en classe »

 Le matériel Hop’Toys

J’avais déjà une bonne base de jeux de société et de jeux créée grâce au blog Hop’Toys, qui propose de nombreux jeux imprimables. J’avais aussi déjà le Dixit, des jeux de déliement digital, quelques balles sensorielles, etc.  

Un miroir infini lumineux et des balles sensorielles

Miroir lumineux infini : Ce miroir procure une sensation exceptionnelle et fascinante : l’illusion d’un tunnel de lumière infini. Il peut être posé, tenu ou accroché à un mur.

Balles lumineuses going : La balle Going change de couleur dès qu’on la presse et est recouverte d’un revêtement antidérapant en relief qui facilite la préhension et la manipulation.

J’ai tout de même fait une liste de ce qui me semblait essentiel à acheter et à prévoir :  

Merci à Cloé Maillet pour ses conseils ! Et vous, comptez-vous vous lancer dans l’aventure de l’installation en libéral ? Dites-nous tout en commentaires !


Une photo de Cloé Maillet Cloé Maillet est psychomotricienne. 

Vous pouvez la suivre sur son compte Instagram : @cloe_psychomot.

Céline est assistante communication chez Hop'Toys.

1 Commentaire

  • Psychomot dit :

    Bonjour,
    La première chose à faire avant de chercher un local est de faire une étude de marché ET de contacter les psychomotriciens autour… question de déontologie et business plan oblige.
    Cette étape est trop souvent oubliée et peut mettre en péril cette installation!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.