Cloé Maillet est psychomotricienne en classe UEMA (Unité d’Enseignement en Maternelle). Dans cet article, elle explique comment ils ont aménagé une classe afin de répondre aux besoins spécifiques d’élèves avec autisme. 

Aménagement de la classe UEMA

Il y a quelques semaines, nous avons décidé d’adapter la disposition de la classe de l’Unité d’Enseignement Maternelle afin que cette dernière corresponde au mieux aux besoins des enfants qui y sont accueillis. Les enfants avec TSA ont besoin d’espaces définis, clairs et représentatifs de ce qu’on y fait. De ce fait, nous avions déjà un coin regroupement, un espace travail neutre, un espace art visuel, une table centrale pour les activités de groupe, un espace travail moins neutre pour préparer petit à petit l’inclusion, une petite bibliothèque avec des canapés et un coin jeu avec des jouets sensoriels et des jeux symboliques.

Privilégier les stimulations visuelles et tactiles

Nous nous sommes rendu compte que les enfants accueillis dans cette classe n’investissaient pas les jeux symboliques. C’est une notion très abstraite pour les enfants avec TSA, et peu d’enfants de l’UEMA y ont accès pour le moment. Cependant, nous avons une population plus « sensorielle », qui investit préférentiellement les stimulations visuelles et tactiles. Il nous a donc semblé essentiel d’adapté la salle et ces espaces aux enfants accueillis. C’est ainsi que le coin jeu a été réduit et que nous avons crée un espace sensoriel plus grand, qui permet aux enfants de pouvoir s’autoréguler, de faire office de coin refuge en cas de crise, mais également de stimulation sensorielle durant les temps de jeu.

Créer un coin refuge, un coin sensoriel

L’UEMA est et doit rester une classe. Le coin sensoriel devait rester fonctionnel conserver un objectif de scolarisation. Nous ne pouvions pas transformer toute la classe pour créer un coin Snoezelen fermé, sombre et pluri-sensoriel. Comme vous le verrez sur les photos, ce coin reste relativement ouvert. Nous avons installé des claustras pour le rendre plus contenant, tout en le laissant accessible, en « libre-service ». Nous ne pouvions pas non plus mettre d’objets trop sonores pour ne pas déranger les enfants de la classe. Il en va de même pour les stimulations olfactives. Nous nous sommes donc concentrés sur des stimulations tactiles, proprioceptives et visuelles.

Nous avons dans un premier temps utilisé des objets que nous avions déjà à notre disposition : tapis, balles sensorielles, tablette lumineuse, petits objets tactiles, fibres lumineuses… Puis, nous l’avons agrémenté d’objets qui favorisent des expériences sensorielles visuelles et interactives au mur.

>> À lire aussi :  » Des idées de cachettes sensorielles ».

Multiplier les expériences sensorielles

Nous avons donc décidé de mettre au mur différentes planches de stimulations :

Dans le cadre sensoriel , nous avons mis un panneau sensoriel clatter pillar, un panneau sensoriel rondins et un panneau sensoriel rondelles métal.

On a également accroché des jeux muraux favorisant la stimulation visuelle, tactile et la détente.

Jeu mural mini pluie : Faites le tourner sur son axe et tentez d’observer les nombreuses billes s’écoulant comme la pluie et oscillant entre les petits picots. Le son produit est très apaisant.

Jeu mural tube :  Vos sens vont être captivés avec ce jeu mural en forme de tube. Il renferme un grand ressort en métal sur lequel de petites perles se précipitent quand le tube bascule d’un côté à l’autre. Effet relaxant garanti !

Jeu mural volant : Ce jeu mural surprend par son originalité. Les fines billes ruissellent entre deux espaces séparés par une petite ouverture comme dans un sablier. Il propose des effets visuels captivants, tournant d’avant en arrière.

>> À lire aussi : « Des idées de panneaux, bacs et murs sensoriels ».

Accompagner les enfants dans la découverte sensorielle

Nous avons également mis une boite qui n’est pas à la disposition des enfants, mais qui permet aux adultes de les accompagner dans la découverte sensorielle. Dans cette boite, on retrouve des tubes lumineux, des miroirs infinis, des balles sensorielles visuelles, ainsi que des balles de stimulation tactiles.

Ces aménagements ont été pensés en fonction des besoins propres des enfants accueillis. Comme il y a autant de formes d’autismes que d’enfants autistes, il y a également autant de coins sensoriels que d’enfants ! Le tout est d’essayer, de proposer et d’adapter en fonction des envies et besoin des enfants, et de faire place à la créativité ! 


Cloé Maillet

Cloé MAILLET est psychomotricienne en UEMA.
Vous pouvez la suivre sur son compte Instagram : @cloe_psychomot.

 

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.