La jalousie et la rivalité entre frères et sœurs sont choses fréquentes dans les familles. On entend souvent la phrase « Et moi aussi ! », « Pourquoi lui il y va et pas moi? »ou encore le célèbre « De toute manière c’est toi le chouchou »… Mais comment gérer et atténuer la jalousie et la rivalité entre frères et sœurs ? Et qu’en est il des fratries où il y a un enfant porteur de handicap ? On vous en dit plus ici.

Comment alléger le sentiment de jalousie dans la fratrie ?

Voici quelques pistes pour essayer de gérer et alléger le sentiment de jalousie :

  • Etre à l’écoute des sentiments des enfants : En effet, il n’est pas bon de renier les sentiments des enfants, il faut les écouter et les comprendre. Imaginez qu’une nouvelle personne entre dans votre vie et avec laquelle vous devez cohabiter et tout lui prêter. Cela doit être difficile non? Et bien, c’est exactement ce qui se passe avec la venue d’un nouveau né à la maison pour votre aîné. Celui ci n’est plus le centre de l’attention et en plus il doit partager sa vie… Pas évident pour le loulou. Alors essayez de l’écouter sans le sermonner. Il lui faut du temps.

 

  • Ne pas comparer les enfants : la comparaison met dans une situation de compétition. Il n’est pas nécessaire de les comparer mais vous pouvez reconnaître de manière individuelle pour chaque enfant ses qualités et ses points forts.

 

  • Ne pas mettre des étiquettes : les étiquettes ne sont jamais bonnes même si elles sont positives. En effet, cela peut engendrer de la pression chez l’enfant, il aura l’impression qu’il ne pourra jamais sortir de cette étiquette. Il va alors se créer une croyance. Et les frères et sœurs n’oseront pas s’aventurer dans l’univers dédié. Il faut laisser la place et l’espace à tous les enfants.

 

  • Répondre aux besoins individuels des enfants et ne pas donner la même chose tout le temps : Chaque personne est différente et a des besoins différents. Il faut donc tenir compte de cela dans les relations avec les enfants. Dans certains cas il est normal de faire pareil par exemple l’achat de bonbons. Mais dans certains cas, cela ne rime à rien. En effet, dire « je t’aime autant que ton frère » n’est pas satisfaisant. L’enfant a besoin d’être aimé pour lui, sa personne et pas d’être aimé comme son frère. Il faut leur montrer que vous les aimez tous bien sûr, mais tous de manière unique !

 

Et quand le handicap s’en mêle ?

Le sujet de la fratrie et du handicap est peu traité. Pourtant les frères et sœurs vivent également ce changement au quotidien et peuvent parfois se mettre à l’écart dans le but « d’épargner ses parents ». Les enfants non porteurs de handicap vont cacher parfois leur ressenti pour ne pas être « un poids » en plus. La jalousie dans le cas d’une fratrie avec un enfant porteur de handicap n’est pas clairement énoncée. En effet, les frères et sœurs préfèrent taire cette jalousie car elle est parfois source chez eux de culpabilité. Culpabilité de jalouser l’attention des parents envers son frère ou sa sœur qui a plus de difficulté. Ou encore culpabilité de faire mieux que son frère ou sa sœur… Bien sûr le vécu de chaque frère et sœur est différent dans chaque famille.

« La naissance d’un enfant handicapé n’est pas seulement l’affaire des parents. Elle concerne également les frères et sœurs, en retentissant sur leur construction psychique, leur manière d’être, leur identité sociale et leur devenir » explique Charles Gardou.

Ces enfants non porteurs de handicap sont au premier rang et doivent être protégés pour ne pas se sentir écartés et pour ne pas avoir sur leur épaule « le devoir » de s’occuper de son frère ou sa sœur porteur de handicap. Il faut qu’ils aient leur espace afin de pouvoir s’exprimer librement et devenir eux mêmes.

Pour aller plus loin :

Trisomie 21 : les fratries à l’honneur

Source :
http://apprendreaeduquer.fr/jalousie-entre-freres-et-soeurs/
http://www.enfant-different.org/fratrie/la-fratrie-confrontee-au-handicap

est assistante marketing chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.