En cette fin d’année, on croise le père Noël partout ! On le voit à la télé, sur des affiches, dans la rue, dans les centres commerciaux, et même dans les livres pour enfants. Dans les croyances communes, le père Noël est celui qui apportera les cadeaux le soir du 24 décembre (ou le matin du 25) si les enfants ont bien été sages tout le reste de l’année. Maria Montessori, elle, ne voyait pas cette croyance au père Noël d’un bon œil, et ce, pour plusieurs raisons sur lesquelles nous revenons dans cet article.

La position de Maria Montessori sur le père Noël

Selon Maria Montessori : « Nous croyons […] développer beaucoup l’imagination de l’enfant en lui donnant à croire comme vraies des choses fantastiques ; ainsi, par exemple, Noël est personnifié dans certains pays latins par une vilaine femme, la Befana […]. Dans les pays anglo-saxons, au contraire, Noël est un vieillard caduc, couvert de neige, qui porte dans un panier énorme les jouets aux enfants, en rentrant réellement la nuit dans leur maison. Mais comment ce qui est le fruit de notre imagination pourrait-il développer l’imagination des enfants ? Nous seuls imaginons et non eux : ils croient, ils n’imaginent pas. La crédulité est, en effet, une caractéristique des esprits non évolués auxquels manquent l’expérience et la connaissance des choses réelles, et auxquels l’intelligence qui distingue le vrai du faux, le beau du laid, le possible de l’impossible fait encore défaut. » (Pédagogie scientifique, tome 2)

Pour résumer la pensée de Maria Montessori : nos enfants nous font confiance et nous devons être dignes de cette confiance en refusant de leur faire croire à des choses auxquelles nous-même ne croyons pas.

Faire croire son enfant au père Noël c’est donc lui mentir ?

Selon la pédagogie Montessori, laisser croire ou faire croire ses enfants au père Noël au fond, c’est abuser de leur confiance et de leur crédulité. La crainte est que plus tard, lorsque les enfants devront faire confiance à leurs parents pour des choses sérieuses, ils pourront avoir en mémoire le mensonge du père Noël et donc manquer de cette confiance.

Le mensonge va surtout s’installer à mesure que l’enfant grandit si on entretient la croyance. Certes, les premières années de l’enfant, lui faire croire au père Noël n’est pas compliqué. Mais les années passent et les enfants commencent à poser des questions, plutôt normales et qui tiennent de la raison et de la logique. «  Comment il fait le père noël pour venir chez nous : on n’a pas de cheminée ? » « Comment, c’est possible qu’il y ait des pères Noël partout dans la rue et pas qu’un seul ? » « Mon copain, il me dit que le père Noël n’existe pas. » Pour répondre à tous ces questionnements, pas d’autres choix que de mentir à son enfant (ou encore enjoliver la réalité) lorsqu’on souhaite qu’il continue à croire au grand bonhomme rouge.

En plus de lui mentir sur certains points, il faut également cacher beaucoup de choses à l’enfant pendant la période de Noël pour entretenir le mythe : les achats des cadeaux sont faits quand il n’est pas là, il faut ensuite trouver une cachette parfaite pour les cadeaux, trouver un moment pour les emballer, etc.

L’importance de ne pas perdre « La magie et l’esprit de Noël »

Lorsqu’on applique la pédagogie Montessori et donc que l’on explique à son enfant que le père Noël n’existe pas, que c’est une belle histoire, un personnage de fiction, l’important est de ne pas perdre l’esprit et la magie de Noël… Vu que l’enfant sait que le père Noël n’existe pas, on est libre de lui expliquer de qui provient tel ou tel cadeau qu’il a reçu. De cette façon, l’enfant se rend compte que ce sont les membres de sa famille qui ont souhaité lui faire plaisir en lui offrant des cadeaux qui lui plaisent et lui correspondent et pas un bonhomme rouge qui, au fond, ne les connaît pas plus que ça. Il se rend compte que des personnes ont réfléchi pour lui trouver un cadeau qui lui fasse plaisir et prend d’autant plus de plaisir lors de l’échange des cadeaux.

Et puis Noël ne se résume pas uniquement au père Noël, il y a d’innombrables façons de faire durer la magie de Noël même à l’âge adulte ! Décorer en famille le sapin de Noël et sa maison en écoutant des musiques de Noël, prendre plaisir à choisir les cadeaux pour les proches, les emballer ensemble, admirer les belles décorations de Noël, ouvrir le calendrier de l’avent jusqu’au 24 décembre, aller se promener au marché de Noël, se faire tout beau pour le repas de Noël en famille, faire des photos avec nos proches, partager un bon repas, voir des proches que l’on ne voit pas souvent…

Et vous, que pensez-vous de la position de Maria Montessori sur le père Noël ?

 

est assistante marketing en alternance chez Hop'Toys et rédactrice d'articles sur le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.