Intégration neurosensorielle… INS… Que signifie cette appellation ? Que s’agit-il d’intégrer ? Est-ce que cette intégration neurosensorielle fonctionne toujours bien ? Que se passe-t-il lorsque ce n’est pas le cas ? Comment, dès lors y remédier en adoptant les grands principes d’une approche INS ? Explications en facilitation graphique de ce processus à la base de tous les apprentissages / essentiel à tout un chacun : à son autonomie, à ses relations, à ses apprentissages…

Définition

L’intégration neurosensorielle est notre capacité à sentir, à comprendre et à traiter les informations sensorielles provenant de notre corps et de notre environnement afin d’y répondre de manière adaptée par des gestes, des comportements, des émotions.

>> Lire aussi : Qu’est ce que l’intégration neurosensorielle 

L’action du cerveau : recevoir, trier, apporter une réponse

L'intégration neuro sensorielle expliquée en facilitation graphique

Nous ne le savons pas forcément mais nous avons bien 7 sens en action ; 5 sens que nous connaissons tous (la vue, le toucher, l’audition, le sens olfactif, le goût), mais aussi 2 autres sens, moins connus, et pourtant tout aussi importants : le sens vestibulaire (sens du mouvement et de l’équilibre) et le sens proprioceptif (sens de la position, perception de ses membres dans l’espace). Nos 7 sens envoient en continu des informations à notre cerveau : des stimuli sensoriels. Le cerveau les reçoit, les traite et va ensuite permettre d’y apporter une réponse appropriée (un geste, une parole, une émotion…).
Lorsque l’intégration sensorielle fonctionne bien, l’enfant apprend à agir de manière appropriée à son environnement et à interagir. Mais, comme nous le verrons, de nombreux enfants ayant des particularités neurosensorielles subissent un dysfonctionnement de ce processus qui les impacte dans plusieurs domaines.

Un processus à la base de tous les apprentissages

L'intégration neuro sensorielle expliquée en facilitation graphique
L’intégration neurosensorielle constitue la base de la pyramide des apprentissages de l’enfant (« Pyramid of learning » de William & Schellenberger). Elle permet le développement du sensori-moteur jusqu’au développement comportemental et cognitif. Un dysfonctionnement dans l’intégration sensorielle peut impacter la personne dans des domaines variés puisque tous les sens sont concernés par l’intégration sensorielle.

Les troubles d’intégration neurosensorielle

L'intégration neuro sensorielle expliquée en facilitation graphique
Il existe 3 grands types de troubles de l’intégration sensorielle (qui peuvent s’entremêler) :

  • les troubles de modulation sensorielle
  • les troubles de discrimination sensorielle
  • les troubles moteurs à base sensorielle

1. La modulation sensorielle

Dans l’intégration sensorielle, la modulation sensorielle permet au cerveau de filtrer les informations reçues selon leur importance. Cette modulation consiste à créer une sorte de niveau d’importance des informations pour que le cerveau puisse apporter la réponse la plus appropriée. Cette modulation se développe au fil des ans à partir de la naissance.

Exemple : Bébé sursaute et pleure au moindre bruit. Puis il apprend à en reconnaître certains, comme une intonation dans la voix de sa mère, et va réagir spécifiquement à ceux-ci.

Les troubles de la modulation sensorielle vont toucher l’intensité de la réponse de l’enfant face aux stimuli qu’il reçoit (hypersensibilité/hyposensibilité).

>> Lire aussi : Intégration neurosensorielle : aussi pour les bébés 

2. La discrimination sensorielle

La discrimination sensorielle permet à l’enfant de distinguer et d’interpréter les stimuli sensoriels afin d’interagir de façon appropriée avec son environnement. En cas de troubles de la discrimination sensorielle, l’enfant a du mal à comprendre et classer les goûts, les textures ou les odeurs. Ce n’est pas ici une question d’intensité de la stimulation, comme pour la modulation sensorielle ; l’information parvient à l’enfant mais de manière biaisée. 

Ces troubles impactent la vie quotidienne de l’enfant. Des tâches simples, comme aller chez le coiffeur, chez le dentiste, prendre une douche, se faire couper les ongles deviennent problématiques.

3. Les troubles moteurs sensoriels

L’enfant ayant des troubles moteurs d’origine sensorielle a des difficultés à utiliser l’information provenant de stimuli sensoriels. Il perçoit son corps de manière incomplète et l’utilise maladroitement, notamment lorsqu’il doit apprendre de nouveaux mouvements. Ces troubles sont de deux types :
– les désordres posturaux (équilibre, schémas de mouvement et coordination entre les deux côtés du corps)
– et les troubles praxiques (trouble de la planification et de la coordination des mouvements qui sont nécessaires pour réaliser une action).

Identifier les difficultés

Les troubles de l’intégration neurosensorielle s’observent dans les interactions de l’enfants avec les autres, dans son développement par rapport aux enfants du même âge, ou encore à travers ses difficultés d’apprentissage. Le schéma ci-dessous liste quelques grands types de difficultés. Mais cette liste n’est qu’indicative, non exhaustive et ne saurait suffire à poser un diagnostic.

L'intégration neuro sensorielle expliquée en facilitation graphique

>> Téléchargez également : Les particularités sensorielles en une infographie 

Intervenir

1. Poser un diagnostic

Le diagnostic est posé par un professionnel formé à l’intégration sensorielle ou neurosensorielle, c’est à dire le plus souvent par un ergothérapeute, et parfois par un psychomotricien ou un kinésithérapeute. L’essentiel est que le professionnel soit formé à l’INS. Une évaluation approfondie et régulière effectuée par le thérapeute permet de construire une prise en charge personnalisée au plus près de la problématique sensorielle de l’enfant. Cette évaluation clinique associe les observations quotidiennes des parents aux mises en situation par le professionnel. On établit l’historique sensoriel de l’enfant depuis sa naissance, l’historique de son développement, les symptômes actuels et sa façon de fonctionner.

2. Etablir le profil sensoriel de l’enfant

Le profil sensoriel établit les modalités sensorielles préférentielles, les modalités sensorielles gênantes, les modalités sensorielles négligées et les modalités sensorielles envahissantes.

3. Le bilan

C’est lors du bilan précis et ciblé, consistant en une observation clinique que l’évaluateur va vérifier ces hypothèses en mettant l’enfant en situation et en lui faisant passer des tests.

4. La prise en charge en intégration sensorielle

La prise en charge va consister à permettre à l’enfant ayant des troubles de l’intégration sensorielle à modifier très progressivement son traitement des informations reçues par ses sens, à amener une réponse appropriée aux différents stimuli sensoriels et à développer des comportements permettant à l’enfant de s’adapter à son environnement, de bien mener ses activités quotidiennes partout : à l’école, dans ses loisirs, à la maison (exemples : habillage, alimentation, soins d’hygiène, sommeil, etc.).

Le thérapeute peut aussi suggérer des stratégies ainsi que des modifications à effectuer sur l’environnement afin d’augmenter le confort ou de favoriser un état de vigilance optimal. Des activités à réaliser au domicile sont souvent suggérées aux parents afin d’optimiser la prise en charge.

>> Lire aussi : S’inspirer de l’intégration neurosensorielle à la maison

Téléchargez ici l’intégralité de nos fiches de facilitation graphique

L'intégration neuro-sensorielle expliquée en facilitation graphique


 

2 x A4 au format pdf.

Aller plus loin

Vous souhaitez en savoir plus sur l’intégration neurosensorielle ? Téléchargez gratuitement notre livre blanc sur le sujet. Un guide complet pour comprendre les troubles INS et accompagner son enfant et/ou son patient par une approche INS.
livre blanc

Notre livre blanc est préfacé par Isabelle Babington, ergothérapeute et formatrice en INS, co-fondatrice de la Meex et auteure de l’ouvrage L’enfant extraordinaire, comprendre et accompagner les troubles des apprentissages et du comportement grâce à l’intégration neurosensorielle, éditions Eyrolles.

Adapter son environnement

Tous les outils indispensables pour adopter une approche INS à la maison ou en cabinet :rubrique INS sur Hoptoys.fr

  •  
  •  
  •  
  • 2

est assistante marketing chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.