Ressentez-vous parfois une irrépressible envie de mordre dans des crudités, de mâcher un chewing-gum ? Avez-vous déjà mâchouillé le bout de vos stylos ? Rongé vos ongles ? C’est un constat, nous avons tous des habitudes sensorielles plus ou moins importantes au quotidien… Toutefois, les particularités sensorielles orales peuvent être bien plus importantes, notamment dans le cadre de l’autisme ou d’une hypersensorialité buccale. La mastication, en particulier en période de stress ou d’anxiété peut aider l’enfant à se calmer, à se concentrer et à s’autoréguler.

Alors, comment répondre à ces besoins sensoriels ? Que ce soit pour les enfants, les jeunes adultes et mêmes les beaucoup plus grands, voici nos conseils qui s’adaptent à tous les âges !

1. Laissez le mâcher autant qu’il en a besoin

Ce n’est pas qu’ils veulent mâcher, c’est qu’ils en ressentent le besoin. Forcer l’enfant a arrêter en lui assénant de ne pas le faire ne l’aidera pas, il aura toujours ce besoin sensoriel oral et buccal s’il n’est pas exprimé autrement. La mastication est en grande partie un mécanisme d’adaptation, d’autorégulation, un mouvement répétitif qui va permettre à l’enfant de réduire son stress.

Certaines personnes de votre entourage peuvent dire qu’il est mal élevé de mâcher un chewing-gum dans certaines circonstances, de porter un objet à sa bouche pour le mâcher, et tout un tas d’autres réflexions sur le comportement de votre enfant… Ce n’est pas de votre faute à vous en tant que parent, c’est comportemental. Son corps lui dit qu’il a besoin d’apports proprioceptifs, et il écoute et suit à la lettre ce que son corps lui demande.

Pas d’inquiétude, il existe des aides et alternatives pour essayer de réduire la mastication, que nous verrons plus bas. Ainsi, vous l’aiderez à trouver d’abord des mécanismes d’adaptation et des interventions thérapeutiques.

2. Donnez lui les bons outils

Certains enfants vont commencer par se ronger les ongles, à mâcher leurs doigts, leurs manches ou leurs crayons. L’enfant peut bien souvent se faire mal en mordillant des parties de son corps, mais cela peut s’avérer dangereux selon les objets qu’il porte à sa bouche. Certains d’entre eux iront jusqu’à se blesser au niveau des mains, des doigts, des joues, d’autres pourront porter des substances nocives à la bouche. Et si vous optiez pour une alternative sûre ?

collier de mastication

>> À découvrir : les colliers de mastications

Les colliers de mastication ont spécialement été conçus pour cette utilisation, avec des modèles passe-partouts et discrets. Sous forme de bijoux, leur design unique et ludique permet à l’enfant d’avoir un outil de mastication discret dans l’air du temps : brique de jeu de construction, sabre laser, dent de requin, bracelets avec différentes textures et résiliences, mais aussi embout de crayon à mâcher… Il y en a pour tous les goûts ! La plupart des colliers sont assez longs pour atteindre les molaires supérieures, là où la mastication est bien souvent le plus nécessaire, car elle fournit l’entrée la plus proprioceptive de la mâchoire.

Dès que l’enfant portera sa main ou un objet à sa bouche, demandez lui qu’il mâche plutôt l’outil. Soyez cohérent et patient, car il faudra peut-être un certain temps pour redéfinir cette habitude. Pour de meilleurs résultats, n’hésitez pas à impliquer toutes les personnes que côtoie l’enfant, des enseignants jusqu’aux frères et sœurs en passant par les grands-parents !

Les besoins sensoriels oraux peuvent varier considérablement : certains enfants ont un besoin très léger de mastiquer, d’autres beaucoup plus intense, quand d’autres encore auront un besoin modéré.  Certains aiment mâcher des objets très mous et caoutchouteux, d’autres ont des besoins sensoriels oraux plus importants et ont besoin de quelque chose de bien plus dur.

Bien souvent, les colliers, bracelets et embouts de crayon de mastication ne sont qu’une stratégie parmi d’autres à mettre en place. Il est important de déployer toutes les stratégies sensorielles et calmantes qui seront nécessaires à l’enfant, notamment en cas de mastication agressive et destructrice, où lorsque le besoin de mastiquer est si important que cela gêne d’autres aspects de sa vie.

3. Comprendre pourquoi votre enfant mâche

La première chose à faire est de comprendre pourquoi votre enfant a ce besoin de mastiquer : stress, anxiété, ennui, besoin de se concentrer, hyposensibilité orale, autisme, trouble de l’intégration sensorielle, troubles du comportement alimentaire (maladie de Pica) Il y a de multiples raisons qui peuvent amener un enfant à mâcher.

Observez quand et comment ils mâchent en notant sur un cahier les déclencheurs de cette habitude : fatigue, ennui, frustration, etc. Si le stress est un facteur déclencheur, vous allez pouvoir faire attention à ne pas mettre votre enfant dans une situation stressante. Lorsque celles-ci sont inévitables, vous allez pouvoir fournir à votre enfant la bonne stratégie pour l’aider à mieux gérer la situation.

N’hésitez pas non plus à consulter les professionnels de santé adaptés pour identifier et exclure une possible cause médicale. Le pédiatre et le dentiste de l’enfant seront à consulter en premier lieu. Ils pourront vous orienter vers un·e orthophoniste, un·e ergothérapeute, un·e psychologue du comportement, un·e nutritionniste, etc…

Enfant et troubles de l'oralité : Quels outils de mastication pour mâcher ?

4. Faites lui suivre une diète sensorielle

Lorsque le besoin de mastiquer est sensoriel, il est important de consulter un·e ergothérapeute. Il mettra généralement en place ce qu’on appelle un « régime sensoriel » pour aider à réguler le système sensoriel de l’enfant. Le but ? S’assurer que l’enfant reçoit la bonne quantité d’apports proprioceptifs tout au long de la journée, ce qui peut aider à réduire le besoin de mastication.

>> À lire : Mettre en place une diète sensorielle

5. Le massage des gencives

Masser les gencives de l’enfant peut parfois l’aider à réduire le besoin de mastication en apportant une contribution orale différente. Le massage va ainsi permettre d’augmenter la conscience orale des enfants hyposensibles tout en étant apaisant et agréable ou désensibiliser en cas d’hypersensibilité. 

Il y a plusieurs façons de masser les gencives :

 En plaçant votre index juste au-dessus des dents du haut et du milieu, vous allez pouvoir le déplacer à travers les gencives vers les molaires arrière droite et revenez là où vous avez commencé. Vous pouvez répéter cela trois fois, et continuez en répétant le même mouvement pour les gencives inférieures. Déplacez-le à travers les gencives vers les molaires arrière droite et revenez où vous avez commencé. Répétez environ 3 fois. Ensuite, répétez le même mouvement sur les gencives inférieures. .

 Utilisez votre pouce pour répéter le même mouvement de l’autre côté de la bouche. Commencez au-dessus des dents du milieu supérieures et déplacez votre pouce le long des gencives vers la région molaire arrière gauche. Répétez environ 3 fois. Ensuite, répétez le même mouvement sur les gencives inférieures.

 À chaque étape, notez la réponse de l’enfant et ajustez-la en conséquence. Est-ce que l’enfant se détend ou est-ce qu’il est plutôt tendu ? Essayez de diminuer petit à petit le nombre de répétitions, en massant de plus en plus lentement et légèrement au fil du temps. Répétez ces mouvements plusieurs fois tout au long de la journée, aussi souvent que possible : c’est la régularité qui donne l’effet escompté.

Si l’enfant n’autorise pas le massage des gencives à l’intérieur de la bouche, essayez d’abord de commencer par les joues le long de la ligne gingivale.

6. Ajoutez des aliments plus durs à mastiquer

Carottes, pommes, navettes, croquants… Essayez d’ajouter des aliments plus durs dans l’alimentation de votre enfant, que ce soit durant les repas ou pendant les collations. Comme pour le massage des gencives, cela peut apporter une autre stimulation de la mâchoire, les aliments durs offrant plus de résistance. Bien sûr, respectez le rythme de votre enfant, ses besoins et ses acquis en terme de motricité orale afin que l’enfant ne fasse pas de fausse route.

7. Incorporez des activités orales au quotidien

Demandez à l’enfant de jouer avec Tom le siffleur, de souffler dans la paille de la Levita ball pour voir la balle s’envoler, de boire à la paille, et jouer ensemble à des jeux de souffle, , de faire de jolies bulles à l’heure du bain avec la trompette à bulles, ou encore proposez lui une activité artistique avec les Bloppens, les feutres à souffler !

Utilisez des pailles courbées et tordues pour rendre l’aspiration plus difficile. Proposez des liquides épaissis à travers la paille (compote de pommes, laits frappés, yaourt, etc.) pour augmenter la résistance et faire travailler toute la zone buccale.

Lorsque l’enfant a un outil de mastication en bouche, demandez lui de mordre fort durant plusieurs secondes, puis essayer de lui retirer de la bouche tout en lui demandant de le serrer entre ses dents pour le maintenir.

Non seulement ces activités permettent de faire travailler la zone buccale, mais elles permettent également de fournir un retour sensoriel oral.

>> À découvrir :Des jeux de souffle ludiques !

8. Utilisez les vibrations

Et si vous lui preniez une brosse à dents électrique ? Les légères vibrations vont stimuler et désensibiliser la zone orale tout en apaisant l’enfant dans son utilisation au quotidien. En recherche sensorielle, il adorera cette sensation ! Vous pouvez également utiliser Z-Vibe ou un Z-Grabber (outil de stimulation oro-faciale vibrant) tout au long de la journée en tapotant, en caressant et en exerçant une pression légère sur toutes les zones de la bouche (joues, lèvres, gencives, langue). Ces vibrations pourront aider les enfants ayant une hyposensorialité buccale en réveillant toute la zone buccale.

Des vibrations pour les enfants ayant des besoins sensoriels oral (mastication)

Coffret Ark’s z-vibe : Dans ce coffret est proposé un ARK’s Z-Vibe, l’outil professionnel de référence pour la rééducation oro-faciale, et 5 embouts différents. Emettant des vibrations, le Z-Vibe permet un travail précis et performant. Tous les embouts peuvent être stérilisés. Sans Latex. Manche en plastique.

Z-grabber : Cet outil de stimulation oro-faciale combine les bénéfices du z-vibe et ceux du Ark Grabber : il est compatible avec tous les embouts Z-Vibe tout en comportant une boucle à mastiquer. Vibrant, Il permet un travail précis et performant. Peut être utilisé pour faire la transition vers les exercices de mastication et de morsure.

9. Faites des activités de motricité globale !

Bien souvent, lorsque des besoins sensoriels se font sentir au niveau de la bouche, il y en a également ailleurs ! Lorsque le corps reçoit la quantité d’apports proprioceptif approprié, le besoin de mastiquer diminue. Cela peut aller des activités de résistances qui poussent ou tirent contre le corps, comme la natation avec l’eau qui pousse contre le corps, ou encore grimper sur des barres de singes où le poids du corps crée de la résistance.  

10. Votre enfant n’est pas le seul !

Beaucoup d’enfants ont des besoins de mastications qui peuvent soit être passagers, soit durer dans le temps. Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls en tant que parents, que famille. N’hésitez pas à faire un tour sur notre blog pour découvrir tous les billets liés à la mastication et aux troubles buccaux des enfants, ainsi que sur notre page Facebook ! 

Et vous, quels conseils donneriez vous aux parents d’enfants qui sont de grands machouilleurs ? N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires à la fin de cet article et à le aux personnes qui pourraient être intéressées !  

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.