Aurélie est enseignante en CP, à l’école de La Condamine à Beaucaire, dans le Gard, situé en REP+ (Réseau d’Enseignement Prioritaire). Son école accueille durant cette année scolaire onze classes et deux classes ULIS (Unité localisée pour l’inclusion scolaire). Comment prépare-t-elle la rentrée lorsqu’elle sait qu’il y aura un enfant aux besoins spécifiques dans sa classe ? 

En tant que Professeur des écoles, avez-vous connaissance en amont des enfants aux besoins spécifiques que vous allez avoir dans votre classe à la rentrée ?

Nous préparons nos classes dès le mois de juin lors d’un conseil de cycle. Lors de ces conseils nous veillons à la continuité éducative, je suis informée des besoins spécifiques pour chaque élève.

Comment vous préparez-vous à accueillir les enfants porteurs de handicap ? Proposez-vous des modalités d’inclusion ajustées à leurs besoins particuliers ?

Il s’agit là des élèves bénéficiant d’une scolarisation en classe ULIS, dont le handicap ne permet pas la scolarisation dans une classe ordinaire. Nous travaillons en lien avec l’enseignant coordonnateur chargé de la classe ULIS pour organiser le travail des élèves en fonction des indications des projets personnalisés de scolarisation (PPS). L’objectif est de pouvoir développer des compétences sociales et scolaires en lien avec des élèves du même âge. C’est un mode ouvert qui s’adapte aux besoins et à l’ évolution des enfants concernés. Plusieurs adaptations pédagogiques spécifiques peuvent être élaborées : le tutorat, le travail en groupes, en ateliers, l’étayage de l’enseignant (dictée à l’adulte, travail à l’oral), l’utilisation d’un matériel adapté (étiquettes, textes à trous), l’utilisation de l’ordinateur.

La rentrée de l’enfant porteurs d’handicap à l'école

>> A lire aussi : Rentrée des bébés, bien se préparer

Est-ce que ces « adaptations » sont également utiles pour d’autres enfants n’ayant pas de besoins spécifiques dans la classe ?

Toutes ces adaptations sont utiles et bénéfiques pour tous les élèves en fonction des besoins constatés face à une difficulté d’apprentissage. La présence d’un élève en situation de handicap est également l’occasion de développer le tutorat entre enfants, ce qui permet de les responsabiliser et les aider à grandir.

De quelle manière travaillez-vous en coordination avec l’AVS ?

Les élèves porteurs de handicap scolarisés en classe ordinaire peuvent bénéficier d’une AVS individuelle (AVSi). Je travaille en binôme avec l’AVS. Les interventions de L’AVS en classe nécessitent une concertation étroite avec l’enseignant. C’est une aide pour l’enfant et l’enseignant. L’AVS aide l’enfant à entrer dans les apprentissages par la manipulation d’un matériel qui lui est adapté, aide au développement de son autonomie, aide également aux déplacements et à l’installation du matériel scolaire en classe, favorise sa concentration. Dans mon travail, L’AVS m’apporte des informations complémentaires sur les difficultés de l’enfant, sa fatigabilité, sa concentration ou son comportement. Grâce à ces observations, il est plus facile de trouver l’adaptation qui l’aide à entrer dans les apprentissages et lui permettre ainsi de progresser. Par exemple, lorsqu’un enfant ne parvient pas à réaliser un travail donné, je propose le même travail sous forme différente (travail agrandi, en couleur, surligné, réduit) et l’AVS me permet alors de m’informer sur l’adaptation qui convient le mieux à l’enfant.

Rentrée des classes handicap

>> À lire aussi : Pédagogie alternative : témoignage de Tenessy , enseignante

De quelle manière travaillez-vous avec le RASED ?

Nous travaillons également avec le RASED (Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté) qui rassemble des psychologues scolaires et des professeurs des écoles spécialisés, maître E et maître G. Tous les élèves qui ont des difficultés scolaires peuvent en bénéficier à tout moment pendant leur scolarité. C’est un travail complémentaire à celui de l’enseignant. Ils interviennent sur les heures de classes pour aider les élèves en difficulté d’apprentissage (le maître E) ou de comportement (le maître G).

Si vous aviez une baguette magique, que proposeriez-vous pour que les enfants aux besoins spécifiques puissent intégrer plus facilement les écoles ordinaires ?

Si j’avais une baguette magique, j’en laisserais l’utilisation à mes élèves qui ont bien plus d’imagination ! Je pense qu’il n’y a rien de nouveau ou d’utopique à proposer. Cependant il est selon moi indispensable de mieux former les enseignants pour mieux détecter et accompagner nos élèves avec des besoins spécifiques, de créer davantage de classes ULIS et de sauvegarder les RASED.

Les solutions Hop’Toys

Solutions accueil handicap classe

Les Handispensables : Ce jeu permet une sensibilisation ludique à tous les types de handicaps : Facile d’utilisation, agréable avec un look BD mais très instructif 50 cartons de jeux dont des cartes question/réponse, des cartes action et des cartes vivre ensemble. C’est un outil ludique permettant de dédramatiser et de briser les tabous.

Les Hinvisibles : Ce jeu de 50 cartes sensibilise et permet de mieux connaître tous les types de handicaps invisibles : Le processus pédagogique est conçu pour comprendre et enrichir ses connaissances sur 80% des handicaps et développer de nouvelles attitudes plus justes dans la relation.

Sensibilisation à la différence

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Instagram Hop'Toys