Isabelle Babington est ergothérapeute, elle a exercé en France et aux États-Unis où elle s’est formée à l’intégration neuro-sensorielle (INS). Elle a été la première à enseigner cette approche en France. Cofondatrice de la Meex (Maison des enfants extraordinaires) où elle consulte, coordonne des programmes et forme des professionnels, elle est aussi l’auteure de l’ouvrage L’enfant extraordinaireDans le prolongement de ce travail destiné à aider les parents à comprendre les comportements atypiques, voire envahissants, de leurs enfants par le biais de l’INS, nous avons invité Isabelle Babington à donner une conférence lors du salon Autonomic. Au cours de cette intervention, Isabelle a expliqué comment (re)penser les espaces en tenant compte des particularités neuro-sensorielles, comment rendre ces espaces plus accessibles à tous grâce à l’INS… et détaillé sa vision d’une société idéale qui permettrait de mieux gérer l’intégration neuro-sensorielle chez les enfants. Retour sur ses conseils.

Qu’est-ce que l’INS ?

L’intégration neuro-sensorielle peut être définie comme notre capacité à sentir, comprendre, organiser et moduler les informations provenant de notre corps et de son environnement afin d’y apporter une réponse appropriée. Or, cette capacité dépend de l’efficacité avec laquelle notre système nerveux organise les messages que nos sens lui transmettent. Petite présentation très claire dans cette vidéo réalisée par Isabelle Babington à la Meex :

Voici également un schéma qui explique comment l’intégration neuro-sensorielle se déroule habituellement (extrait de l’ouvrage « L’enfant extraordinaire«  d’Isabelle Babington)

Schéma INS

>> À lire aussi : la Meex, une maison vraiment extraordinaire

Extraits de la conférence d’Isabelle Babington : « Repenser les espaces avec l’INS »

À l’école

Dans une école idéale, un enfant hypersensible aurait accès à un casque anti-bruit en sachant qu’il a le droit de l’utiliser dans certaines situations bruyantes, notamment à la cantine (certains enfants ne vont pas à la cantine à cause du bruit). En classe, les écrans de travail, durant certaines tâches, peuvent être très efficaces. Des enseignants peuvent trouver cela bizarre, mais durant une dictée ou un test, un écran qui le protège des distractions qu’il a du mal à ignorer peut aider un enfant à se concentrer. On peut aussi réfléchir à sa place en classe. On peut épurer la feuille en diminuant la quantité d’informations, d’exercices ou d’opérations. Il en va de même pour les instructions orales : énoncer une seule chose à la fois peut aider un enfant distrait.

Les profs d’EPS doivent être sensibilisés au fait que certains enfants ont des handicaps invisiblesSi l’enfant ne présente pas de handicap moteur visible, on pourrait penser qu’il peut monter à l’échelle ou sauter dans la piscine… sauf que chez certains, l’interprétation de la situation par leur système nerveux ne leur apporte pas les bonnes informations sur la relation entre leur corps et cet espace inhabituel ou effrayant. Si l’enfant semble figé par la peur, il est préférable de l’accompagner, sans le forcer ni le culpabiliser.

Dans une école idéale, il y aurait des lieux pour des pauses en soloLes enfants en surcharge sensorielle auraient la possibilité de faire une pause dans un petit coin calme et éloigné des autres (dans une petite tente, sous un bureau, un placard, etc.). Dans une école idéale, il y aurait une petite salle de cantine séparée pour 4 ou 5 enfants hypersensibles au bruit (cela existe de temps en temps aux États-Unis). Et bien sûr, les enseignants seraient formés pour comprendre comment les troubles de l’intégration sensorielle impactent les comportements et les apprentissages.

Il faudrait pouvoir organiser des pauses motrices, des pauses actives, pour que les enfants bougent. Les enfants sont trop longtemps assis, trop souvent, et ce n’est pas toujours la meilleure position pour apprendre. Beaucoup d’enfants ont besoin de bouger pour intégrer une leçon : de manipuler, de déplacer, de se déplacer. On pourrait aussi mettre à disposition quelques coussins d’airqui permettent de se procurer des sensations (non dérangeantes pour les autres)  De nombreuses expériences se font à l’étranger (Canada, Allemagne, Suisse, Australie…) pour inciter les enfants à bouger, leur proposer des options de positions, des bureaux debout, des petits vélos statiques…

À gauche, le coussin Dynair / À droite, l’écran de concentration Study Budy

Dans une école idéale, il y aurait un coin de lecture au sol, à utiliser quand on a fini son travail avant les autres. Dans la cour de récréation, il y aurait des toboggans, des balançoires et des bacs à sable. On verrait le retour des cordes à sauter, des marelles, des élastiques, des structures pour grimper. Grimper, sauter , tripoter des textures, se balancer, nourrit le cerveaux des enfants pour les apprentissages ultérieurs et participe à la modulation neuro-sensorielleMâcher – du chewing-gum par exemple – même si cela surprend les adultes encadrants, est une source de sensations régulatrices qui peut permettre à certains de mieux se concentrer. Aller en classe à pied ou à vélo, passer moins de temps devant les écrans aussi… Dans l’école idéale, il y aurait une cantine bio, sans sucre ajouté, sans alimentation industrielle.

La maison idéale

À la maison, on prendra soin de respecter les hypersensibilités. La lumière naturelle est moins agressive. Les bruits, les bruits de fond (TV, radio, conversation, aspirateur, frigidaire…) peuvent sur-stimuler certains hypersensibles auditifs. On peut proposer  un casque anti-bruit si nécessaire. Pour un anniversaire, on peut inviter moins d’enfants et organiser des jeux à l’extérieur, plutôt que de subir la surcharge sonore et la désorganisation qui va avec. Une décoration pas trop chargée et un bon aménagement des affaires participent à la bonne organisation cérébrale.  S’il y a des jouets partout, c’est très désorganisant pour un enfant : on lui apprend donc à ranger avant de passer à l’activité suivante.  Si l’enfant hypersensible au toucher  n’aime pas faire la bise, on peut essayer de trouver une autre façon de dire “bonjour”. On peut aménager un petit espace calmant pour les pauses en solo. Si ce point est à l’origine de tensions on veillera à écouter son enfant pour le choix des vêtements : certains enfants supportent très mal les étiquettes, la matière d’un tissu ; certains sont très sensibles aux odeurs.

Parcours sensori-moteur de la meex

Un parcours sensoriel et moteur à la Meex

Lorsque les enfants  recherchent des sensations, veillez à prévoir des espaces pour bouger, des propositions variées pour s’installer, et pourquoi pas un disque d’air pour s’asseoir pendant le temps du repas ? On peur lire couché sur le ventre, et pourquoi pas faire ses devoirs dans cette même position ? L’enfant a déjà passé sa journée sur une chaise, c’est le dernier endroit où il a envie d’être le soir. Avoir accès à des espaces de grimpe, des balançoires, des jeux manipulatoires, pouvoir croquer dans une pomme, un cornichon, une carotte, mâcher du chewing-gum, sont des stratégies de modulation qui fonctionnent avec certains enfants. Mais attention, pas forcément, et pas avec tous ! Ce ne sont surtout pas des recettes miracles, mais plutôt des enquêtes individualisées de stratégies qui peuvent faciliter une situation.

La question des écrans

On ne peut pas/plus supprimer les écrans de nos vies, mais il faut se souvenir qu’à chaque fois qu’un enfant passe du temps devant, il ne se fournit pas en informations sensori-motrices organisatrices de son cerveau.  Il sur-stimule son système visuel au détriment des autres sens. Il « sous-nourrit » ses muscles, ses articulations, ses oreilles internes, ses récepteurs tactiles et les connections indispensables entre eux. Or ce sont ces connections qui doivent lui assurer un flot continu de sensations pour organiser ses apprentissages ET son comportement.
Public à la conférence

Ergothérapeutes, psychomotricien.ne.s, parents, étudiants étaient venus en nombre assister à la conférence d’Isabelle Babington proposée par Hop’Toys lors du salon Autonomic.

>> À lire aussi : Autonomic comme si vous y étiez

La ville idéale

Dans la ville idéale, la société reconnaît ce qui peut créer un état de stress élevé chez les personnes hypersensibles. Les lumières, les bruits, la densité humaine, la proximité des autres, les espaces publics, les bannières publicitaires, les salles d’attente, les restaurants, les salles de cinéma, les concerts, la piscine, les supermarchés peuvent présenter de véritables défis, des sources d’anxiété, des lieux à éviter à tout prix.  Dans une ville idéale, on aurait des lieux pour se calmer en solo, des représentations ou horaires spéciaux pour hypersensibles, un respect de l’espace vital de chacun.
Il y aurait des espaces pour bouger, des espaces de jeux,  le retour des tourniquets, des cages pour grimper, des bacs à sable réservés aux êtres humains. Il en faudrait ailleurs que dans les parcs également : dans les gares, les aéroports,  les aires d’autoroutes… On aurait  des musées et des expositions où l’on peut toucher, des trottoirs où l’on peut faire du patin à roulettes, de la trottinette, des pistes cyclables à proximité des écoles, des piscines, des patinoires…

Bouger pour apprendre

>> À lire aussi : L’intégration sensorielle selon Anna Jean Ayres

En conclusion

Rêvons à des espaces possibles, et apprenons à décoder les signaux des enfants. Les aménagements cités ici ne constituent pas une thérapie d’intégration sensorielle, et encore moins des recettes valables pour tous. Elles sont des idées pour améliorer la vie ensemble en permettant aux enfants en difficulté de s’adapter plus aisément. Tout le monde y gagne : les enfants sont moins désorganisés dans leurs réponses, les adultes plus sereins. Si vous suspectez que votre enfant a des différences neuro-sensorielles, ou si vous souhaitez en savoir plus sur sa façon de réagir à certaines situations, contactez un ergothérapeute spécialisé en INS.

Intégration sensorielle

Rédacteur chez Hop'Toys, j'aime interviewer des professionnels pour écrire des articles. Amoureux de la langue française, je suis aussi jongleur de diabolo et auteur de chansons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.