Nous vous parlons régulièrement des fidgets dans nos articles. Ces petits objets ingénieux permettent de canaliser notre énergie et les émotions pour un retour au calme. La terminologie fidget rassemble une large palette d’objets à adapter selon le besoin. Leur utilisation, surtout connue à la maison, s’invite désormais dans le service public. Depuis quelques années, on assiste, en effet, à une prise de conscience du corps enseignant, qui tente de trouver de nouvelles méthodes pédagogiques pour améliorer l’apprentissage. Nous avons interrogé Mélanie, enseignante en école élémentaire, qui a décidé de mettre en place une classe flexible et utilise les fidgets.

Comment vous est venue l’idée de proposer des fidgets en classe ?

Ayant pris la décision, dès l’été dernier, de transformer ma classe en classe flexible au cours de cette année scolaire, je me suis documentée sur le sujet afin d’en comprendre les enjeux et les intérêts. Dans le premier livre que j’ai lu sur ce sujet « Mettre en place la classe flexible » de l’enseignante Cenicienta, il y a un chapitre sur les fidgets et c’est comme cela que j’ai découvert leur intérêt et sur votre site Internet Hop’Toys . En effet, je connaissais déjà les handspinner et les pop-it en tant que jouets mais je n’avais pas conscience de leur intérêt pédagogique. À noter que l’utilisation des fidgets n’est pas propre à la classe flexible, il est entièrement possible d’en proposer, quelle que soit la pédagogie mise en place par l’enseignant.

>> À lire : « Fidget : que dit la science ? »

Pourquoi avoir choisi d’intégrer les fidgets dans votre classe ?

Ces petits objets sont conseillés pour les enfants ayant des TDA ou hyperactifs notamment. Sachant que j’en avais en classe, il m’a paru important de pouvoir leur en mettre à disposition, mais d’ouvrir leur utilisation à toute la classe, cela ne peut qu’être bénéfique et surtout ne pas faire de différence entre les enfants. 

J’ai donc regardé ce qui existait comme fidgets, puis est venu le moment de prendre des décisions pour passer commande… Il a donc fallu faire des choix. 

Comment avez-vous fait votre choix ?

En fonction des profils

En effet, les élèves de chaque classe ont des profils distincts. Je voulais donc leur proposer des objets différents afin que chacun puisse trouver ce qui l’aide au mieux pour se sentir bien. Car l’objectif de leur utilisation est avant tout de permettre aux enfants de se détendre, de se déstresser, de se reconcentrer, de canaliser une émotion qui déborderait afin de pouvoir ensuite réintégrer sereinement les apprentissages. En effet, il est très important de prendre en compte qu’il ne faut pas retenir une émotion mais la laisser s’échapper pour l’exprimer, l’apprivoiser et retrouver ensuite un équilibre.

Et nous n’avons pas tous besoin de la même chose pour cela. Il en va de même pour la concentration : certains ont besoin d’être statique, de ne pas bouger et d’autres de manipuler quelque chose et il faut les laisser faire afin d’obtenir le meilleur de l’enfant. On remarque cela notamment lors des récitations de poésies, où chaque enfant a une posture différente.

En fonction de leurs caractéristiques

J’ai donc choisi différentes sortes de fidgets. Certains sont justes à regarder, d’autres à manipuler plus ou moins énergiquement, d’autres encore supportent d’être tordus… Ils sont de couleurs et de textures différentes, ce qui est important aussi car chaque enfant à une sensibilité propre à lui et va être plus réactif à certaines textures ou stimuli visuels qu’à d’autres. Chacun de ces objets a une utilisation différente pour que chaque enfant y trouve son besoin.

En les choisissant, j’ai vérifié qu’ils étaient silencieux, ce qui est plus approprié pour une utilisation en classe mais souvent le cas pour la majorité des fidgets, le but étant de pouvoir les utiliser sans distraire ses voisins. Ils sont assez petits pour ne pas empiéter sur l’espace de travail des enfants.

>> À lire : « Comment choisir son fidget en fonction du comportement »

Comment les élèves peuvent-ils y accéder ?

Les fidgets sont disposés dans le haut d’une desserte contenant du matériel pour les élèves : on y trouve par exemple des sabliers avec du liquide de couleur à regarder, des ventouses Snapper, des pop-it, un handspinner, des balles puzzle, des Tangle, des balles anti-stress, des Stretchy, des Boinks, un cube magique multi-faces, des bonhommes à manipuler dans tous les sens, un cube infini… et d’autres objets comme des pinces de musculation ou un bâton d’équilibre à faire rouler.

Un bac contenant des fidgets

Qu’avez-vous mis en place pour intégrer les fidgets en classe ?

Une présentation en plusieurs étapes

Pour introduire les fidgets en classe, expliquer leur intérêt, leur maniement et les temps où les enfants pouvaient les utiliser, je les ai pris en petits groupes durant des ateliers autonomes. Ils ont ainsi pu librement, sans aucune indication au départ, les toucher, les tester, essayer de comprendre leur fonctionnement, se les échanger, réagir sur le sujet et leurs impressions… Puis, pour chaque type de fidget, ils m’ont partagé la manière dont ils pensaient qu’ils s’utilisaient. J’ai complété ou corrigé si besoin, même s’il n’y a pas une utilisation type pour chacun d’eux.

Des consignes d’utilisation

Nous avons ensuite défini quelques consignes d’utilisation, qui paraissent évidentes, mais pas pour tous les enfants, comme ne pas faire de nœuds dans les tubes Stretchy, ne pas lancer le fidget dans la classe, ne pas prendre un fidget sur la table d’un de ses camarades, faire attention au sablier qu’il ne faut pas faire tomber… J’ai choisi de faire cette étape en petits groupes afin d’être sure de faire participer tous les élèves et qu’ils aient tous entendu et cela a bien fonctionné.

Des temps pour utiliser les fidgets

Puis, je leur ai expliqué à quel moment ils pouvaient les utiliser. En effet, comme c’était tout nouveau pour eux, je m’attendais, et c’est tout à fait normal, à un effet d’euphorie dès le matin pour en choisir un. La première consigne a été d’attendre d’avoir fini ses rituels du matin pour pouvoir aller prendre un fidget, ce qui permet d’échelonner les déplacements et de garder l’ambiance sereine dans la classe. Au début, cela a été un peu chaotique, dû à la nouveauté, car ils en voulaient tous et en prenaient un. Puis, au bout de 3 minutes, ils voulaient en tester un autre… Il a donc fallu réguler et j’ai pris la décision de leur laisser en prendre uniquement lorsqu’ils sont en autonomie, mais je suis rapidement revenue sur cette décision.

En effet, le groupe qui travaille avec moi est sur la découverte d’une nouvelle notion, donc beaucoup dans l’écoute, et, en laissant les enfants utiliser les fidgets sur ces temps, pour tester la différence, j’ai remarqué que c’était nécessaire pour certains enfants et que cela leur permettait d’être mieux concentrés et donc de mieux apprendre.

Fidget sablier en classe

Une implication des utilisateurs

Lors d’un conseil coopératif, ils ont évoqué cela et ont décidé qu’ils pourraient, à l’avenir, changer de fidget au moment des récréations et en revenant de la pause du midi. Nous avons testé et cela a très bien fonctionné, donc nous avons gardé cette organisation. Il n’y a que durant les temps d’expérience que l’utilisation des fidgets n’est pas autorisé pour des raisons pratiques, vu que les enfants manipulent des matières, des produits… qui pourraient les salir ou les endommager. Si un enfant s’agite ou ressent un trop plein d’émotions, il a le droit, sur simple demande, de prendre un fidget et de s’isoler avec le temps de décharge de l’émotion et il rejoindra le groupe de travail ensuite.

Quels ont été les résultats de votre première expérience ?

Désormais, certains enfants n’en prennent plus ou rarement car ils n’en ressentent pas le besoin, contrairement à d’autres qui en ont quasiment systématiquement un près d’eux. Parfois, l’avoir sur la table sans le toucher suffit à les rassurer. L’utilisation des fidgets dans ma classe est, aujourd’hui, devenue routinière et fait partie intégrante de notre fonctionnement. Les bienfaits sont multiples : ils vont de la canalisation d’une émotion, d’une agitation à la concentration de n’importe quel élève sur une tâche plus ou moins difficile, qu’elle soit orale ou écrite. Ils contribuent à apaiser le climat de la classe et à rendre les apprentissages sereins.

Le fidget en forme de bonhomme rose

>> À lire : « Les fidgets pour l’aider à se concentrer »

Les témoignages des élèves

 Par exemple quand il y a une évaluation et que ça me stresse, j’utilise les fidgets et ça me déstresse. Mon fidget préféré, c’est le boudin qui s’étire (Stretchy)

H- 10 ans

 Quand je suis en colère ou triste, je regarde le sablier, ça m’apaise.

O- 9 ans

Les fidgets, c’est bien parce que ça nous détend et nous déstresse

S- 9 ans

Nous remercions Mélanie et ses élèves pour ces témoignages riches en enseignements. Et si, comme eux, vous souhaitez nous parler de votre expérience avec les fidgets, n’hésitez pas nous l’écrire dans les commentaires !


Avatar de Mélanie

 

Mélanie, aussi connue sous le nom de fleximeltresse sur les réseaux sociaux, est enseignante. Elle a suivi des études d’histoire et travaillé dans le domaine de la littérature jeunesse avant de passer le concours de professeur des écoles. Maman de deux filles, elle enseigne depuis 8 ans dans l’Oise. Après quelques années en maternelle, elle enseigne depuis la rentrée 2021, en élémentaire en CE2/CM1 où elle s’est tournée vers la mise en place d’une classe flexible et coopérative tout en travaillant sur les compétences psychosociales. Tout cela dans le but de créer un climat de bien-être pour ses élèves.

Retrouvez Mélanie : sur Instagram : @fleximeltresse, sur Facebook : Fleximeltresse et sur son blog : fleximeltresse.eklablog.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.