Pour les personnes ayant la maladie d’Alzheimer, le moment du repas est parfois difficile. En effet, il arrive que la personne refuse de se nourrir ou n’arrive pas à utiliser ses couverts. Voici quelques conseils pour faciliter le repas.

L’environnement du repas

Limiter les distractions

Concernant l’environnement, il est important de veiller à servir le repas dans une atmosphère calme, en évitant les distractions visuelles ou sonores.

Une table simple et fonctionnelle

Il vaut mieux éviter de surcharger la table. Pas de décoration pouvant entraîner des confusions, de la perte de compréhension pour la personne malade d’Alzheimer. Préférez des assiettes sans motifs et de couleur claire.

Faciliter l’utilisation des couverts et assiettes

Préférez des sets de table qui ne glissent pas : ils vous permettront de stabiliser les assiettes. Lorsque la préhension est difficile, orientez-vous vers des couverts avec des manches adaptés ou des tasses avec une double anse.

Le set de table antiglisse et la tasse à double anses

La nourriture

Vérifier la température des aliments

Une personne ayant la maladie d’Alzheimer peut avoir des troubles de la sensibilité et ne pas pouvoir déterminer par ses propres moyens si la nourriture est trop chaude, au risque de se brûler.

Prévoir un temps de repas plus long

Veillez à ce que la personne prenne le temps de bien mâcher avant d’avaler sa nourriture, afin d’éviter fausses routes et problèmes digestifs.

Adapter ses attentes

Acceptez les salissures et la prise de repas avec les doigts, comme les concepts « les Alimains », originaire des Etats Unis et inspiré des Finger Food, ou « Manger main ». Cette façon de s’alimenter à de nombreuses vertus. Elle simplifie la prise des repas et offre également plus d’autonomie. De plus, à un certain stade de la maladie, il est possible que la personne ne sache plus se servir de ses couverts.

Enfin, mangez avec elle ! Le repas est un moment de partage, qui doit être perçu comme agréable par la personne. Ce facteur social est aussi important pour maintenir l’appétence.

>> Lire aussi : « 10 activités pour les personnes avec des troubles neurocognitifs »

Avez-vous d’autres conseils ? Souhaitez-vous partager votre expérience ? N’hésitez pas à nous laisser un commentaire pour en parler !

Céline est chargée de webmarketing et communication chez Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.