Apprendre à manger seul est une étape fondamentale dans le développement de l’autonomie des enfants. D’ailleurs, on entend souvent nos enfants dire « Non, c’est moi tout seul qui mange ! » Mais cet apprentissage commence très tôt. Vers 6 mois, bébé commence à saisir des petits morceaux de nourriture avec ses doigts et les amène vers sa bouche. Découvrez quelques conseils pour vous aider dans cet apprentissage.

Apprendre à manger seul : les étapes

  • Entre 6 mois et 10 mois, bébé va chercher à saisir avec ses doigts des morceaux de nourriture qui lui donnent envie. Par exemple : du fromage, des fruits… Laissez-le faire en étant à côté. C’est la première étape pour apprendre à manger seul, mais aussi pour découvrir la nourriture. Pour le motiver, coupez-lui des petits morceaux qu’il peut tenir et mettre à sa bouche sans danger. C’est également à cette période que vous pouvez mettre en place la Diversification Menée par l’Enfant (DME).
  • Vers ses 10 mois, l’enfant commence à s’intéresser à la cuillère. Il la tient maladroitement pour se nourrir, mais laissez-lui l’occasion de l’utiliser afin qu’il s’approprie l’objet et le mouvement de l’assiette vers la bouche. Vous pouvez, à côté, utiliser une deuxième cuillère avec laquelle vous lui donnez à manger entre ses différents essais. Cependant, au bout d’un certain temps, ce geste, complexe au départ, va être plus facile pour lui. Avec l’amélioration de la coordination oculomotrice, l’enfant sera, vers 2 ans, capable de se nourrir seul assez proprement.
  • Vers 3 ans, l’enfant est généralement prêt à utiliser la fourchette. Il l’utilise pour piquer les aliments et les manger mais aussi écraser certains aliments mous. À partir de 4 ans, il mange son repas seul et proprement, toujours à l’aide d’une fourchette. Cependant, il ne coupe pas encore lui-même sa nourriture. Bien qu’à partir de 4 ans il demande d’avoir généralement un couteau, il ne s’en sert que pour couper de la nourriture molle. Ce n’est qu’à partir de 6 ans qu’il saura totalement utiliser le couteau et couper les aliments plus durs comme de la viande.

Cependant, cela n’est pas vrai pour tous les enfants, et cet apprentissage peut parfois être plus long ou plus court. Mais pas d’inquiétude, chacun son rythme !

>> À lire : « DME : Diversification Menée par l’Enfant »

Comment l’aider dans cet apprentissage ?

Pour l’accompagner dans ce difficile apprentissage vous pouvez utiliser des jeux ! Pour travailler la motricité fine ou la coordination oculomotrice par exemple !

Des outils pour apprendre à manger seul

Kit d’outils motricité fine : Une façon ludique d’entraîner des gestes précis en motricité fine tout en s’amusant : préhension en pince, agilité et force des doigts, coordination pour l’utilisation de ciseaux, coordination œil-main…

SpinAgain : Le SpinAgain est une tour d’empilage avec des engrenages multicolores tournoyant autour de leur base, rapidement et en douceur. Le SpinAgain développe la motricité fine, la sensorialité, et les compétences de séquençage tout en se délectant dans le mouvement tourbillonnaire des disques colorés.

Plateau d’activité Montessori pince : Transvasez les pompons d’un récipient à l’autre avec la pince en métal fournie. Ce plateau d’activité propose d’entrainer des compétences de motricité fine : coordination œil-main, précision et contrôle du geste fin…

Des conseils pour les enfants dyspraxiques

Si votre enfant est dyspraxique, il faut prendre en compte une donnée importante : il mange lentement. Il n’est donc pas nécessaire de lui dire de manger plus vite, car il n’y arrivera pas et cela le stressera. Il ne faut pas oublier que le repas doit rester un moment convivial pour toute la famille. Voici quelques conseils à suivre :

  •  Il n’arrive pas à couper sa viande ? Il faut lui couper afin qu’il ne se sente pas frustré.
  • Les enfants dyspraxiques ont une efficience au niveau de la coordination oculomotrice, ils ont donc du mal à manier les couverts. Pensez à utiliser des couverts ergonomiques mais aussi des bavoirs, pour ne pas mettre de la nourriture partout.
  • Installez un verre stable, comme par exemple la tasse handycup qui, grâce à sa base élargie, permet une grande stabilité.
  • N’hésitez pas à utiliser des petites ou des grandes cuillères, selon la préférence de votre enfant.
  • Choisissez de la vaisselle incassable.

Découvrez tous nos outils pour l’aide au repas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.