Marie Ruffier-Bourdet est ergothérapeute spécialisée dans les troubles de l’oralité. Elle nous présente ici des idées de boîtes mystère tactiles. Qu’est-ce qu’une boîte mystère ? C’est un contenant dans lequel on va disposer des jouets et éléments de différents textures  afin de solliciter un sens précis de l’enfant. Dans le cadre de troubles de l’oralité, une boîte mystère tactile permettra à l’enfant de se familiariser avec des sensations alimentaires similaires à celles offertes par les objets ainsi manipulés. L’objectif de ces outils est d’accompagner les enfants présentant des troubles de l’alimentation ou de l’intégration sensorielle ou encore des difficultés pour discriminer les informations et moduler leurs réponses afin d’interagir dans le quotidien.

La boîte mystère et l’alimentation

Il est important de permettre aux tout-petits d’investir le toucher qui est souvent un sens délaissé quand on a une hypersensibilité sensorielle. On partira toujours du tolérable vers le moins tolérable, et on veillera à ne jamais déclencher le seuil de réactivité sensorielle afin que l’enfant ne mette pas en place des stratégies d’évitement pour se soustraire au jeu.

La boîte mystère va permettre de solliciter les trois composantes qui agissent sur le traitement sensoriel :

  • apprendre à discriminer une forme, une texture, une température en inhibant le canal visuel qui était jusqu’alors omniprésent et limitant dans le repas.
  • la modulation sensorielle : on va chercher à ce que l’enfant apprenne à se focaliser sur certains sens, sans que cela le désorganise et en parvenant à rentrer dans une activité signifiante. Par exemple : « Retrouve avec tes doigts tous les éléments qui te semblent plus froids. ».
  • les troubles moteurs d’origine sensorielle : quand l’enfant perçoit mal, la préhension peut être impactée. Il ne tient pas assez fort, trop fort ou encore du bout des doigts. En fonction du poids, de la forme, de la taille, l’enfant va apprendre à réajuster son geste pour faciliter la préhension et la manipulation.

Enfant dans un bain

>> À lire aussi : décryptage : les troubles de l’oralité

Quel est le parallèle avec les troubles de l’alimentation ?

Le toucher est l’un des premiers sens qui va permettre à bébé d’explorer le monde. Dès la naissance, il est couplé automatiquement à la mise en bouche. On va donc permettre à l’enfant de réinvestir ce sens et ensuite l’amener à faire un lien avec son alimentation : « Les cailloux, c’est dur et sec comme une noix, on ne peut pas les écraser entre les doigts. ». « La peinture, c’est mouillé et collant comme de la compote, cela va être mouillé et froid dans ma bouche, mais je ne vais pas avoir besoin de la croquer. ». Les parallèles vont permettre d’améliorer la représentation mentale sensorielle des aliments et donc permettre de prévenir l’enfant sur ce qui va se passer dans sa bouche. La mise en bouche sera facilitée du fait que l’enfant soit préparé à ce qui va se passer et ait appris à ne pas sur-réagir.

Bébé avec outil de mastication

>> À lire aussi  Troubles de l’oralité : 15 activités motrices orales

De quoi avez-vous besoin ?

Pour tous les exercices proposés, vous aurez besoin d’une boîte mystère (à créer ou à trouver ici) pour encourager l’enfant à aller explorer à l’intérieur et à prendre plaisir à interagir avec ce nouvel objet. Vous aurez aussi besoin d’aliments familiers et susceptibles d’être consommés par l’enfant et qui vont avoir les mêmes caractéristiques sensorielles que les produits mentionnés ci-dessous.

Solliciter la proprioception

Pour solliciter la proprioception (qui va être bien utile pour la mastication et la gestion des morceaux) on peut proposer au départ des jeux avec les coussins multisensoriels proprioceptifs ou le mémo des poids. Il est important ensuite de faire le parallèle avec les aliments (durs, croquants, lourds, creux, pleins…).

coussins sensoriels et mémo des poids

Coussins multisensoriels proprioceptifs : 8 coussins en coton de différents poids, couleurs et textures pour développer les sens. Chaque coussin offre une expérience tactile et sonore distincte grâce au contenu divers des sacs : sable, gravier plus ou moins fin, etc.

Mémo des poids : ces 12 cylindres poids sont un défi sensoriel inattendu ! En les comparant afin de faire ressortir les paires, l’enfant va pouvoir développer ses capacités à percevoir et à différencier les poids. Des formes sous les cylindres permettent également l’auto-correction.

>> À lire aussi : Troubles de l’oralité : stimuler la bouche par le jeu

Développer le sens tactile

Pour que les doigts de l’enfant apprennent à percevoir toutes les textures et que l’enfant puisse identifier l’impact dans sa bouche, on va commencer à développer le sens du toucher avec la mousse sensorielle, les tablettes thermiques Montessori, le gel multisensoriel, le sable extensible, les pierres naturelles maxi format, les cercles bambou et les 20 feuilles translucides. Encore une fois, l’objectif de cette boîte à mystère est de pouvoir faire le parallèle entre ce que les doigts perçoivent et ce que la bouche va devoir tolérer et interpréter. Le sable, c’est granuleux comme la semoule ; le gel multisensoriel, c’est froid comme le yaourt, et le bambou, c’est râpeux comme les gâteaux.

mousse sensorielle et plaque thermique

Gel multisensoriel : on n’a jamais vu un gel semblable à celui-ci. À tester ! Sensations garanties ! Une expérience multisensorielle unique et extrêmement amusante ! Ce gel ne laissera personne indifférent ! Ce gel aux merveilleux effets multisensoriels donne l’impression de « faire éclater des bonbons » sur sa peau. Sa mousse « magique » que vous pouvez ressentir sur votre peau, entendre et voir créera de fabuleux moments de contact et d’enthousiasme.

Tablettes thermiques Montessori : cette boîte à compartiments contient 5 paires de tablettes chacune différenciée par sa température et par sa matière : le bois, le liège, le feutre, le marbre, le fer et le verre. Les surfaces de températures distinctes feront expérimenter des sensations différentes.

Les difficultés sensorielles ont un énorme impact sur l’alimentation. Il est facile d’identifier les bébés qui vont être plus vigilants dans leur façon d’explorer leur environnement. On leur proposera des activités qui solliciteront les connexions cérébrales habituellement peu utilisés. La plasticité cérébrale est une grande chance qui va permettre aux bébés et aux jeunes enfants de réinvestir tous les sens afin de pouvoir faire des activités plaisir et fonctionnelles dans le quotidien.

Découvrez toutes nos aides au repas


Marie Ruffier Bourdet, ergothérapeute diplômée en 2005 de l’école de Créteil propose des formations sur l’alimentation du bébé et les troubles de l’alimentation en pédiatrie. Elle a été très vite plongée dans l’univers de la pédiatrie, dès le début de son activité. Marie accompagnait en effet des enfants polyhandicapés au sein d’un Sessad. Elle a été confrontée à la problématique des difficultés alimentaires. Elle a donc dû rapidement se questionner et chercher des réponses et des formations.

Vous pouvez la retrouver sur son site www.ergomums.com, où elle propose des articles, accompagnements pour les parents, mais aussi des webinaires pour les professionnels de la petite enfance et de la santé. Elle propose sur les réseaux sociaux une vulgarisation des formations autour du développement sensori-moteur du bébé et de l’alimentation entre 0 et 2 ans.

Retrouvez-la sur Instagram : @ergomums.

Une courte vidéo de son travail a été réalisée par La Maison des maternelles.

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.