Qu’est-ce que l’autodétermination ? Est-ce possible pour tout le monde ? Comment devient-on autodéterminé ? Dans cet article rédigé en français facilité, nous vous présentons l’autodétermination en 10 questions. 

1. Qu’est-ce que l’autodétermination ?

Auto, ici, veut dire « moi ». Et détermination, en latin, ça veut dire « c’est moi qui décide ».
L’autodétermination, c’est le droit de faire des choix pour sa vie, en fonction de ses capacités.
C’est le droit de décider pour soi.

Il faut écouter la personne, quelles que soient ses capacités.

L’autodétermination, c’est construire sa vie en fonction de ses besoins, ses valeurs, ses envies.

L’autodétermination est un concept universel. Cela veut dire que l’autodétermination s’applique à tous !
L’autodétermination peut s’appliquer à de grands projets, comme vivre en appartement, trouver du travail.
Cela concerne aussi les petits moments du quotidien comme manger seul, faire ses lacets.

2. Quels sont les 4 éléments de l’autodétermination ?

Être autonome

Ce n’est pas seulement faire seul !
C’est aussi savoir les choses qu’on peut faire seul.
Être autonome, c’est aussi demander de l’aide pour faire certaines activités.
Quand on ne peut pas faire seul, on peut demander de l’aide à ses parents, sa famille, les professionnels.

Se connaître

C’est savoir qui on est !
Se connaitre, c’est savoir ce que l’on aime, ce que l’on n’aime pas.
C’est connaitre ses forces et ses faiblesses.

L’identité est une globalité.
Le handicap ou le besoin spécifique fait partie de cette identité.
Mais une personne a aussi des passions, des envies, etc. qui font partie de son identité.

S’organiser

S’organiser, c’est anticiper et ça s’apprend !

Il faut savoir comment agir pour faire face à une situation.
On peut apprendre à résoudre un problème.
On peut apprendre à faire une tâche ou plusieurs tâches pour atteindre son but…

Être capable

Être capable, c’est savoir identifier ses forces.
C’est réussir, mais aussi échouer.
Se tromper, ce n’est pas grave.
Être capable, c’est important pour avoir confiance en soi.

les 4 composantes de l'autodétermination

Les 4 composantes de l’autodétermination

>> À télécharger : Affiche « Qu’est-ce que l’autodétermination ? »

3. L’autodétermination : est-ce possible pour tout le monde ?

Oui. Tout le monde peut faire des choix. Donc tout le monde peut être autodéterminé.
Choisir, ça ne veut pas dire faire ce que l’on veut.

Être autodéterminé, ça veut dire choisir ce que l’on veut faire dans la limite d’un cadre défini par la loi ou l’éducation.
Les choix sont différents en fonction de son âge et de ses capacités.
L’autodétermination s’applique à tous et à tout moment de la vie !

4. En quoi l’autodétermination est-elle importante ?

L’autodétermination est importante.
L’autodétermination favorise l’inclusion des personnes en situation de handicap dans notre société.

L’inclusion, c’est quand on vit comme les autres.
Chaque choix compte.
Que l’on soit porteur de handicap ou non, on peut choisir où on veut travailler, où on veut vivre et franchir toutes les étapes pour arriver à son objectif.

Cela signifie aussi qu’on a le droit de se tromper. On peut recommencer pour atteindre son objectif.

5. Comment devient-on autodéterminé ?

Il faut un accompagnement adapté pour être autodéterminé.
Lorsqu’on parle d’accompagnement adapté, on parle d’être accompagné par des parents, de la famille ou des professionnels.
Il faut une réelle communication entre chaque accompagnant.
Tout le monde doit travailler ensemble.

Pour être autodéterminé, il faut également développer des compétences comme la mémoire de travail, la planification et la flexibilité mentale.

  • La mémoire de travail permet de retenir des informations dont nous avons besoin pour parler, lire, planifier, réfléchir, calculer…
  • La planification est utile par exemple pour organiser sa journée ou mettre en place une stratégie pour atteindre un but.
  • La flexibilité mentale permet de s’adapter aux changements.
Infographie des fonctions exécutives : planification, inhibition, flexibilité mentale, mémoire et attention.

Affiche sur les compétences exécutives : planification, inhibition, flexibilité mentale, mémoire et attention.

>> À lire aussi : « Neurosciences et fonctions exécutives ».

6. Concrètement, comment fait-on ?

Pour accompagner les personnes à être autodéterminées, il faut les inviter à communiquer et dire leurs envies.
On peut aussi les aider à comprendre l’environnement. L’environnement, c’est ce qu’il y a autour de nous. C’est nous tous !

Pour accompagner les personnes à être autodéterminées, il faut également :

  • les accompagner à comprendre les informations. On peut utiliser des pictogrammes, des imagiers, des gestes…
  • les inciter à prendre des risques, à surmonter des échecs et continuer d’essayer.
  • les aider à apprendre à respecter les lois et les règles de la société.

7. Et au quotidien ? Comment fait-on ?

Au quotidien, on va fixer des objectifs comme : s’habiller, prendre sa douche, ranger sa chambre.
On va ensuite noter les différentes étapes pour atteindre ces objectifs.

Par exemple, pour ranger la chambre, il faut : nettoyer le bureau, refaire le lit, ranger l’armoire, passer l’aspirateur.

Pour communiquer, on peut utiliser des aides visuelles (pictogrammes) pour une compréhension facilitée.

8. L’environnement doit-il s’adapter ?

Oui. L’environnement doit être facilité.

Permettre des opportunités d’exploration et d’expérimentation

Explorer et expérimenter, c’est essayer de nouvelles choses que ce soit de la nourriture, des objets, des textures….
C’est faire de nouvelles activités, goûter de nouveaux plats, essayer de nouveaux vêtements par exemple.
Explorer et expérimenter permet de découvrir ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas.

Design pour tous et facilitateurs

L’environnement doit être un environnement facilitateur, ergonomique.
Ergonomique, cela veut dire que c’est un environnement qui s’adapte à tous.

Culture de l’acceptation

S’intéresser aux besoins spécifiques en premier lieu à la place du handicap, c’est voir la personne dans sa totalité.

La coopération

L’environnement, c’est nous tous.
C’est réfléchir à comment on peut tous participer pour que les personnes puissent parler et choisir pour elles.

On a tous un rôle à jouer !

autodétermination

>>  À lire aussi : « 19 ressources pour l’autodétermination ».

9. Quels sont les freins à l’autodétermination ?

Les principaux freins à l’autodétermination sont :

  • le regard sur le handicap. On continue alors de sensibiliser. On continue d’en parler pour que l’autodétermination devienne l’affaire de tous.
  • l’environnement. L’environnement doit être facilité.
  • le regard de la personne en situation de handicap sur elle-même. Il faut alors travailler avec elle sur ses forces et ses faiblesses. Il faut l’encourager et l’aider à développer son estime de soi.
  • les difficultés de communication. Il faut trouver des alternatives comme les pictogrammes, la gestuelle…

10. Est-ce adapté à mon enfant ?

Oui. L’autodétermination est adaptée à tous. Pour accompagner votre enfant à être autodéterminé, c’est à vous de voir en fonction de ses capacités et de son développement. Vous allez donc fixer des objectifs avec lui. Ces objectifs évoluent au fur à mesure que l’on avance dans l’âge, mais le concept d’autodétermination est adapté à tous !

L’autodétermination est un droit pour les personnes accompagnées. L’autodétermination implique d’adapter l’accompagnement. L’autodétermination favorise l’intégration et l’inclusion dans la société.

Pour vous proposer cet article, nous nous sommes inspirés de la charte de l’autodétermination en FALC réalisée par l’Adapei les Papillons Blancs d’Alsace.

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.