Apprendre à mordre et à mâcher est une étape cruciale du développement de l’alimentation chez le nourrisson. Dès leur 5 à 6 mois, les bébés commencent à utiliser leurs doigts et leurs anneaux de dentition pour l’exploration orale. À partir de ce moment, le développement de la morsure et de la mastication se poursuit, l’enfant affinant les mouvements de sa mâchoire, de sa langue et de ses lèvres. Lorsque le nourrisson manque une partie de ce processus de développement, une intervention peut être nécessaire pour développer sa capacité à mordre et à mâcher.

1. Dans un premier temps et pour commencer, donnez à l’enfant la possibilité de mettre en bouche des outils de mastication bucco-dentaire (les outils Ark Grabber , Y-Chew , Probe et les embouts Z-Vibe animaux). Ces outils ont été spécialement conçus pour augmenter la conscience orale, pour fournir une stimulation et une sensation tactile, et pour exercer les lèvres, les joues, la langue et la mâchoire. Grâce à l’exploration orale, l’enfant pourra commencer à mordre de lui-même et à partir de là, vous pourrez passer à la mastication.

2. Montrez comment mordre pour que l’enfant puisse voir et apprendre ce que signifie réellement ce mot. Connaître le vocabulaire est une partie importante de la thérapie, car cela encourage l’enfant à mordre et à mâcher. Vous pouvez également exagérer le mouvement pour aider à communiquer sur ce concept, et même utiliser de la nourriture pour l’illustrer et le montrer. Et si vous utilisiez la marionnette bavarde pour illustrer la morsure (et plus tard la mastication) ? À tour de rôle, l’enfant va pouvoir nourrir la marionnette pour un apprentissage amusant et ludique, en exagérant le son de la morsure et de la déglutition.

>> À découvrir : la marionnette bavarde

3. Un schéma de mastication vertical (une ouverture et une fermeture de haut en bas de la bouche) commencera à se développer en premier. Placez un Ark Grabber ou un Y-Chew entre les molaires et aidez la mâchoire à s’ouvrir et se fermer. Utilisez le mot « mordre » à chaque fois que vous dirigez la mâchoire qui va alors se refermer sur l’outil utilisé. N’hésitez pas à utiliser un miroir pour que l’enfant puisse se regarder en effectuant le mouvement. Si celui-ci devient trop distrayant, il n’est pas utile de continuer à l’utiliser.

>> À découvrir : le miroir, un outil d’apprentissage

4. Une fois que l’enfant connaît la signification du mot « mordre » et peut l’exécuter avec habileté, ajoutez à son vocabulaire le mot « mâcher ». Demandez à l’enfant de placer ses mains sur votre mâchoire pour vous sentir mordre et mâcher. Il s’agit de donner un retour visuel et tactile pour qu’il puisse mieux appréhender ce concept. À votre tour, demandez à l’enfant de mordre et de mâcher en mettant vos mains sur sa mâchoire.

5. Une fois que l’enfant comprend le concept de la mastication, vous pouvez commencer à la pratiquer avec lui. Placez un Ark Grabber ou un Y-Chew entre les prémolaires et demandez à l’enfant de mâcher. Vous allez sans doute devoir guider la mâchoire pour l’aider à s’ouvrir et se fermer. Travaillez jusqu’à 20 à 25 mastications d’affilée de chaque côté de la bouche. Pour une prise de conscience orale accrue grâce aux vibrations, vous pouvez également utiliser le Z-Vibe avec un embout à Z-Vibe court.

6. Si vous utilisez un Ark Grabber, demandez à l’enfant de mordre et de mâcher la boucle également. Si vous utilisez un Y-Chew, placez la poignée latéralement sur les dents de l’avant. Cela fonctionne des deux côtés de la bouche pour une mastication bilatérale, ce qui va renforcer et stabiliser la mâchoire.

7. À présent, vous allez pouvoir alterner les côtés pour favoriser le développement d’une action de mastication rotative. Demandez à l’enfant de mordre et de mâcher 3 à 5 fois d’un côté de la bouche, puis de passer à l’autre côté. N’oubliez pas de placer les outils à mâcher sur le côté de la bouche, entre la zone prémolaire. Au fur et à mesure que l’enfant progresse, déplacez le Ark Grabber ou le Y-Chew vers la zone molaire arrière où se produit la mastication des aliments. Si l’enfant referme la bouche, reculez vers les prémolaires et lentement, petit à petit, progressez vers la zone molaire.

8. Une fois que vous êtes à l’aise avec la capacité de l’enfant à mordre et à mâcher, trempez les outils à mâcher dans des aliments en purée et continuez les exercices de morsure et de mastication. Jumeler ces outils avec de la vraie nourriture aide à combler le fossé entre la pratique de la mastication et la mastication réelle avec de la vraie nourriture. Si vous utilisez le Z-Vibe, vous pouvez également utiliser un système de renforcement positif grâce à l’embout Z-Vibe creux (lisse ou texturé) en le remplissant de compote ou de yaourt. Ainsi, lorsque l’enfant mord, son action sera récompensée en associant l’obtention de la nourriture avec le concept de mastication.

>> À lire : utiliser des renforçateurs pour motiver ! 

9. Pour faciliter l’acceptation de la texture, commencez à utiliser le l’Ark Grabber lisse, puis passez à l’Ark Grabber texturé. Trempez l’Ark Grabber dans des aliments en purée et continuez avec des exercices de morsure et de mastication. Si vous utilisez le Z-Vibe, commencez à utiliser l’embout Z-Vibe court puis passez petit à petit à l’embout texturé.

10. Prévoyez un verre d’eau à portée de main au cas où l’enfant aurait besoin de prendre une gorgée entre les exercices.

Il est important de noter que certains enfants peuvent sembler effrayés de manger parce qu’ils savent qu’ils n’ont pas les capacités motrices orales nécessaires pour manipuler les aliments. Ces enfants réagissent à une peur véritable et ne sont pas dans un simple refus de s’alimenter. Dans ce cas, vous devrez peut-être d’abord travailler sur la formation de bolus, la conscience de la langue, la latéralisation de la langue, etc. D’autres enfants peuvent refuser de manger en raison de sensibilités buccales, qui doivent également être traitées.

Toute personne qui a un contact direct avec l’enfant (soignants, orthophonistes, thérapeutes ABA, etc.) doit avoir conscience des stratégies d’intervention à mener conjointement. Les meilleurs résultats se produisent lorsque la thérapie est renforcée à domicile entre les séances. Plus il y a d’opportunités présentées, mieux c’est. Cependant, l’enfant ne doit jamais être forcé à mordre ou à mâcher. L’enseignement de ces compétences demande du temps, beaucoup de patience et une réflexion créative.

En amont des séances, parlez avec l’enfant des outils que vous allez utiliser, manipulez-les ensemble, utilisez-les sur la main ou le bras pour qu’il puisse apprivoiser les sensations procurées. Passez ensuite au visage, aux joues, aux lèvres puis enfin à l’intérieur de la cavité buccale.

Jouez ensemble avec la nourriture afin que l’enfant puisse prendre du recul face au rapport alimentaire avec une cuillère ou une fourchette. Le jeu peut être une stratégie de pré-alimentation pour amener les enfants à interagir avec les aliments et pour établir une certaine familiarité de manière non-conflictuelle. Habituez-les à les toucher, à les sentir (le sens de l’odorat et du goût sont étroitement liés lorsque nous mangeons), à jouer avec. Faites des tampons avec des pommes découpées, des pommes de terre, cuisinez avec l’enfant, coupez les aliments en différentes formes, utilisez du sucre roux pour des jeux de sable… Avec les aliments, créez des visages ou des paysages dans l’assiette, soyez créatif, amusez-vous et n’ayez pas peur de vous salir !

Pour les enfants ayant de graves aversions de texture, gardez à l’esprit que vous devrez peut-être passer par plusieurs étapes avant de pouvoir jouer avec de la vraie nourriture. Commencez par des activités de jeu sensoriel non-alimentaires. Présentez des aliments simulés comme les craies fruits et légumes pour jouer et interagir avec. Travaillez lentement pour introduire de la vraie nourriture dans le jeu sensoriel. Parfois, le simple fait de pouvoir jouer avec un nouvel aliment sera un progrès. Petit à petit, vous finirez par déplacer cet aliment sur la table ou dans son assiette ! Avec le temps, l’enfant pourra le toucher et jouer, avec pour but final d’en prendre une bouchée. Les thérapies alimentaires sont un long processus : soyez patient et célébrez chaque petite victoire ! 


Sources : 
Enseigner le concept de mordre et de mâcher, par Debra C. Lowky, orthophoniste spécialisée en alimentation pédiatrique

  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline est content manager chez Hop'Toys. Sur ce blog, elle assure la rédaction d'article et traite des sujets d'actualité.

2 Commentaires

  • Flora dit :

    Bonsoir
    J’ai une fille de bientôt 3ans en décembre et ne sait toujours pas mâcher Elle a un mauvais rapport avc l’aliment, par exemple, elle n’aime pas se salir, ce qui veut dire qu’elle n’aime pas non plus prendre les aliments avec la main (ça la dégoute)…doit-je l’emmener voir un orthophoniste uniquement ou aussi consulter un autre spécialiste?

  • Alexandra Valette dit :

    Bonjour Flora,

    Dans un premier temps je vous conseille d’en parler à son médecin généraliste qui vous conseillera les professionnels de santé à consulter.

    En vous souhaitant une bonne journée,

    Bien cordialement,

    Alexandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.