La mission des établissements d’accueil spécialisés dans la petite enfance a évolué et a dépassé la simple garde des enfants. De nos jours, les structures petite enfance accompagnent le bon développement, l’éveil et le bien-être des enfants accueillis. Mais également elles s’engagent dans une démarche d’inclusion du handicap et de co-éducation auprès des familles . Ce n’est alors pas étonnant que l’aménagement des espaces sensoriels dans ces structures soit en hausse. Aurélia Verrier, formatrice en Snoezelen et Cadre de santé Puéricultrice analyse la tendance.

Un espace sensoriel, un espace pensé comme un cocon

Le concept est né dans les années 70 aux Pays-Bas. Au départ, ces espaces ont été développé pour les adultes porteurs de handicap et par la suite cela c’est démocratisé pour un public plus large. La démarche sensorielle notamment « Snoezelen » a pour but de favoriser l’expérimentation, la perception corporelle et sensorielle, ainsi que la relation et le bien-être. Cet espace agit comme un outil médiateur centré sur la construction d’une sécurité psycho corporelle où la rêverie et l’imagination sont à l’honneur.

Quels sont les bienfaits des espaces multi-sensoriels?

Installer un espace sensoriel dans une structure d’accueil petite enfance :

  • propose un environnement propice au développement global de l’enfant et de répondre au mode de développement sensori-moteur initial de l’enfant
  • encourage l’épanouissement physique, affectif, cognitif et social des enfants en respectant leurs besoins, leurs rythmes et leurs envies
  • favorise la relation entre l’adulte et l’enfant, et d’établir des liens d’attachement nécessaires pour grandir
  • offre un espace-temps de bien-être pour les enfants, les familles et les professionnels
  • propose un environnement propice au développement global et à l’épanouissement physique, affectif, cognitif et social des enfants en respectant leurs besoins, leurs rythmes et leurs envies

Plus qu’un espace, une démarche

Au-delà du lieu, de l’aménagement et du matériel, il est question avant tout d’une démarche d’accompagnement en résonance avec les valeurs du projet éducatif de la structure. Il ne s’agit pas là d’appliquer une méthode ou de suivre une technique mais plutôt de développer un certain savoir- être, une posture professionnelle bienveillante.

Une approche adapté à l’enfant

L’enfant est pensé comme un être sensoriel, émotionnel et relationnel. C’est à partir de ses sens qu’il découvre et comprend le monde qui l’entoure. Les stimulations sensorielles qu’il reçoit lui procure des sensations source de plaisir ou déplaisir et d’un panel d’émotions associées variées ! Plus il est porté par une relation à l’adulte stable, durable et bienveillante, plus l’enfant est engagé dans son élan de découverte, ses expérimentations et le plaisir de les partager !

Un espace pour tisser les liens

Cet espace est aussi mis à disposition des parents pour leur proposer de partager avec leur enfant un moment d’intimité, de bien-être et confort dans un environnement calme et apaisant. Selon un planning établi à l’avance, les parents peuvent accéder librement ou accompagnés d’un professionnel à l’espace sensoriel. En résulte fréquemment un temps d’échanges riche et favorable aux liens parents-enfant- professionnel autour de leurs vécus et expériences.

Comment réussir une séance ?

Les ingrédients indispensables au bon déroulement d’une séance sont : l’ observation, l’écoute et la présence bienveillante dans l’instant présent. Le seul objectif est le partage et le bien-être.

Débutez la séance avec un temps de découverte de l’ambiance, puis, progressivement l’enfant, au gré de ses envies et préférences, explorera le matériel sensoriel disponible, qu’il soit visuel, auditif, tactile, vestibulaire ou olfactif.

Proposez des stimulations douces sensitives, proprioceptives et vestibulaires qui sont favorables à l’expérimentation et à la curiosité. Par exemple, des effets lumineux, des jeux de couleurs, de sons, de musiques, d’odeurs, des jeux tactiles… En effet, ils offrent une ambiance propice au bien-être et à la détente. Les propositions doivent être sélectives et discriminantes afin d’éviter toute sur stimulation environnementale. Les professionnels accompagnent les enfants sur un mode non directif, laissant libre choix de l’expérimentation. La clé est d’adapter une attitude respectueuse au le rythme de chaque enfant.

Le rôle de l’accompagnateur : soutenir les découvertes

L’accompagnateur rentre en relation avec l’enfant par l’intermédiaire d’un objet, d’un son, d’un jeu de regard, d’une posture lui permettant d’être en synchronie avec le vécu sensoriel et émotionnel de l’enfant. Pour accompagner la mise en place de ce genre de projet et inscrire l’équipe dans cette dynamique, il est nécessaire de prendre le temps de se former. Il est recommandé de réajuster ses connaissances fondamentales sur le développement de l’enfant, notamment sensoriel. De plus, il est important de connaître les bases de la démarche (matériel, aménagement, séance …) et d’explorer la question de la relation à l’autre. Ceci est nécessaire afin d’éviter que l’espace ne soit utilisé pour « faire une activité sensorielle», ce qui éloignerait de l’essence même de la démarche considérée comme un outil de la relation, support du « être ensemble ».

Besoin de conseils ?

L’installation d’espaces sensoriels dans un établissement d’accueil du jeune enfant doit s’envisager de façon globale et dépasser le simple premier attrait provoqué par le matériel et l’ambiance qui y règne. Si vous avez besoin de formation ou si vous souhaitez un accompagnement dans votre projet d’installation d’un espace sensoriel dans votre structure, n’hésitez pas à nous contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.