Adam est un enfant autiste plein de vie ! Découvrez son portrait à travers l’interview de sa maman qui lui apprend à pratiquer le ski depuis deux ans maintenant.

Pouvez-vous présenter Adam ?

Adam est un petit garçon de 6 ans et demi. Il a un frère aîné (NB le grand souffre d’hyperactivité) de 8 ans. 
Le diagnostic d’autisme a été posé un peu avant ses trois ans, après que j’ai remué ciel et terre pour obtenir une réponse concernant son comportement atypique, que j’avais noté avant même son premier anniversaire. La France a cette spécificité d’avoir des délais anormalement longs pour poser un diagnostic de Trouble Envahissant du Développement.

Aujourd’hui, après plus de 3 ans de prises en charge intensives (orthophonie et psychomotricité), je sais qu’Adam sera verbal; ses troubles de comportement se sont considérablement réduits. C’est un petit garçon gentil et calme, qui a la chance d’aller à l’école à temps plein depuis 3 ans. Le contact avec ses pairs l’a énormément fait progresser.

Adam est un jeune garçon autiste Adam adore faire du ski

Comment a-t-il réagit la première fois qu’il a été en contact avec la neige ?

La première fois qu’Adam a vraiment vu la neige, autrement qu’en ville, c’était au vacances de Noël 2007/2008, il avait un peu plus de quatre ans. Adam a été séduit par ces grandes étendues blanches et a très rapidement pris plaisir à manipuler la neige, sans doute à cause de sa texture.
  Je l’avais inscrit dans un club de ski pour petits enfants, après avoir expliqué ses difficultés particulières lors de son inscription. Bien qu’un peu déroutés, les animateurs l’ont très bien accueillis et Adam est donc monté sur des skis pour la première fois à cette occasion. Il s’est fait plaisir en faisant quelques petites descentes lors de la semaine mais n’a pas vraiment fait un apprentissage académique. Il était plus préoccupé par la neige et sa manipulation qu’autre chose. L’autre difficulté était qu’Adam ne supportait pas le contact du bonnet et des gants ! A plus de 2000 mètres, cela posait problème.
J’ai également essayé, au cours de ce séjour, la luge, en louant une assez grande pour que je puisse m’asseoir derrière Adam qui était incapable de s’arrêter ou de la guider. Il a beaucoup aimé.
Comme nos vacances s’étaient plutôt bien passées, j’ai réitéré l’expérience l’année suivante. Peu de progrès au niveau du ski et de la tenue vestimentaire mais autant de rires au niveau de la luge !

Comment a-t-il appris à faire du ski ?  Est-ce une activité qu’il a aimée ? 

 C’est vraiment cette année, au cours des vacances de Noël, qu’Adam a commencé à apprendre à faire du ski. Ma première surprise a été lorsque nous avons loué son matériel quand, sur demande de l’une des monitrices qui allait s’occuper de lui au jardin d’enfants, Adam a imité le chasse neige après avoir crié « super » en voyant ses chaussures de ski. Quelque chose avait changé depuis l’année précédente.

Adam au ski Apprentissage du ski pour les enfants atteint d'autisme

Concrètement, cela s’est traduit par la capacité d’Adam d’imiter les mouvements que les moniteurs lui montraient au jardin d’enfant pour débuter un réel apprentissage du ski. Autre point important, Adam acceptait enfin de gardersa tenue vestimentaire, il n’a donc pas eu froid.
Quand j’ai estimé qu’il était capable de prendre des leçons individuelles (sur les conseils d’un moniteur qui m’y avait encouragé pour qu’il progresse dans le cadre d’une relation en tête à tête pour plus de facilité de compréhension des consignes), j’ai inscrit Adam pour 2 fois une heure de cours. Adam était particulièrement motivé, il n’a jamais fait une crise alors que le temps était exécrable. Il en redemandait même. Ce qui lui plaisait, c’était le télésiège, il a pu le prendre 2 fois à l’issue de sa 2ème leçon et il était très content.
L’année prochaine, s’il peut supporter le rythme, nous partirons pour des sessions de cours individuel de 2 heures pour qu’il perfectionne le chasse-neige (le « chapeau pointu » comme dit Adam).

Quels sont vos conseils aux parents d’enfants ayant des troubles de comportement pour passer de bonnes vacances aux sports d’hiver? Quels sont les écueils à éviter ?

 Je pense qu’il faut dans un premier temps familiariser l’enfant avec la neige. Puis, il faut essayer plusieurs activités, comme la luge, le ski, les raquettes ou tout simplement le lancer de boules de neiges et les bonhommes de neiges pour voir ce que l’enfant préfère. En fonction des centres d’intérêts, l’enfant prendra plaisir à telle ou telle activité. A mon avis, il ne faut pas forcer les enfants, sous peine de provoquer des crises et de les dégoûter définitivement.

Apprendre à faire du ski en étant handicapé

De manière générale, quelle sont les activités sportives qu’Adam affectionne ?

Adam est assez sportif. Ses activités préférées sont le ski et la piscine où il passerait des heures ! Nous essayons d’y aller une fois par semaine.

Votre conclusion [un message que vous souhaitez adresser à d’autres parents ou à votre fils, ou autre…]

Il ne faut pas se décourager car les apprentissages chez les enfants atteints de TED sont très longs. Au bout du chemin, à force de patience et de persévérance, nos enfants parviennent à accomplir des exploits que nous ne soupçonnions même pas au départ. Ce sont des enfants extra-ordinaires.

Perrine est chef de projet multimédia chez Hop'Toys. Elle réalise aussi les différentes infographies, illustrations et activités créatives que vous pouvez télécharger gratuitement sur ce blog.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.