La sensibilité au rejet, appelée rejection sensitivity en anglais, se caractérise par une sensibilité émotionnelle extrême et une douleur due au rejet, aux moqueries et critiques, réels ou perçus. Sensibilité au rejet et Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) sont souvent associés. Notre partenaire Chewigem nous en dit plus dans cet article.

Attention : cet article contient des références au suicide.

La sensibilité au rejet

Comme évoqué plus haut, on associe souvent sensibilité au rejet et TDAH. En effet, la plupart des personnes TDAH sont très sensibles à ce que les autres pensent ou disent d’elles. Certaines d’entre elles expliquent même que cette sensibilité au rejet est la partie la plus difficile de la vie avec un TDAH.

Personne n’aime le rejet, mais pour nous, il provoque une réponse émotionnelle écrasante.

Une illustration d'une personne seule et triste au milieu d'une foule de personnes

Quels sont les signes ?

Les signes de la sensibilité au rejet sont les suivants :

  • Colère et accès de colère contre la personne qui les rejette
  • Faible estime de soi
  • Constamment vouloir faire plaisir / satisfaire autrui
  • Ne plus essayer de nouvelles choses
  • Difficultés dans les situations sociales
  • Éloignement de la famille et des amis
  • Être facilement embarrassé
  • Fixation de normes élevées ne pouvant pas être atteintes
  • Viser la perfection / Être le meilleur
  • Ne pas parvenir à satisfaire ses propres exigences ou les attentes des autres
  • Penser à l’automutilation ou avoir des pensées suicidaires

Des signes à ne pas confondre avec…

Les signes de la sensibilité au rejet sont les mêmes que d’autres troubles et peuvent être confondus avec :

  • Trouble bipolaire
  • Trouble de la personnalité borderline
  • Phobie sociale / anxiété
  • Trouble de stress post-traumatique
  • Trouble obsessionnel compulsif (TOC)
  • Dépression

La sensibilité au rejet ne dure « que » quelques heures. Une sensibilité extrême et une douleur émotionnelle sont causées par cette émotion. Elle peut parfois passer inaperçue et c’est généralement à sa durée qu’on va l’identifier.

>> Lire aussi : « TDAH : nos ressources pour accompagner »

Témoignage sur la sensibilité au rejet liée au TDAH

Ce qui suit est une traduction du témoignage recueilli dans l’article initial. Il provient d’une personne ayant un TDAH.

Une femme triste a le regard dans le vide

Comment la sensibilité au rejet affecte les personnes concernées ?

De plusieurs manières. Nous travaillons dur pour que les gens nous aiment et nous admirent, ce qui est hors d’atteinte et peut nous conduire à l’épuisement. Si nous pensons que nous allons être blessés ou rejetés, nous pouvons alors arrêter d’essayer et éviter les situations. Ainsi, les amitiés et les relations peuvent être difficiles car, lorsque nous nous sentons rejetés par nos proches, la douleur est insupportable. Nous pouvons également réagir d’une manière qui incite les gens à nous rejeter.

Comment cela vous affecte-t-il ?

Lorsque j’ai un épisode de sensibilité au rejet, j’ai presque toujours des pensées suicidaires. C’est très difficile car j’ai désespérément besoin d’aide mais, quelques heures plus tard, je me sens complètement différente. Il m’est impossible de penser rationnellement durant un épisode. Les personnes autour de moi ont donc plus de difficulté à m’aider.

« Je ne peux pas penser rationnellement »

Je me sens immensément triste et je pleure énormément, au point où cela apparaît comme une réponse irrationnelle pour les personnes qui m’entourent. Cela m’apparaît quand je regarde en arrière. Lorsque j’ai un épisode, j’ai des pensées négatives envahissantes qui tournent en boucle dans ma tête, et je ne peux pas les bloquer.

Sortir d’un épisode

Quand je commence à sortir d’un épisode, je me sens tellement gênée. C’est comme si j’étais une personne complètement différente à ce moment-là. Il est inutile d’essayer de me parler car je suis épuisée et j’ai besoin de dormir. Je parle et réfléchis plus tard.

Un de mes épisodes

Cet épisode va vous aider à comprendre ces petites choses que nous percevons comme des rejets et qui peuvent provoquer des réactions émotionnelles massives.

Une femme pleure sur le canapé à côté de son compagnon

Les rejets

Mon mari et moi avions réservé un appartement pour le week-end. Un soir, nous décidons de manger sur place, prendre un verre et jouer à des jeux de société. J’ai proposé de commander une pizza et mon mari a semblé déçu (rejet n°1).

On commande finalement une pizza car c’est l’option la plus simple. Mon mari n’a pas apprécié la pizza et m’a dit qu’elle l’a rendu malade. C’est le « rejet n°2 ». J’ai alors renversé un verre et l’ambiance a semblé changer. Mon mari quitte la pièce car il a besoin d’espace, mais je ne l’ai pas compris à ce moment-là. Pendant tout ce temps, j’essaie de m’empêcher de me sentir triste et rejetée et de faire en sorte qu’il m’aime à nouveau – alors qu’il n’avait jamais cessé de m’aimer.

Ensuite, je vais dans une autre pièce pour le trouver endormi sur le canapé. C’est le rejet final pour moi. Il était fatigué après une longue semaine de travail mais je ne pensais pas rationnellement. Je pensais qu’il en avait assez de moi. Je suis allée dans le lit et j’ai pleuré. Les pensées négatives tournent dans mon esprit et je ne peux les bloquer : « Si je me sens si triste et que mon mari en a assez de moi, quelle est la raison de vivre ? »

Des pensées négatives envahissantes

Mon mari n’est pas conscient de ce qui se passe dans ma tête. Je considère à ce moment-là que c’est de sa faute. Alors, il essaie de me parler mais, ça ne fonctionne pas car je pense qu’il me ment. Il essaie de me faire un câlin mais ça ne marche pas car je pense qu’il le fait juste pour que je me sente mieux. Donc je continue de me sentir très triste.

Et ensuite ?

J’ai dormi et, à mon réveil, on en a parlé. Il m’a expliqué que, quand je traverse un épisode, il avait l’impression que j’étais gâtée et égoïste. Avec mon esprit rationnel, je peux comprendre pourquoi il pense cela. Maintenant qu’il s’est documenté sur le sujet, il comprend que je n’ai aucun contrôle sur cela. Il reconnaît également de nombreuses autres fois où cela s’est produit et réalise que c’est quelque chose que je vis régulièrement. Désormais, il se sent mieux et il sait que, la prochaine fois, il verra les choses différemment.

Tout sentiment de rejet peut déclencher votre réponse au stress et provoquer une réaction émotionnelle beaucoup plus extrême que d’habitude. En effet, lorsque vous êtes TDAH, votre système nerveux réagit de manière excessive aux éléments du monde extérieur.

Connaissiez-vous la sensibilité au rejet ? Et son association au TDAH ? N’hésitez pas à nous en parler dans les commentaires !


Cet article a été traduit de l’article « Rejection sensitive dysphoria what you need to know » de notre partenaire Sensooli.

Céline est chargée de webmarketing et communication chez Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.