Après une période d’étude et de concertation de neuf mois, le gouvernement dévoile le quatrième plan autisme, renommé “Stratégie nationale pour l’Autisme au sein des troubles du neuro-développement”, pour la période 2018-2022. Articulée autour de 5 engagements, et déployée en 20 principales mesures, cette stratégie entend répondre aux attentes des familles et des acteurs concernés. Les troubles du spectre autistique touchent 1% de la population, mais concernent une part beaucoup plus importante si l’on considère les familles et les multiples professionnels en lien avec les TSA.

Les enjeux

En déplorant un manque de données précises et complètes sur l’étude de la population porteuse d’autisme, le gouvernement constate aussi un écart entre les besoins de ces personnes et les actions menées jusqu’à aujourd’hui. Un accent est mis sur l’enjeu du diagnostic et sur la complexité des démarches au sein des différents établissements d’accompagnement. L’Etat cherche aussi à rejoindre les standards internationaux en terme de scolarisation et d’accompagnement, par une meilleure inclusion des personnes porteuses de TSA dans la société. Une autre ambition de ce plan est de donner les moyens d’intervenir de la meilleure manière aux différents professionnels de santé et d’éducation. Enfin, le gouvernement veut appuyer les recherches scientifiques dans ce domaine. Pour répondre à ces enjeux, 5 engagements sont pris et 20 mesures sont annoncées.

Les engagements

1. Accentuer la recherche scientifique

Pour développer les avancées scientifiques dans ce domaine, le gouvernement veut “créer un réseau de recherche d’excellence”, c’est-à-dire structurer la communauté de chercheurs des grands labels pour maintenir un niveau européen, créer trois centres sur l’autisme et les troubles du neuro-développement, et créer 10 postes de chefs de clinique. Une seconde mesure est de “constituer des bases de données fiables”, en travaillant sur les indicateurs de surveillance. Ensuite, “assurer une diffusion rapide des connaissances” en développant l’enseignement au sein des formations concernées. Enfin, “soutenir le développement des technologies” dédiées aux personnes porteuses de TSA par la création d’un “living lab” des différents acteurs (chercheurs, entrepreneurs, cliniciens, etc.).

Une enfant lit sur le canapé

>> A lire aussi : C’est quoi l’autisme ?

2. Renforcer l’intervention précoce pour éviter le sur-handicap

Parce que les parents sont les premiers témoins de possibles troubles de leur enfant, leurs témoignages seront pris plus au sérieux pour que le relais professionnel soit plus rapide. La formation et la sensibilisation des professionnels de la petite enfance et de l’école sera un outil pour mieux repérer les écart de développement. Une formation aux TSA sera intégrée aux parcours de formation des professionnels concernés. Pour confirmer rapidement les indicateurs de troubles, les enfants de 9 à 24 mois passeront un examen obligatoire chez les médecins généralistes et pédiatres. Si l’examen révèle un signal d’alerte, l’enfant sera redirigé vers un spécialiste des TND. Pour une intervention immédiate et réduire le délai de diagnostic, des plate-formes “Autisme TND” vont coordonner et organiser les interventions des professionnels, ainsi que des bilans complémentaires avant le diagnostic officiel. Enfin,  un “forfait d’intervention précoce” sera mis en place pour réduire le reste à charge des familles quant aux recours aux professionnels non conventionnés par l’assurance maladie.

3. Rattraper le retard scolaire

Tous les enfants porteurs d’autisme seront scolarisés en école maternelle ordinaire grâce à l’intervention d’équipes médico-sociales ou libérales au sein des classes. Même les enfants porteurs de troubles les plus sévères auront accès à l’école maternelle, pour cela les unités d’enseignement maternel autisme (UEMa) seront triplés. Pour pérenniser l’accompagnement de l’école élémentaire au lycée, les AVS seront convertis en AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) et le nombre d’élèves porteurs de TSA scolarisés sera augmenté.  Les services d’éducation spécialisée seront intégrés, et des unités d’enseignement dédiées seront créées au sein des écoles. Pour former et accompagner les enseignants, chaque département verra ses équipes ressources renforcées par un professeur spécialisé qui interviendra sur place. Des actions d’information et de sensibilisation seront effectuées envers les professionnels de l’enfance. Enfin, à travers le nouveau Parcoursup et l’évolution des accompagnements à l’université, les jeunes porteurs de TSA pourront avoir un accès garanti à l’enseignement supérieur.

Plan autisme

>> A lire aussi : Des spectacles « autisme friendly »

4. Assurer l’indépendance citoyenne des adultes

Le plan veut en terminer avec les hospitalisations inadéquates des adultes et améliorer les prises en charge. Pour cela, un plan national de repérage et diagnostic sera engagé, avec un accent particulier sur la population féminine. Les séjours en psychiatrie seront raccourcis, et les soins ambulatoires augmentés. Les professionnels seront amenés à travailler main dans la main, par la mise en place de réunion pluridisciplinaires, surtout pour les cas difficiles. Pour développer l’autonomie, 10 000 logements adaptés et inclusifs seront proposés. Le gouvernement compte aussi assurer l’insertion professionnelle en doublant les crédits de l’emploi accompagné. Enfin, au moins un groupe d’entraide mutuelle Autisme sera créé dans chaque département.

5. Prise en compte des familles

Le gouvernement propose la création d’une plate-forme par département, pour offrir un temps de répit aux parents (garde d’enfant, hébergement d’adulte). Il propose aussi de booster la formation des aidants dans les centres de ressources autisme. Des cellules d’accompagnement après l’annonce du diagnostic seront mis en place, ainsi que des groupes de soutien entre familles. Enfin, les familles seront associées à la création d’une instance nationale de pilotage pour les prochaines stratégies pour l’autisme et des troubles du neuro-développement, ainsi qu’à la politique de recherche.

Une famille

A travers cette “Stratégie nationale pour l’Autisme au sein des TND”, le gouvernement propose de répondre aux attentes des personnes, des familles et des professionnels grâce à divers engagements et mesures. L’ensemble de ces promesses devrait être assuré par un investissement de 344 millions d’euros ajoutés aux 53 millions restant à mettre en place du dernier plan Autisme. Que pensez-vous de cette nouvelle stratégie ? 

>> Téléchargement : Ma p’tite expo pour informer et sensibiliser à l’autisme

Sources :

Handicap-gouv.fr, Stratégie nationale pour l’autisme 2018-2022 : changeons la donne, 6 avril 2018

Informations.handicap.fr, Édouard Philippe dévoile les mesures de la stratégie autisme, 6 avril 2018

Rédacteur chez Hop'Toys, j'aime interviewer des professionnels pour écrire des articles. Amoureux de la langue française, je suis aussi jongleur de diabolo et auteur de chansons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Instagram

  • Un super reportage phot la #meex avec des super loulous qui ont testé nos nouveaux produits ❤️🌿❤️#stimulation #vestibulaire #psychomot #parcours #mteur #motricite
  • Super idée d’activité avec notre toupie 😉#hoptoys #Repost @labrigadedannaelle with @get_repost
・・・
Ce week-end, les enfants se sont beaucoup amusés avec la toupie @hoptoys_fr de Raphaël. Un des jeux consistait notamment à faire rouler des balles dans la toupie. J'ai trouvé l'idée super sympa ! 
C'est pourquoi, aujourd'hui, je leur ai proposé d'ajouter un peu de peinture et quelques feuilles de papier pour une séance peinture fun et rigolote 😄💗
Et pour vous quel programme aujourd'hui ?
.
.
.
. 
#activite#peinture#peindreavecdesballes#toupie#hoptoys#lesactivitesdecheindeletraphael#labrigadedannaelle#activities#instapaint#instaart#instakids
  • Des émotions #exceptionnelles 🇫🇷merci les bleus 🙏
  • Et si on organisait une #journée tout entière grâce au Synopte et au Tom Tag ? L'objectif : apporter de la #prévisibilité à l'enfant tout en l'aidant à faire seul tout au long de la #journée ! Celle ci est organisé en moment, symbolisé par les #couleur du Synopte. Vert, c'est le matin, jaune le repas du midi, orange l'après midi... ❤️🤙❤️#temporalité #organisation
  • On adore ❤️ #Repost @poi.family with @get_repost
・・・
Ayden aime tellement son petit coin, avec les panneaux de contrastes, son harche de jeux, que nous changeons régulièrement pour attirer son attention. S'éveiller, s'épanouir.. c'est tellement important. Je ne peux jamais laisser mon petit garçon sans stimulation. Je me sentirais tellement mal qu'il attende sans rien faire à regarder le plafond blanc.. inconcevable. Je sais qu'il est heureux, même si il n'est plus capable de sourire. Je le lis sur son visage. #courageux #stimulation #contraste #hoptoys #jeux #suspendu #poïfamily #youtubechannel ❤️
  • Les soldes à -70% ❤️🌟❤️c’est parti ! 🎁#liendanslabio
  • Une super utilisation de notre toupie ! 😉 #Repost @marineactivity with @get_repost
・・・
Notre toupie @hoptoys_fr  dans la piscine ! Chaque année nous l’utilisons et les enfants adorent 😆#HopToys #toupie#piscine
  • Les 31 mai, 1er et 2 juin 2018, l’#Unapei, fédération d’associations française de représentation et de défense des intérêts des personnes #handicapées et de leurs #familles, tenait à Lille son 58e congrès annuel. Le thème autour duquel l’Unapei invitait tous les participants à réfléchir cette année « En mouvement vers l’éducation #inclusive. Quelles scolarisations ? » était également un appel lancé au #gouvernement. Hop’Toys était présent à Lille aux côtés de ces associations de familles. Nous avons eu la chance d’assister aux tables-rondes consacrées à cette question de l’éducation inclusive. Nous vous en rapportons quelques moments forts sur le blog
  • Si l’on dit que les bébés dans le ventre de leur mère sont sensibles à la #musique environnante, il peut arriver qu’un #bébé présente des signes de #perteauditive à la naissance. Pour son avenir et pour son bien-être, il est important de repérer rapidement ces #signes et d’apporter des #solutions si besoin. Environ 1.4 bébés sur 1000 présentent une perte auditive à la naissance, ce chiffre monte à 5 enfants sur 1000 de 3 à 17 ans.

Suivez-nous !