Sylvie Scheirlinck a exercé en tant qu’enseignante dans un lycée professionnel horticole pendant plus de 30 ans. Elle y a accompagné des apprenants adolescents et adultes, de la 4e au BTS. Aujourd’hui, elle est praticienne en psychopédagogie positive (PP+). Par son témoignage, elle nous en dit plus sur la psychopédagogie positive.

Qu’est-ce qui vous a amenée à vous intéresser à cette approche ?

Les épreuves auxquelles ont fait face mes trois enfants et le mal-être de certains de mes élèves ont fréquemment engendré des questions. Des questions qui cherchaient des explications, voire des solutions.

  • Pourquoi l’école peut-elle autant être anxiogène ?
  • Qu’est-ce qui fait que certains élèves apprennent facilement et d’autres pas ?
  • Qui sont ces élèves qui fonctionnent autrement : DYS, TDA, TDAH ou encore avec TSA ? Comment les aider ?

Je me suis donc intéressée à la psychopédagogie positive, car ce concept semblait correspondre à mes convictions, mes valeurs sur l’école et les apprentissages.

Qu’est-ce que la psychopédagogie positive ?

C’est avant tout une approche globale TÊTE / CŒUR / CORPS. C’est tenir compte, entre autres, des dernières découvertes en neurosciences qui valident plusieurs de mes suppositions. En effet, j’allais à tâtons dans mes tentatives avec les élèves, mais il me semblait bien que l’émotionnel, donc le cœur, entre pour beaucoup dans le bien-être à l’école. Je remarquais aussi depuis longtemps que la position assise toute la journée était «contre-nature» pour un enfant ou un adolescent. Bref, j’avais déjà fait cette hypothèse que le cerveau n’est pas le seul à travailler à l’école, mais que le cœur et le corps sont également impliqués dans le fait d’apprendre !

Une affiche représentant une personne et le schéma tête / cœur / corps de la psychopédagogie positive

>> Découvrez-en plus sur les neurosciences

La pratique de la psychopédagogie positive, c’est donc :
  • une certification obtenue en juillet 2020 auprès de La Fabrique à Bonheurs, un organisme de formation à Paris.
  • Un accompagnement individuel d’un enfant, d’un adolescent, voire d’un adulte qui éprouve des difficultés, de la souffrance dans ses apprentissages. Je les aide à comprendre comment ils apprennent, à prendre conscience que nous fonctionnons différemment quand il s’agit d’apprendre.
  • De la bienveillance et une écoute active pour les aider à développer leur autonomie, pour les remettre en confiance et retrouver l’estime d’eux-mêmes.
  • Une boîte à outils bien remplie : les Intelligences multiples du Psychologue Howard Gardner, les travaux de Tony Buzan autour de la Carte mentale, la Gestion mentale d’Antoine de La Garanderie, la pédagogie positive déjà utilisée en tant qu’enseignante, l’effet pygmalion, des éléments de nutrithérapie et bien d’autres encore…

La boîte à outils pour la psychopédagogie positive

Des outils pour appréhender cette approche

La confiance en soi

La confiance en soi avec la montagne de la confiance et DisTaVie

La montagne de la confiance : Ce jeu est conçu pour aider les jeunes dès 7 ans à réfléchir aux différentes composantes de l’estime de soi : le sentiment de sécurité, la connaissance de soi, le sentiment d’appartenance et le sentiment de compétence.

Distavie : Avec ces 146 cartes évoquant diverses thématiques (identité, société, relations, avenir, mensonge…), ce jeu permet aux adolescents de s’exprimer sur des sujets variés les concernant.

Les émotions

Les émotions avec le livre des émotions, la poupée des émotions et les Emotiblocks

La couleur des émotions : Ce livre est un véritable petit bijou pour les yeux et pour comprendre et partager ses émotions ! Le gentil monstre se réveille un matin avec le cœur tout embrouillé, c’est le bazar dans ses émotions ! Son amie va alors l’aider à y voir plus clair et à reconnaitre chacune de ses émotions !

La poupée émotions : Un compagnon pour encourager les enfants à exprimer facilement leurs sentiments et aider les autres à comprendre comment ils se sentent.

Emotiblocks : Des personnages composés de 18 pièces interchangeables qui permettent aux enfants de créer librement des personnages attachants. Il y a plus de 100 combinaisons possibles ! Il est un outil amusant pour aider les enfants à se familiariser avec les principales émotions.

La mémorisation

La mémorisation avec Dompteur de mémoire et les Sardines

Dompteur de mémoire : Les enfants doivent bien observer les cartes des personnages fantastiques pour ensuite trouver les paires de cartes identiques et les placer sur le plateau de jeu. Ce jeu permet de développer des stratégies de mémorisation en aidant les enfants à retenir les informations les plus pertinentes.

Sardines : Un jeu d’observation vraiment original qui fait travailler la mémoire visuelle. Il s’agit de mémoriser la carte « sardine » pour retrouver par la suite dans son jeu les mêmes poissons que sur la première carte.

>> En savoir plus sur les réflexes archaïques

Le mot de la fin

Aujourd’hui, je suis une praticienne en pédagogie positive heureuse d’accompagner des apprenants à retrouver le plaisir d’apprendre. Camille a retrouvé le sourire parce qu’elle a trouvé des outils de mémorisation qui lui conviennent. Louis, accompagné de ses parents, parvient à compenser son TDAH grâce à certains outils de concentration. Marie a retrouvé confiance en elle malgré sa dyslexie. Soline est d’accord pour essayer de retourner à l’école. Les parents de Paul ont compris pourquoi il n’arrivait pas à s’endormir le soir…


Sylvie Scheirlinck est praticienne en psychopédagogie positive (PP+). Elle a longtemps enseigné en lycée professionnel horticole. Vous pouvez la retrouver sur Facebook : Mon Chemin de Réussite

Céline est assistante communication chez Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.