Les fonctions exécutives qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ? Pourquoi faudrait-il les renforcer ? Et comment le faire en jouant ? Cet été, on nous enjoint de faire passer aux enfants des « vacances apprenantes »! Cela tombe bien, chez Hop’Toys, permettre aux enfants d’apprendre en s’amusant c’est notre spécialité ! Mais outre les connaissances à acquérir, des compétences socles, qui vont jouer un rôle prégnant dans tous les apprentissages, doivent aussi être développées. Parmi elles : ces fondamentales fonctions exécutives ! On vous explique ici comment et surtout on vous présente une sélection de 15 jeux pour renforcer ses fonctions exécutives en s’amusant cet été !

Les fonctions exécutives : qu’est-ce que c’est ?

Notre vie quotidienne est remplie de gestes routiniers que nous effectuons de manière automatique, sans avoir besoin de réfléchir pour les exécuter : lacer ses chaussures, boutonner un vêtement, se faire un café, allumer un interrupteur en entrant dans une pièce sombre… Mais aussi de situations nouvelles, inédites, inhabituelles qui demandent, de fait, un peu plus d’efforts.
Les fonctions ou compétences exécutives ce sont justement ces habilités du cerveau, ces processus cognitifs qui permettent l’adaptation à des situations nouvelles, non-routinières. Des capacités indispensables pour s’adapter à des situations pour lesquelles il n’y a pas de solution toute faite, des compétences indispensables pour effectuer des activités de planification, d’organisation, d’élaboration de stratégies, mais aussi pour être attentif et se rappeler des détails.

Les principales fonctions exécutives

La planification : c’est notre capacité à mettre mettre en place une stratégie – autrement dit à prévoir mentalement des étapes à réaliser – pour atteindre un objectif. Cette compétence nécessite de pouvoir se projeter dans le temps et d’anticiper.

L’inhibition (ou contrôle inhibiteur) : il s’agit de notre capacité à inhiber nos heuristiques – autrement dit à résister aux automatismes – en résistant aux distractions, en déjouant les pièges, en mettant de côté ce qui n’est pas pertinent pour la résolution d’une tâche et le cas échéant à arrêter la production d’une réponse déjà initiée qui s’avérerait non appropriée.

La flexibilité cognitive ou mentale : c’est notre capacité à changer de stratégie mentale, à détecter nos erreurs, à les corriger et à nous montrer réactif en fonction des exigences de l’environnement.

La mémoire de travail permet de garder temporairement en tête et de manipuler une petite quantité d’informations pour répondre à une question ou résoudre un problème pendant que notre cerveau est occupé à une autre tâche.

Enfin, l’attention qui se compose de 3 types d’attention : sélective (notre capacité à nous focaliser sur les informations pertinentes),  soutenue (la concentration)
– ou divisée (notre capacité à être attentif à deux activités en même temps, ce qui permet de réaliser les deux simultanément) est la clé de l’apprentissage !

Se référant à Céline Alvarez, qui aborde largement la question des fonctions exécutives dans ses ouvrages Les lois naturelles de l’enfant et Une année pour tout changer, l’éducatrice spécialisée Christelle Stock précise :

Avec des fonctions exécutives bien installées, l’enfant sera capable de se contrôler, de rester concentré, d’apprendre à patienter. Il apprendra plus facilement à l’école, il aura le goût du défi et de l’effort. A contrario, lorsque l’enfant n’a pas eu l’occasion de construire son intelligence exécutive, alors apprendre relèvera d’un effort colossal, mémoriser une consigne sera compliqué, planifier et organiser ses actions pourront lui être difficile.

Infographie - Compétences exécutives


Infographie à imprimer sur un format A4

>> Lire aussi : Mieux apprendre grâce aux neurosciences

Les troubles des fonctions exécutives 

Les enfants ayant un système exécutif défaillant rencontrent en effet des difficultés à s’adapter sur le plan familial et social, à gérer des situations nouvelles. Les dysfonctions exécutives fatiguent l’enfant qui doit en effet fournir des efforts supplémentaires pour combler ses difficultés. Elles diminuent sa capacité d’attention en classe, aggravent sa difficulté à réaliser des problèmes et à s’adapter aux exigences du milieu scolaire.

Les élèves souffrant de ces dysfonctions font souvent face à un manque d’initiative, ils ont du mal à comprendre la consigne et des difficultés à organiser leur mémoire pour pouvoir y répondre. La mémoire de travail est donc limitée du fait d’un déficit de l’attention. L’élève a du mal à s’adapter au changement car il  manque de flexibilité mentale, il aura tendance à répéter ses erreurs même après une explication.

Des jeux pour renforcer ses compétences exécutives

Bien que l’apprentissage par le jeu constitue un aspect important de l’enseignement préscolaire, il doit être apprécié non seulement sur le plan des compétences scolaires acquises par les enfants, mais aussi pour le soutien à l’apprentissage de l’autorégulation, de la maîtrise de ses émotions, des fonctions exécutives, de la compréhension sociale, de la créativité et d’autres aptitudes cognitives, et bien sûr juste pour la joie que le jeu procure aux enfants.

De la même manière qu’on pourra créer un environnement propice au développement des foncions exécutives (voir à ce sujet l’article de l’éducatrice spécialisée Christelle Stock), on pourra proposer à son enfant des jeux qui lui permettront d’exercer et de renforcer ces compétences clés. Petite sélection pour cet été.

>> Lire aussi Comment renforcer les apprentissages chez son enfant ?

La planification

Les casse-tête, les jeux de construction, de codage qui amènent à garder en tête un objectif à atteindre, un problème à résoudre tout en établissant une stratégie, étape par étape pour y parvenir, sont d’excellents supports pour développer cette compétence.

Lièvres & renards : vite, il faut cacher ses lièvres dans leur terrier en un certain nombre de sauts, avant que le renard ne les mange. Un casse-tête amusant qui permet d’exercer en particulier sa capacité d’anticipation et de réflexion. Plusieurs niveaux de difficulté. Notre conseil : toujours commencer par le niveau 1 afin de comprendre la mécanique du jeu et bâtir un raisonnement qui évoluera selon la difficulté. (Existe également en très grand format.)

Tropicano : un grand jeu de plateau où chaque joueur doit rejoindre l’île centrale en construisant un pont. À chaque lancer de dé, on ajoute une planche de la taille indiquée. Mais attention à la vague ou il faudra tout recommencer ! La construction du pont demande de positionner les planches de manière adéquate afin de n’avoir aucun trou, donc de faire preuve d’anticipation !

Tricky track : un excellent jeu pour faire preuve de stratégie, aiguiser son esprit logique, développer des compétences de planification…et passer du bon temps en famille ou entre amis ! Ce plateau reprend la mécanique d’un jeu de l’oie traditionnel mais avec un petit plus : chaque joueur dispose de 2 pions à avancer des deux côtés du parcours ! Après avoir jeté le dé, lequel des 2 pions faut-il mieux bouger ? Pour faire le bon choix, il faut visualiser dans sa tête et anticiper : « si je choisis le chat, alors mon pion tombera sur la case « chien » et cela me fera reculer ».

Le robot souris et son labyrinthe : un jeu pour développer des compétences de codage tout en s’amusant et qui stimule le raisonnement analytique et la logique, développe les compétences de comptage d’anticipation, apprend l’autocorrection et aide à la résolution de problèmes.

L’inhibition

Apprendre à se débarrasser de ses heuristiques, de ses automatismes, cela se travaille… notamment par le jeu ! Parmi ceux qui permettront d’apprendre à son cerveau à ne pas répondre trop vite… et à ne pas se faire piéger, on conseillera :

Bazar bizarre : Qui sera le plus rapide à se saisir, parmi 5 petits objets en bois, de celui qui est représenté strictement de la même manière sur la carte (même couleur, même forme) ou de celui qui n’a aucune caractéristique en commun avec celle-ci ?! Un jeu qui oblige à gérer l’impulsivité et fait travailler travailler l’attention visuelle, la déduction, la rapidité et la flexibilité mentale. (Également disponible : Bazar bizarre junior)

Fex- imperturbables architectes : un coffret d’activités variées pour développer la mémoire de travail et la capacité à cibler la concentration. Des tâches doivent être réalisées mais des troubles fêtes essayent de parasiter l’attention des joueurs. Plusieurs types de distractions doivent être combattus : des bruits sonores, des gestes parasites… Des cartes de relaxation sont proposées pour apprendre à gérer les situations : exercice de respiration, mouvement moteur, stratégie mentale…

Cartador : un jeu qui avec ses trois types de consignes (écoute attentive, lecture piégée et défi mémoire de travail) permet de travailler les capacités attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire à long terme et l’inhibition.

La flexibilité cognitive

Clac clac : chacun de ces disques aimantés combine 3 symboles dans 3 couleurs. On lance les 2 dés : ils indiquent le symbole et sa couleur. Il s’agit alors d’attraper un maximum de disques avec cette combinaison. Il faut aller vite pour empiler les bons disques !  De 2 à 6 joueurs. Dès 4 ans.

Fex – look and match game : un coffret de jeu créé spécialement pour solliciter efficacement l’inhibition, la mémoire de travail et la flexibilité. Les jolies cartes illustrées sont utilisées dans des jeux variés, tous décrits et expliqués dans le guide pédagogique : orientation de l’attention, contrôle des impulsions, mémoire immédiate, résolution de problème, changement de perspective…

Cubes à histoires rory – actions : les dès sont un excellent moyen de renforcer la flexibilité puisqu’ils vont amener à s’adapter à divers rebondissements pour construire un récit . Et on exerce en même temps son imagination, son vocabulaire… 9 dés, 54 images, plus de 10 millions de combinaisons possibles. Existe en 3 versions: Standard, Actions et Voyages.

 La mémoire de travail

Des jeux  pour booster sa mémoire de travail, ça ne manque pas. En voici déjà 3 : observation, dessin à reproduire, sons sauvages à crier, il y en a pour tous les goûts, tous les âges et pour toute la famille !

Petites pops memo : le classique et indispensable memory, ici aux beaux motifs estivaux et à la qualité irréprochable : carton épais pour une bonne prise en main et finition mat (sauf pour celles avec des effets pailletés) pour le confort visuel.

Speed colors : on tire une carte et on mémorise bien la répartition des couleurs sur l’image. Puis on retourne sa carte face noir et blanc et, avec ses feutres effaçables, on tente de colorier l’image telle qu’elle était représentée en couleurs. Il faut donc se rappeler quelles couleurs étaient à quel(s) endroits. On peut adapter la difficulté, en invitant l’enfant à mémoriser d’abord l’emplacement d’une couleur, puis de deux…

Ouga bouga : Un jeu très rigolo pour entraîner la mémoire de travail et la mémoire auditive. À chaque carte retournée correspond un son de type « Glou » ou encore « Ska » ou «Bi ». On devra prononcer ce son puis le son des cartes suivantes en se souvenant de chacun d’eux ! Fous rires garantis !

L’attention

Top that ! : il faut se faire magicien pour empiler les différents objets en plastique, afin que certains se voient, d’autres non, en fonction des instructions fournies pour les cartes modèles. Un jeu de manipulation très amusant qi développe la capacité de raisonnement et de résolution de problèmes.

Gagne ton papa : s’initier à la géométrie dans l’espace, être le plus rapide à réaliser les figures imposées ou, en solitaire,trouver un maximum de Pentas. Voilà un jeu qui va développer les facultés de concentration et d’anticipation !

>> Lire aussi : Pourquoi l’attention est-elle la base des apprentissages ?

Tous nos jeux pour renforcer les fonctions exécutives

Marianne est responsable de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog. Passée par l'édition, la médiation culturelle et l'enseignement, elle aime tout particulièrement aborder des sujets pédagogiques, culturels et d'actualité.

1 Commentaire

  • Frederique dit :

    Bonjour je suis maman d’une enfant souffrant du syndrome dysexecutif et la vie n’est pas simple du tout. Surtout qu’elle conscientise tout et voit bien qu’il y a parfois un fossé entre ce qu’elle souhaite faire et ce qu’elle fait. Cela crée une tristesse, colère et injustice énorme pour elle. Merci pour cet article, il n’y a ps grand chose sur le SDysexectif et on se sent vraiment seuls. Merci encore
    Frédérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.