Les fonctions exécutives sont des habilités du cerveau qui permettent l’adaptation à des situations nouvelles, « non-routinières ». C’est le « moi tout seul ! » exprimé par les enfants. Quelles sont les différentes fonctions exécutives ? En quoi sont-elles si importantes ? Comment créer un environnement favorable à leur développement ? Christelle Stock, éducatrice spécialisée apporte ici ses conseils, d’experte !

Les fonctions exécutives

Dans ma pratique, en tant qu’éducatrice spécialisée, je me suis intéressée aux dernières découvertes en neurosciences, et je m’inspire beaucoup de Céline Alvarez. Ancienne professeure des écoles, pédagogue et formatrice, Céline Alvarez s’adresse principalement aux professeurs des écoles dans l’organisation des classes, souhaitant impulser du changement dans l’Éducation nationale. Tout ce qu’elle propose peut être tout à fait mobilisable en tant que parents, à la maison et en tant qu’éducateur quel que soit le public. Son approche sur le développement de l’intelligence, sa vision de l’autonomie et de l’entrée dans les apprentissages m’aident beaucoup dans la mise en place de mes actions éducatives.

Fonctions exécutives = le « moi tout seul »

Au travers de mes lectures, j’ai approfondi la notion de « fonction exécutive » dont Céline Alvarez fait référence dans deux ouvrages Les lois naturelles de l’enfant et Une année pour tout changer parus aux éditions des Arènes.
Les fonctions exécutives correspondent aux « capacités nécessaires à une personne pour s’adapter à des situations nouvelles, c’est-à-dire non-routinières, pour lesquelles il n’y a pas de solution toute faite. » C’est le « moi tout seul ! » exprimé par les enfants, et notre vie quotidienne en est remplie.
Éducation : Les compétences du 21 ème siècle pour les enfants

Les trois principales fonctions exécutives

Les experts relèvent trois principales fonctions : la mémoire de travail, le contrôle inhibiteur et la flexibilité cognitive. Lorsque nous entreprenons quelque chose, nous avons besoin de ces trois compétences.

Successivement, la première représente la capacité à garder une information en mémoire sur un temps court. La deuxième représente la capacité à se contrôler, à se concentrer et à inhiber les distractions, puis enfin la troisième concerne la capacité à détecter ses erreurs, à les corriger et à se montrer réactif.

>> En savoir plus sur les neurosciences et fonctions exécutives

L’enfant exerce ses fonctions exécutives dès le plus jeune âge

Ces fonctions s’acquièrent dès le plus jeune âge. Le tout petit en plein développement nous le montre : lorsqu’il veut manger tout seul, se chausser tout seul, passer le balai, nous aider à vider le lave-vaisselle… l’enfant exerce ses fonctions exécutives ! Si nous l’en empêchons (ou voulons faire à sa place pour aller plus vite) alors l’enfant nous repousse, il s’énerve. C’est alors important de comprendre que non, votre enfant n’a pas mauvais caractère, non ce n’est pas un caprice ! Il se confronte juste à la réalité, il expérimente à sa manière : il apprend tout simplement.

Selon Céline Alvarez, avec des fonctions exécutives bien installées, l’enfant sera capable de se contrôler, de rester concentré, d’apprendre à patienter. Il apprendra plus facilement à l’école, il aura le goût du défi et de l’effort. À contrario, lorsque l’enfant n’a pas eu l’occasion de construire son intelligence exécutive, alors apprendre relèvera d’un effort colossal, mémoriser une consigne sera compliqué, planifier et organiser ses actions pourront lui être difficile.

>> À lire aussi : l’éducation au regard des neurosciences affectives

Comment créer un environnement favorable au développement exécutif ?

Voici quelques points importants pour vous aider à créer un environnement favorable au développement exécutif (à tout âge, il n’est jamais trop tard !) :

  • Parler avec l’enfant : interagir dès ses premiers mois de vie. L’enfant se sentira considéré, entendu.
  • Être chaleureux : la présence de l’autre, l’amour développent l’intelligence humaine au maximum de ses possibilités.
  • Aider l’enfant à se calmer : le cerveau étant immature, l’enfant ne peut pas se calmer, prendre du recul, analyser et s’apaiser tant que ses fonctions exécutives ne sont pas développées. Il est important de mettre des mots, d’accompagner, d’apporter une aide stable et empathique.
  • Aider l’enfant à s’exprimer : l’encourager à exprimer ses ressentis, le laisser parler, l’écouter.
  • L’aider à patienter : proposer un contact physique pour l’aider à attendre.
  • Favoriser l’autonomie quotidienne (s’habiller, se chausser, mettre la table seul·e…) et accepter que cela puisse prendre plus de temps.
  • Mettre du sens : n’ayons pas peur de proposer des activités qui élèvent et qui font sens.
  • Suivre ses motivations : lorsque l’enfant est motivé, il aura envie de se perfectionner et d’atteindre des objectifs ambitieux.
  • Accueillir l’erreur : aider l’enfant à l’accepter, la détecter et à la comprendre pour progresser.
  • Encourager l’effort : positivons, encourageons, aidons-les à persévérer.
  • Moins diriger pour solliciter leurs compétences d’action.
  • Individualiser le travail, les activités.
  • Réduire les écrans.
  • Améliorer la qualité du sommeil, un enfant reposé est plus disposé à apprendre.
  • Proposer de la difficulté ! Selon Adèle Diamont, neuroscientifique, spécialiste des fonctions exécutives,les fonctions exécutives doivent être continuellement challengées, pas seulement utilisées, mais challengées.
Locktou : 3 planches en bois représentant des animaux. Qu’est-ce qui se cache derrière la porte de chacune d’elles ? Pour le savoir, il faut manipuler les différents types de serrures. En s’amusant, on exerce ainsi sa coordination œil-main et l’agilité de ses doigts !
Cadre habillage Montessori : ces cadres d’habillage d’inspiration Montessori développent les compétences de vie pratique de la pédagogie. L’enfant affine sa motricité fine, sa coordination et sa capacité de concentration.
Il n’est pas question pour moi de culpabiliser les parents, mais plutôt de croire en eux et de faire émerger chez eux une envie de changement.
Le cheminement est parfois long, il faut se remettre en question, s’autoréguler, se corriger et s’adapter. Cela demande beaucoup d’efforts lorsque nos habitudes de parents sont bien ancrées. Nous sommes pris par le temps de notre société qui nous en demande toujours plus, pris par nos horaires, nos vies à 100 à l’heure, nous n’avons parfois pas le temps le matin à 8 h de laisser notre tout petit mettre ses chaussures : et en tant que maman, je sais de quoi je parle !
Pourtant, développer ces compétences exécutives est fondamental pour la formation de l’intelligence. C’est à nous parents, enseignants, travailleurs sociaux de veiller à accompagner et à encourager l’enfant à faire seul dès son plus jeune âge, tout en s’effaçant petit à petit.
C’est à nous de ne pas empêcher, de ne pas être trop intrusif, car nous ne pourrons pas construire leur intelligence exécutive à leur place.

une_educ_chez_vous

Christelle Stock est Éducatrice spécialisée depuis 2014. Elle accompagne des élèves en situation de handicap depuis 2018. Passionnée par son métier, Christelle est aussi éducatrice à domicile. Elle accompagne les enfants, les adolescents, les adultes en situation de handicap. Christelle apporte du soutien aux parents, la fratrie et l’entourage proche. Elle sensibilise et forme les professionnels gravitant autour de l’enfant (AESH, assistante maternelle, baby-sitter…).

Retrouver Christelle Stock sur Facebook : une_educ_chez_vous
La retrouver sur Instagram : @une_educ_chez_vous

 

  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.