Le 31 mai, c’est la fête mondiale du jeu ! Vous le savez, c’est le credo d’Hop’Toys, nous pensons que le jeu est le meilleur moyen de permettre à tout enfant qu’il soit porteur de handicap ou non, de développer son potentiel et de grandir en s’amusant.
Profitons donc de cette belle occasion pour redire ici la place centrale du jeu dans le développement de l’enfant, son rôle fondamental dans les apprentissages, son importance dans le développement des habiletés sociales des enfants et, même, sa capacité à créer une société plus juste et plus inclusive. Car, qu’on se le dise, jouer c’est bon pour…

1/ Explorer et comprendre le monde

Dès son plus jeune âge l’enfant apprend et découvre le monde en jouant. C’est par ses jeux que le tout-petit découvre les textures, les couleurs, les formes, les sons et les goûts ; par le jeu qu’il développe sa (psycho)motricité, renforce toutes ses habiletés physiques et son équilibre. Déplacer quelque chose, le lancer, l’attraper, ou bien grimper, ramper, marcher, courir, se balancer, explorer, expérimenter… pour le tout-petit tout est jeu !

C’est un stade auquel le jeu libre aura toute son importance. Créer autour de l’enfant un environnement qui l’incite à l’exploration, mettre à la disposition de l’enfant des jouets versatiles, n’ayant pas une fonction définie lui permet de développer sa créativité, son inventivité et sa spontanéité en s’appropriant cet univers.

Le jeu libre amène l’enfant à considérer des stratégies de résolution de problèmes, à structurer sa réflexion, à se fixer des objectifs et à trouver le meilleur moyen pour les atteindre. Jouer sans aucune règle pré-établie, s’émanciper de l’aide de l’adulte, initier lui-même les moments de jeu et prendre des décisions, permet à l’enfant de développer son autonomie et sa confiance en lui.

Dès qu’il pourra marcher c’est à travers les jeux qu’il va inventer, que l’enfant va expérimenter le monde. Plus tard, la manipulation sera son meilleur allié pour acquérir une compréhension profonde des choses, des notions et des grands principes physiques et mathématiques entre autres.

2/ Apprendre

Le jeu est le travail de l’enfant.

… à vivre avec les autres

À travers le jeu l’enfant va s’ouvrir à l’autre, entrer en connexion avec ses pairs. Parce qu’à un moment, il aura envie de partager son imaginaire. C’est en jouant avec d’autres enfants qu’un tout-petit apprend d’abord à partager, à prendre l’autre en considération, à attendre son tour. Le jeu est l’un des meilleurs moyens pour développer chez les enfants des valeurs de coopération : soumis aux mêmes règles, ils apprennent à collaborer pour atteindre un objectif.

… à développer le langage

Le jeu qui, bien entendu va permettre de développer le langage de l’enfant, joue un rôle majeur déjà bien avant cela. À un stade préverbal, il va en effet créer d’innombrables opportunités de développer les compétences socles du langage : la demande, l’attention conjointe, l’imitation, le pointage et le tour de rôle.

Le jeu, qui est pour l’enfant source de plaisir, va ensuite encourager la verbalisation. Pour jouer l’enfant va avoir besoin de nommer. En décuplant sa curiosité, son intérêt, il le pousse à interroger. Manipuler des figurines de toutes sortes va permettre d’enrichit son vocabulaire, se lancer dans des jeux de construction apprendre à se repérer dans l’espace et à acquérir du vocabulaire spatial.

>> En savoir plus sur les compétences socles du langage

… à faire fonctionner son cerveau

Les fonctions exécutives sont des habilités du cerveau indispensables à notre quotidien qui nous permettent de prendre des décisions appropriées et d’adopter des comportements adaptés aux situations. Or chacune de nos compétences exécutives peut être, ô combien, travaillée, renforcée par le jeu !

  • La planification
    Les casse-tête, les jeux de construction, de codage qui amènent à garder en tête un objectif à atteindre, un problème à résoudre tout en établissant une stratégie, étape par étape pour y parvenir, sont d’excellents supports pour développer cette compétence.

Lièvres et renards : un casse-tête amusant où il s’agit de mettre ses lapins à l’abri en un nombre de sauts prédéterminé et sachant qu’ils ne peuvent se déplacer qu’en sautant un obstacle. Idéal pour développer sa capacité de réflexion et de résolution de problèmes sans frustration.

Le robot souris et son labyrinthe : on observe sa souris parcourir le labyrinthe jusqu’au morceau de fromage ! Ce super kit de codage stimule le raisonnement analytique et la logique, développe les compétences de comptage et aide à la résolution de problème.

  • L’inhibition qui va permettre de résister aux automatismes (ou heuristiques), aux distractions, à déjouer les pièges et à nous adapter aux situations nouvelles de même que la flexibilité cognitive qui nous permet de nous adapter face à des situations nouvelles, d’identifier nos erreurs et les rectifier peuvent être renforcées par bien des jeux.

Bazar Bizarre : Qui sera le plus rapide à se saisir, parmi 5 petits objets en bois, de celui qui est représenté strictement de la même manière sur la carte (même couleur, même forme) ou de celui qui n’a aucune caractéristique en commun avec celle-ci ?! Un jeu qui oblige à gérer l’impulsivité et fait travailler travailler l’attention visuelle, la déduction, la rapidité et la flexibilité mentale.

Cartador : un jeu qui avec ses trois types de consignes (écoute attentive, lecture piégée et défi mémoire de travail) permet de travailler les capacités attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire à long terme et l’inhibition.

FEX- Imperturbables architectes : des tâches doivent être réalisées mais des trouble-fêtes essayent de parasiter l’attention des joueurs. Sauront-ils résister à ces distractions diverses ? Un excellent jeu pour développer la flexibilité cognitive, autrement dit pour apprendre à le cerveau à s’adapter.

  • La mémoire de travail qui consiste à stocker temporairement et à manipuler une petite quantité d’informations pendant que notre cerveau est occupé à une autre tâche est fondamentale pour les apprentissages et peut être renforcée par le jeu.

>>Top 50 des jeux pour apprendre en s’amusant 

… à se concentrer

C’est un fait désormais établi : les capacités d’attention et de concentration des enfants peuvent être renforcées par le jeu. Qu’il ait été choisi par l’enfant (jeu libre) ou  fixé par une règle, le fait que l’on poursuive un objectif incite à la concentration. Le jeu influe positivement sur l’impulsivité, la gestion de l’inhibition et de l’hyperactivité chez l’enfant, lui apprend à s’organiser face à une tâche. 

Hansel et Bastien sont les créateurs de Piks, un jeu de construction libre et ouvert où l’association de petits cônes en silicone à des planchettes en bois ouvre tous les possibles. Ce jeu (maintes fois distingué par les plus prestigieuses récompenses dans le domaine du jouet) a été développé en s’inspirant des recherches destinées à gérer les troubles de l’attention, de la concentration et de l’hyperactivité (TDAH).

Du fait de nos valeurs et notre engagement à développer des compétences de concentration, nous avons décidé de nous inspirer du domaine de l’éducation et plus précisément des recherches et des solutions alternatives aux troubles de l’attention et de la concentration, expliquent Hansel et Bastien.

>> Découvir Piks

Le jeu est d’ailleurs l’outil privilégié de certains professionnels de santé qui l’utilisent dans notamment dans les prises en charge d’enfants présentant des troubles de l’attention (TDAH). Une recherche de terrain est actuellement en cours qui interroge d’ailleurs la possibilité d’un modèle d’intervention entre jeu libre et rééducation qui permette de renforcer le bien-être des enfants TDA/H en partant de leurs activités ludiques.

>> Voir : Recherche : jeu et bien-être des enfants avec TDAH

3/ Développer le corps et l’esprit

Jouer c’est aussi bien sûr courir, sauter, grimper, glisser, tournoyer, attraper un ballon. Les jeux, les parcours moteurs sont indispensables pour développer notamment les sens vestibulaire et proprioceptif de l’enfant, lui permettre d’apprendre à évaluer les risques et à agir en conséquence. Ces activités nourrissent le cerveaux pour les apprentissages ultérieurs et participent à la modulation neuro-sensorielle. « Il n’y a pas de meilleur moyen de développer le corps et l’esprit ! C’est une grande erreur que de séparer complètement la vie physique de la vie mentale » disait Maria Montessori qui ajoutait ;

aussi les jeux doivent-ils être inclus dans le curriculum de façon que l’enfant développe son corps en même temps que son esprit. Il est essentiel que pour notre nouvelle éducation le développement mental soit relié au mouvement et en dépende. Sans le mouvement, il n’y a ni progrès, ni santé mentale.

Faire fonctionner ses zygomatiques

Et puis, on ne va pas enfoncer ici des portes ouvertes, vous le savez, jouer est le meilleur moyen de rire, de se désinhiber, de se laisser porter par le plaisir ! Chez Hop’Toys, on aime notamment les jeux qui nous font faire et dire n’importe quoi, remuer nos pieds et nos mains, taper sur des tables, sortir notre meilleur jeu d’acteur… Des jeux qu’on aime particulièrement partager entre petits et grands !

Ouga bouga : un jeu très rigolo pour entraîner la mémoire de travail et la mémoire auditive. À chaque carte retournée correspond un son de type « Glou » ou encore « Ska » ou «Bi ». Il s’agit de prononcer le son puis le son des cartes suivantes en se souvenant de chacun d’eux… et en évitant le fou rire ! Dès 7 ans.

Face de bouc : un excellent jeu pour développer la mémoire de travail et apprendre à bâtir des stratégies de mémorisation !À chaque carte retournée, un personnage rigolo apparaît. Un premier joueur lui donne un nom. Puis, c’est au tour du prochain de retourner une carte et d’attribuer un nom au nouveau personnage tout en énonçant celui du précédent. Et ainsi de suite…

Salle de motricité de la Meex Nimes

4/ Renforcer les liens parents-enfants

Jouer avec ses enfants, ce n’est pas seulement important, c’est primordial pour leur développement, leur sécurité affective, leur estime de soi. En dégageant un peu de temps régulièrement pour s’amuser avec eux, on leur montre que leurs occupations, leurs préoccupations sont importantes à nos yeux. On entre dans leur univers en échangeant selon leur mode de relation privilégié aux autres et au monde : le jeu.

Mais pour que l’adulte ait sincèrement envie de partager ce moment avec son enfant, encore faut-il qu’il pense en éprouver lui aussi un véritable plaisir ! Les jeux coopératifs plutôt que compétitifs, les jeux qui présentent plusieurs niveaux de difficulté sont à cet égard particulièrement intéressants.

5/ Créer une société inclusive

Ouvrir à la diversité

Les jouets que nous proposons à nos enfants feront les personnes et les citoyens qu’ils seront demain. Les sensibiliser, au handicap bien sûr, et, au-delà, à la différence, à la diversité est primordial pour en faire des adultes ouverts, curieux, tolérants et bienveillants. C’est l’une des missions que s’est fixée Hop’Toys et qu’elle poursuit à travers sa sélection de produits. Parce que, oui, certains jouets peuvent contribuer à réfuter la dualité normal/pas normal !

Noa et Mila sont des poupées avec les caractéristiques physiques des enfants porteurs de Trisomies 21. Elles permettent de sensibiliser les enfants à la différence en incluant la notion de handicap de manière naturelle dans les situations de jeux.

Jouer ensemble, aux mêmes jeux

Le jeu est par ailleurs l’un des principaux vecteurs de l’inclusion. C’est par là que tout commence ! L’inclusion, c’est d’abord permettre à des frères et sœurs, à des copains, de jouer ensemble, aux mêmes jeux, même lorsque l’un d’entre eux est porteur de handicap.

Bryon Torres, fondateur d’Hop’Toys explique :
« Faire jouer entre eux des enfants de différentes habilités et de différents âges est un atout considérable pour le développement des enfants. Un facteur essentiel de l’éveil et de l’apprentissage est l’imitation.  En communauté, les enfants s’observent entre eux pour ensuite imiter certains comportements nouveaux pour eux : les  plus petits veulent faire comme les grands ce qui les motive à tenter de nouveaux jeux et à progresser dans leurs aptitudes. De même, jouer avec des enfants de différentes habilités et âges donne l’opportunité à tous les participants de développer des valeurs comme l’empathie, la patience, le respect.

Mais d’ailleurs c’est quoi un bon jeu ?

C’est d’abord, bien sûr, le plaisir qu’il procure, à l’enfant, mais aussi à l’adulte qui va partager ces moments avec lui.

Pour Hop’Toys, il faut aussi impérativement que le jeu ou le jouet soit inclusif, autrement dit qu’il réponde au concept du design pour tous. Son ergonomie, sa conception doit en permettre un usage par tous. Cette exigence va de pair avec notre objectif de socialisation. Nos jouets et supports encouragent l’interaction, l’ouverture aux autres en développant les compétences sociales, le partage et l’inclusion.

Le potentiel éducatif du jouet est à nos yeux un autre critère majeur. Nous sélectionnons des jeux éducatifs riches en apprentissage, offrant différents niveaux de difficulté pour ne jamais mettre l’enfant en situation d’écher et de pouvoir s’adapter aux besoins de tous.

Enfin, chez Hop’Toys nous privilégions le jeu libre, les jouets versatiles, ouverts, qui vont offrir de multiples possibilités d’utilisation, se prêter à toutes les envies et laisser libre cours à tous les imaginaires !

Et puis bien sûr, la durabilité des jouets est un critère majeur, qui non seulement répond à un impératif écologique, mais qui en plus va permettre à des générations successives aussi bien qu’à des enfants en collectivité d’en profiter !

Voilà pour nous quelques uns des innombrables intérêts de jouer et puis, s’il fallait encore vous convaincre, que c’est sans doute la meilleure activité qui soit, non seulement pour vos enfants, mais pour vous parents et grands-parents, n’oubliez pas :

On n’arrête pas de jouer parce qu’on vieillit. On vieillit parce qu’on arrête de jouer. (Georges Bernard Shaw)

Marianne est responsable de communication chez Hop'Toys et rédactrice sur ce blog. Passée par l'édition, la médiation culturelle et l'enseignement, elle aime tout particulièrement aborder des sujets pédagogiques, culturels et d'actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.