L’école dehors ou plutôt la classe dehors, ce n’est pas tout nouveau. Des enseignants la pratiquent en Belgique depuis quelques années. Dans les pays nordiques et au Canada notamment, c’est une pratique pédagogique déjà très répandue. Comment mettre en place la classe dehors ? Quels matériels utiliser ? Quelles activités réaliser ? Stéphanie Leruse, est enseignante en classe flexible et pratique depuis la rentrée de septembre la classe dehors. Dans cet article, elle vous partage ses conseils, son expérience et son vécu avec ses élèves de primaire.

La « classe dehors » de Stéphanie Leruse

Depuis la rentrée de septembre, nous déplaçons la classe hors des murs de l’école avec la pratique de la « classe dehors ». En effet, nous avons la chance de posséder un verger juste à côté de notre école. Pendant le confinement, nous l’avons clôturé avec une haie en châtaignier ce qui le rend désormais sécuritaire. Les enfants – et les enseignants ! – adorent se rendre à l’extérieur pour réaliser des activités, aussi diverses soient-elles. Cela permet d’apprendre de manière plus ludique et de profiter du grand air. Les enfants ont également la possibilité de bouger, de s’aérer, de courir, de sauter, de crier, bref, de se défouler.

>> À lire aussi : « Écoles, crèches, et si on les faisait dehors ? »

La nature comme terrain d’apprentissage

Faire classe dehors permet donc aux enfants de se dépenser physiquement, mais aussi d’apprendre directement sur le terrain, d’être attentifs à ce qui les entoure, d’observer les choses, d’être en contact direct avec la nature… La nature qui devient désormais un terrain d’apprentissage : on cherche l’opportunité d’apprendre et de découvrir l’environnement, les saisons, la météo… Faire classe dehors, c’est intégrer l’environnement proche de l’école afin de motiver et d’ancrer les apprentissages. Être en contact direct avec la nature et apprendre avec ses sens et son corps en mouvement permettent aux élèves de mieux mémoriser. 

Se reconnecter à l’environnement

Je pense qu’il est essentiel pour les enfants d’aujourd’hui de se reconnecter et de construire une relation profonde avec la nature et avec le vivant afin de se rendre compte que nous faisons partie d’un tout. Si les enfants vivent avec la nature, ils auront envie de la protéger… Et ça, c’est un enjeu écologique considérable… 

École dehors, c’est hyper cool. J’adore, car on prend l’air parce que dans la classe, il fait très chaud. J’aime les activités que la maîtresse nous prépare. J’adorais quand on faisait les montres d’automne. – Nathan, 6 ans, 1re primaire – CP.

>> À lire aussi : « Découverte nature : balade sensorielle en forêt »

Le matériel pour faire classe dehors

Au verger, nous avons préparé une zone « classe » avec des rondins de bois disposés en demi-cercle qui servent de sièges. Nous y avons aussi disposé un tableau noir.

>> À lire aussi : « 25 activités éducatives à faire dehors »

Les élèves ont apporté une paire de bottes que nous rangeons sur une étagère placée à l’extérieur – cela évite de trop salir les couloirs de l’école.

À l’intérieur de l’école, j’ai mis en place une étagère thématique pour la classe de dehors : on y retrouve des clipboards, des paniers, des seaux, des passoires, des sifflets, des épuisettes, des plateaux, des loupes, un grand tapis… Cette étagère est à disposition de tous les collègues de l’école.

Les activités

J’aime sortir afin d’y réaliser des activités créatives et artistiques, mais aussi scientifiques. J’en profite aussi pour faire des activités mathématiques ou bien chanter, et même raconter des histoires.

Activité de dénombrement

On réalise ici des collections d’objets de 1 à 10.

 

>> Activité à découvrir : « Boîte à odeurs d’automne »

La chasse aux éléments naturels de l’automne

On organise une chasse aux trésors de l’automne. Par groupe de deux, les enfants doivent retrouver des éléments qui correspondent à leur fiche (quelque chose de lisse, de rugueux, de piquant, de doux…).

>> À découvrir aussi : « Le jeu de l’oie des p’tits aventuriers »

Retour en classe et étiquettes de nomenclature à associer.

La chasse aux couleurs

Chaque enfant possède une boite à œufs avec des petits ronds colorés. Il doit y ranger des éléments naturels la même couleur.

Dégradés automnaux de feuilles sur plateau

Du land art : des montres d’automne aux mandalas

>> Activité à découvrir : « Créer un tableau de la nature »

Des chants et des histoires… tout simplement…

On exploite tous les trésors que la nature nous offre au rythme des saisons !


Stéphanie Leruse habite à Dampicourt, un petit village situé dans l’extrême sud de la Belgique, à quelques kilomètres de la frontière française et luxembourgeoise. Maman de deux garçons âgés de 4 et 6 ans, elle est institutrice en primaire depuis 10 ans. Passionnée depuis toujours par son métier, elle recherche constamment le meilleur pour ses élèves. Depuis 4 ans, Stéphanie se forme tous les mercredis et samedis à l’école de pédagogie de la Province du Luxembourg.

C’est passionnant et addictif ! Les formateurs sont pour la plupart des inspecteurs de l’enseignement ou des spécialistes dans leur domaine. En 2018 et 2019, elle a eu l’occasion de donner des conférences sur la classe flexible au salon de l’éducation à Bruxelles. Stéphanie a aussi animé une formation d’été sur la classe flexible pour le SEGEC et collaboré à la rédaction d’un livre sur le sujet. Stéphanie reçoit plusieurs fois par an des enseignants de Belgique, ainsi que des étudiants curieux dans sa classe, qui viennent passer une ou plusieurs journées en observation. Une citation qui la résume : « Ouvrir ma porte m’apporte ».

La retrouver sur Instagram @la_classe_flexible_de_madame_S. La retrouver sur Facebook : La classe flexible de madame Stéphanie.

 

Alexandra est chargée des partenariats influenceurs et rédactrice d'articles sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.