Apprendre à se déplacer seul est un grand challenge pour un enfant déficient visuel. C’est un apprentissage d’autant plus important qu’il va façonner sa vie. Pouvoir se déplacer seul et sans peur, dans la rue ou ailleurs, aidé ou non par divers dispositifs, est en effet ce qui permettra à l’adulte qu’il deviendra d’avoir une vie plus autonome et épanouie. Comment encourager cet apprentissage, le préparer, l’accompagner ? Nos pistes dans cet article. En cette Journée internationale de la canne blanche, retrouvez nos conseils pour aider l’enfant mal ou non-voyant à être à l’aise dans ses déplacements.

Un apprentissage progressif

Dans un premier temps, on apprendra à l’enfant à se focaliser sur la reconnaissance d’informations sensorielles. Le but est de lui permettre de développer une connaissance de son environnement proche à partir d’indices sensoriels variés : l’ouïe, l’odorat, le toucher mais aussi d’autres sens comme le sens vestibulaire, la proprioception ou le sens des masses. ll ne s’agit pas de brûler les étapes en le mettant dans un bain d’informations sensorielles, qui lui parviendraient toutes en même temps ! Le danger serait de créer des peurs irrationnelles, un sentiment d’échec ou un découragement. Privilégiez l’approche ludique en utilisant  :

Des jeux sonores

Les prismes sons : Les 12 prismes en bois brut agréable au toucher sont organisés en paires de sons. Secouez-les et retrouvez à l’oreille la bonne paire ! Les notes de couleurs permettent de vérifier les paires. Leur forme permet une manipulation facile et de multiples jeux : construction, empilage, tri, mémo…

Oeufs sonores par 6 : Un ensemble magnifiquement réaliste de six œufs qui contient trois paires d’œufs aux sons identiques. Hautement tactiles et extrêmement attrayants, les œufs constituent un moyen simple et agréable d’aider les enfants à acquérir rapidement des compétences en matière de discrimination auditive. Les enfants seront ravis de découvrir les paires !

Des jeux de reconnaissance des masses

Le mémo des poids : Ces 12 cylindres poids sont un défi sensoriel inattendu ! En les comparant afin de faire ressortir les paires, l’enfant va pouvoir développer ses capacités à percevoir et à différencier les poids. Des formes sous les cylindres permettent également l’auto-correction.

Les prismes poids : Ces 12 prismes en bois sont organisés en paires de poids identiques. Soupesez-les pour les retrouver ! Leur forme permet une manipulation facile et de multiples jeux autour du sens de la proprioception. Ils encouragent le développement d’un vocabulaire descriptif et comparatif : « plus lourd que, aussi léger que… ».

Des parcours podo-tactiles :

Les plaques tactiles : elles offrent des surfaces texturées pour stimuler le toucher lors d’un parcours moteur et s’utilisent aussi en jeu de reconnaissance tactile. Base antidérapante. En caoutchouc agréable au toucher.

Les plaques tactiles en silicone : 5 grandes plaques (diam. 25 cm) qui offrent chacune des sensations distinctes au toucher grâce à leur surface différente. Ces mêmes motifs sont présents sur 5 plaques plus petites (diam. 8 cm) de manière à pouvoir faire des jeux d’association.

L’enfant va ensuite devoir affiner ses sens et développer une capacité d’analyse de toutes les informations sensorielles qui lui parviennent. Il va apprendre à les différencier, les localiser, les hiérarchiser et adapter ainsi son comportement aux différentes situations. Toute cette préparation peut se faire de manière très ludique. Par exemple, en  utilisant des jouets sonores et en les faisait produire un son en même temps que l’on se déplace dans une pièce. L’enfant devra vous localiser en se concentrant sur le son produit par le jeu.

Une autre difficulté est de transposer ces acquis dans des situations réelles où les informations sensorielles se mêlent produisant un tohu-bohu difficile à décrypter. Des jeux comme des activités de reconnaissance sonore plus complexes sont à privilégier comme le jeu des histoires séquentielles sonores.

Histoires séquentielles sonores : Le coffret Eveil et Langage renforce l’écoute active et l’attention tout en développant des capacités langagières liées au récit. 8 posters illustrés montrent des scènes quotidiennes, du réveil au coucher (format A4). 36 cartes proposent des sériations de moments clés de la journée.

L’enfant déficient visuel doit également développer une connaissance de son corps et prendre conscience des mouvements de celui-ci dans l’espace. Il devra apprendre à éviter les obstacles et à adapter son déplacement aux types d’environnement. De même, il est impératif qu’il se familiarise avec des techniques de protection corporelle. Vous pouvez créer des parcours divers avec des obstacles, des surfaces tactiles différentes et demander à l’enfant de les parcourir. Il faut alors prendre soin de créer un environnement sécurisé avec des tapis qui vont amortir les éventuelles chutes.

Voici une vidéo du blog Les yeux de maman qui pourra vous inspirer :

https://www.facebook.com/Lesyeuxdemaman/videos/205495946520570/

Voici également deux parcours que vous pouvez réaliser à la maison :

Les rochers tactiles : 3 paires de rochers de hauteur et de surface différentes pour constituer des parcours moteurs d’équilibre. Ludiques mais aussi pratiques, tous les rochers s’emboîtent les uns dans les autres et se rangent dans un sac de transport !

Parcours à vagues : 8 éléments s’emboitent pour créer plus de 7 m de parcours formant des vagues et des creux, le tout agrémenté de surfaces tactiles antidérapantes. Les finitions très soignées, l’ergonomie bien pensée font de ce produit un « must » pour tous les professionnels.

Connaissez-vous la pré-canne ?

La pré-canne est un outil adapté aux enfants qui les aide à se déplacer en sécurité et en autonomie. Cet outil permet aux enfants qui l’utilisent de gagner en aisance et en confiance dans leurs déplacements. Il est indiqué pour les enfants déficients visuel qui ne se déplacent pas en sécurité et ne possèdent pas les prérequis nécessaires à l’apprentissage de la technique de canne. Notre cher Milo (Un peu Montessori, beaucoup d’amour) l’utilise.

View this post on Instagram

Le 4 octobre est la journée nationale des aveugles et des malvoyants. Notre petit Milo nous étonne chaque jour, sa prise en charge est intense et porte ses fruits. Milo est aidé par une ergothérapeute qui l'aide à trouver des stratégies au quotidien, mais aussi par une psychomotricienne et une kiné. Il reçoit aussi l'aide d'une spécialiste de la mobilité qui l'aide pour l'apprentissage des déplacements. Malgré tout le quotidien n'est pas toujours simple pour lui. Il reste beaucoup à faire pour permettre aux personnes aveugles et malvoyantes d'acquérir plus d'autonomie et de pouvoir bénéficier d'une vie quotidienne plus facile. #handicap #malvoyant #deficiencevisuelle

A post shared by Christelle (@unpeumontessoribeaucoupdamour) on

Découvrez également ci-dessous des comptes Instagram de mamans d’enfants déficients visuel qui font utiliser la pré-canne à leur enfant.

https://www.instagram.com/p/Bn8Jd6JgChk/?taken-by=fleurensucre

Formation vidéo : comment guider efficacement une personne mal-voyante ou non-voyante ?

Cette vidéo a été réalisée bénévolement par trois personnes : un cinéaste professionnel, un instructeur de locomotion professionnel et une personne malvoyante. Elle présente une technique de guidage très pratique qui favorise les déplacements en sécurité et convivialité. Voir la vidéo.

  •  
  •  
  •  
  • 6

Sébastien est webmaster au sein de la société Hop'Toys. Il est chargé du développement, du référencement et de l'intégrité des sites et des blogs de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.